RSS
RSS



RENOVATION - NOUVEAU FORUM - RECONSTRUCTION - L"ARRIVER EST POUR BINETOT

Partagez|

Au détour d'un couloir - Elena Gilbert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Mar 5 Fév - 13:57




Elena Gilbert & Niels Mikaelson

« Dans la vie, il faut faire des choix. Et si j'utilisais ma superbe carte Joker ? »


Couché sur son lit, Niels ne dormait pas. Il se contentait de regarder le plafond de sa chambre. De longues minutes sans bouger, entièrement plongé dans ses pensées. Mystic Falls ? Lui ne connait pas plus que ça. Il sait que ses origines sont ici, mais n’ayant mis les pieds dans cette ville que furtivement, c’est comme s’il devait tout redécouvrir. Mais ce n’est pas ce qui lui pose le plus de problèmes. Niels se retrouve coincé entre deux camps. Il y a peu, le pire a été évité pour cette planète et tous ses habitants, mais peut-il s’en réjouir ? Il n’a jamais voulu voir tout ça s’éteindre, mais d’un autre côté, il ne pouvait pas s’opposer à son père. N’ayant connu Klaus que trop tard, l’idée même de l’affronter n’était pas dans ses projets. Hors, aujourd’hui, l’Hybride Originel doublé de son paternel est introuvable. Niels sait bien qu’il doit être enfermé quelque part, mais où ? Doit-il se mettre à sa recherche ? Il le sait toujours en vie, mais probablement dans un endroit difficile d’accès, afin que personne ne puisse le libérer de sa « prison ». Mais face à ça, quelle position doit-il adopter ? Il n’a jamais voulu tout ce mal, mais il a deux petits frères. Conor veut retrouver Klaus et Lux s’est mis en tête de libérer le Diable de sa cage. Niels doit-il prendre le parti de ses frères ou faire de son mieux pour ne pas s’en mêler ? Le monde lui convient amplement comme il est maintenant, il ne voit pas pourquoi tout devrait disparaitre. Cette situation le fait souffrir et pour prendre le dessus sur tout ça, il s’est inscrit au lycée de Mystic Falls. Ca ne fait pas très longtemps qu’il s’est installé dans cette petite ville et cette journée, sera sa première en tant que lycéen.

Tournant lentement la tête pour déposer son regard sur son réveil, il ne lui restait qu’une petite demi-heure avant de devoir partir. Il en profita pour se lever, prendre sa douche et se vêtir. Prenant soin d’éviter le restant de sa famille, Niels attrapa une poche de sang qu’il but au volant de sa voiture. Ce n’est pas à Mystic Falls qu’il faut aller pour tomber dans les embouteillages. L’avantage des petites villes, même si on y fait vite le tour, on peut toujours partir à la dernière minute sans risquer de se mettre trop en retard. Sur le parking du lycée, il se trouva rapidement une place. Ca ne le ferait pas s’il arrivait après tout le monde en cette première journée, surtout qu’il doit passer récupérer son emploi du temps avant de commencer les cours. Marchant tranquillement dans les couloirs, son premier arrêt est le bureau de la secrétaire qui lui expliqua vite fait tout ce qu’il fallait savoir. Son emploi du temps dans les mains, il partit rejoindre son vestiaire et y déposa la majorité de ses affaires, ne prenant que ce dont il aurait besoin pour le premier cours.

Parmi toutes les têtes qu’il croisait, certaines ne lui étaient pas inconnues. Il avait déjà croisé certains d’entre eux à Chance Harbor, lorsque la ville était encore debout. Une bien malheureuse histoire qui ne risque pas de quitter les esprits en un claquement de doigts. La première heure était d’un pénible. Il l’avait passé à se ressasser de mauvais souvenirs, sans même vraiment écouter le professeur. Puis, c’est en sortant de ce cours de langue, qu’il heurta une élève qui ne faisait que passer.

« Je suis désolé. »

Il posa le regard sur celle-ci et la reconnut quasiment aussitôt. C’était la petite Elena Gilbert. La première et dernière fois qu’il l’a vu, Klaus l’avait emmené de force au garage pour lui pomper la quasitotalité de son sang.

fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Mar 5 Fév - 22:50





« Niels Mikaelson & Elena Gilbert »







« L'imprévu n'est pas l'impossible : c'est une carte qui est toujours
dans le jeu. »



Le matin, c'est sans doute le moment de la journée qui passe le plus vite. Il suffit d'éteindre tout simplement le réveil avant l'heure, ce qui est une erreur à ne pas faire, et de traînasser dans son lit le plus longtemps possible avant de se rendre à la salle de bain, prendre une douche, s'habiller, se coiffer, se laver les dents, se maquiller. Et rajoutez ­à tout cela la préparation d'une petite fille, un peu grincheuse les matins d'école. L'étape suivante, c'est la prise du petite déjeuner qui se fait bien souvent au pas de course, il ne faut pas oublier de le dire. Même si il n'y a pas de risque de bouchon gigantesque à Mystic Fall's, ce n'est pas non plus une raison de prendre du retard. Le premier arrêt, c'est bien entendu l'école primaire de la petite ville. Elle n'a pas changée... Cette petite école est toujours la même que celle où j'ai pu aller lorsque j'étais petite en compagnie de mes amis... D'ailleurs c'était rare que je croisse une tête que je connaisse ici. Rares sont les lycéennes de mon âge qui dépose leur enfant ici avant de filer en cours, et pourtant je n'étais pas la seule non plus.


Quelques minutes plus tard, je coupais le contact de ma voiture avant de jeter sur mon épaule mon sac de cours pour m’engouffrer dans le lycée. Mine de rien, il y avait tout de même de bons souvenirs ici... Même trop peut-être. Peut -importe, se serait sans doute mieux que les vieux débris de Chance Harbor qu'on à tous laissé derrière nous. C'était ce que je me disais à chaque fois que je franchissait les portes du grand bâtiment.
Par automatisme, j'étais allée jusqu'au casier qu'on m'avait attribuer lors de mon retour ici. Je tournais le cadran pour arriver à un code,que seul moi connaissais. Comme a chaque fois dans les lycée, on retrouvait bien souvent son casier envahis de papiers en tous genre pour les club divers et variés. Aujourd'hui c'était celui de théâtre, le comité des élèves qui faisait un enquête pour la prochaine soirée à thèmes et j'en passe des meilleures. Peut importe, je fourrais dedans les affaires dont je n'avais pas besoin tout de suite avant de refermer la porte pour me diriger en cours.


On ne peu pas dire que la première heure était la meilleure... Bien au contraire, d'autant plus si on tombe sur un cours de littérature. L'heure ne s'était résumée qu'à être passé en débattant sur un livre que personne n'avait lu, sauf quelques exceptions. Rares étaient les personnes qui avait au moins une petite bibliothèque comme je les perçois. En attendant, il faut prendre son mal en patience, s'armant même d'un stylo pour faire quelques gribouillis sur le coin d'un page de cours en attendant avec impatience que la sonnerie retentisse dans les couloir. Par chance, quelque part, je ne devais pas être la seule à m’ennuyer de pied ferme. Mon portable venait de vibrer dans ma poche. Rien de bien important a priori puisque c'était tout bonnement un numéro inconnu. Cela dit, je n'ai pas vraiment eu le temps d'envoyer quoi que se soit comme réponse avant que l'enseignant ne vienne me prendre mon portable des mains. Voici comment avoir l'art et la manière de paraître plus idiote qu'on ne l'ai. Évidement dans ses moments là, tous les regards tombent sur nous. Les lèvres pincées, j'avais relevé les yeux sur le professeur juste devant moi.Il n'avait pas manqué l'occasion de montrer aux autres que je n'avais pas écouter une traître mot de l'heure, avant de finalement me mettre en garde tout me posant avec fracas mon téléphone juste en face de moi lorsque la fin des cours sonna. En regardant les autres autour de moi, personne ne donnait vraiment l'impression de m'en vouloir. Au contraire, ils étaient sans doute soulagée d'avoir été sauver de quelques secondes de blabla incessant a propos d'un livre qu'ils n'ont jamais ouvert. Cela dit, je ne faisais pas prier pour quitter la salle de cours dans les premiers.

Les inter-cours ne dures pas non plus trois heures, même si il y avait déjà un bon temps de pause. Et j'étais à peut près sûre de trouver des têtes que je connaissais du côté des tables, a l'extérieur du lycée. Il me fallait juste le temps de traverser tout le bâtiment. Enfin... avant que je ne heurte quelqu'un de plein fouet, la tête un peu ailleurs. Je ne faisais que passer dans le couloir, mais je m'étais tout de même arrêtée dans mon élan, histoire d'aider si quoi que se soit était tomber.


« Oh c'est pas grave ! Ne t'en fais pas... »

En revenant un peu sur terre et en faisant quelques pas en arrière, j'avais eu le temps de poser mes yeux sur la personne qui m'avait percuter. De là, j'avais eu tout le temps pour le reconnaître. La dernière fois que je l'avais vu, son père m'avait traîner dans un garage dont je ne me souviens plus très bien du nom. Disons que ce n'est pas l'un des choses dont j'ai pris le soin de me rappeler, mis à part le fait que Klaus avait réduit mon téléphone en poussière et que j'étais ressortie de là avait un énorme bleu en plein milieu du visage. Néanmoins, je me rappelais aussi très bien que Niels était allé en quelques sorte contre son paternel ce jours là... Ce qui lui avait valut une étagère pleine d'outil sur le coin de la tête.

« Tu es … Niels, c'est sa ? »


On ne peux pas dire que j'avais vraiment peur de lui là maintenant puisqu'il semblait m'être rentré dedans le plus innocemment du monde. Et quelque part j'étais pratiquement certaine que j'avais rien a craindre de lui. Sinon il me l'aurait déjà fait sentir. Mais après tout, je peux encore me tromper. Je suis tombée déjà sur bien plus sournois que lui...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Lun 18 Fév - 18:12




Elena Gilbert & Niels Mikaelson

« Dans la vie, il faut faire des choix. Et si j'utilisais ma superbe carte Joker ? »


Les cours n’ont jamais été le fort de Niels, même s’il est très intelligent. Il s’est toujours ennuyé à mourir et parfois, les professeurs disent des énormités aussi grosses que leurs derrières. Mais c’est le deal. En suivant la famille à Mystic Falls, il doit faire comme les autres et s’intégrer du mieux possible. C’est ce qu’il fait en reprenant les cours, même s’il faut bien avouer que la mécanique lui manque énormément. Pour passer sa frustration, il a gardé quelques unes de ses voitures de collection, sur lesquelles il passe facilement plusieurs heures sur son temps de libre. Mais l’heure était au cours et en sortant de l’un d’eux, un peu comme s’il craignait qu’on ne l’enferme dans cette salle pour une heure de plus, il se rua à l’extérieur de la pièce, ne prenant pas soin de regarder où il allait. Le résultat fut sans appel, alors qu’il entrait en collision avec une élève passante. Cette personne, il la reconnut facilement. Comment oublier tout ce qu’il s’était passé ? Pourtant, il ne peut pas en vouloir à son père. C’est quelque chose d’impossible. Ils s’engueulent, se tapent dessus, mais au final, ils s’aiment c’est indéniable.

Elena, tel est son prénom, semblait étonnée de le trouver ici, au lycée. Il s’étonne lui-même de s’être inscrit. Suivre des cours à son âge, enfin à son âge réel, c’est d’un comique. Mais c’était la preuve qu’elle venait de le reconnaitre. D’ailleurs, sûrement qu’après cette mauvaise journée, elle se serait souvenue de lui jusqu’à son dernier souffle. Niels, même si au bout d’un moment il a dû capitulé, avait tenté de lui venir en aide en s’opposant à son propre père. Mauvaise idée, puisqu’il avait passé un sale quart d’heure à son tour. Résultat des courses, le fils de l’Hybride Originel avait réussi à perdre la confiance de son géniteur. Ce qui est regrettable, puisqu’il sait très bien qu’à un moment ou à un autre, Klaus refera surface, peu importe où il ait été enfermé. Il y a tellement de monde qui, malgré tout, tente de le faire sortir d’où il se trouve, que ça serait étonnant qu’il y reste encore bien longtemps.

« Oui c’est bien ça. Notre première rencontre a été des plus chaotique. »

Sur le coup, il semblait sûrement le plus gêné des deux. Mais bon, si c’était à refaire, Nielsen choisirait un tout autre moyen de faire sa connaissance. Etre humilié par son père, c’est pas vraiment le truc dont rêve les garçons.
Voyant que d’autres élèves se rendaient dans la salle se trouvant dans son dos, Niels se poussa sur le côté, baissant les yeux sur l’emploi du temps qu’il tenait dans ses mains. Justement, ça tombait bien, le prochain cours n’étant pas des plus passionnants, il choisit l’option séchage de cours.

« Je suis désolé pour ce que mon père t’a fait. Il ne se comporte pas toujours comme il le devrait, mais au fond, il n’est pas aussi méchant qu’il veut le faire paraître. »

C’est sûr qu’Elena ne pouvait pas vraiment imaginer Klaus sous un autre jour, mais cette nouvelle rencontre pourrait être très intéressante pour elle. Elle pourrait en apprendre plus sur l’Hybride Originel et connaitre enfin les raisons qui le poussent à se comporter comme le roi des cons. Sûrement que ce serait un bon moyen de savoir à qui elle a réellement à faire, mais aussi de jouer sur les points sensibles, la prochaine fois qu’elle se trouvera face à lui. Peut-être que ça pourrait même lui sauver la vie.

fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Mar 19 Fév - 20:35





« Niels Mikaelson & Elena Gilbert »







« L'imprévu n'est pas l'impossible : c'est une carte qui est toujours
dans le jeu. »



L'effet de la surprise de voir devant moi le fils de la personne qui m'en a le plus fait voir était vraiment bien présent. Une chose était sûre, on avait certainement pas fait connaissances dans les meilleures circonstances du monde. Son père était plus buté à me pomper tout mon sang et à se faire bien entendu aider par son fiston, qui lui n'avait pas l'air très enclin a cela. Entre nous, même si il avait tenté de s’oppose à Klaus, on sait bien qu'il n'aurait pas pu lui résister plus longtemps qu'il ne l'avait fait. L'hybride a de terribles moyens de pression et il le sait plus que personne. Le pire étant qu cela fonctionne à merveille. A dire vrai, même si rien ne me poussais à faire partit des amis du fils de l'originel je savais également que ce ne serait pas l'un de ceux qui me ferait le plus de mal. Il l'a bien prouvé une fois... C'est une sorte d’instinct, bien que je peux encore me tromper. Alors a sa remarque concernant notre première rencontrer, je souriais discrètement, amusée et croisant doucement mes bras sur ma poitrine.

«  Oui, c'est sûr.. ; En même temps sa ne pouvais pas en être vraiment autrement. »

Reparler de cela, maintenant et ici ne me faisait pas grand chose. D'un côté, cela avait été un peu mon quotidien avant le retour à Mystic Falls. Une certaines manières que m'assurer que rien n'arriverait à mes proches. Et si j'étais gênée là maintenant, je l'étais tout de même sans doute moins que Niels en face de moi. Sa même le vouloir vraiment, je revoyais à peu près tout ce qui avait pu nous arriver dans son garage. S'opposer à son hybride de père n'est sans doute pas la meilleure idée du monde, surtout en faisant tout pour l'éviter de remplir trop de poche de sang en saignant le double. C'est comme sa que Nielsen c'était retrouvé avec tout son établit sur lui …
La sonnerie avait de nouveau rententit. Pas pour moi, je n'avais pas de cours l'heure suivante. Et je regardais les élèves s’engouffrer dans leur salle de cours respective. Du coin de l'oeil, je remarquais même Niels jeter un regard a son emploi du temps.

«  Tu ne vas pas en cours ? ... »

J'avais ouvert la main en direction de toute cette foule d'élève, qui n'allaient pas en se pressant, à leur cours il fallait le faire remarquer. Un peu comme dans tous les lycées!Je le laissais me regarder comme si de rien n'était. En même temps qui voudrait, a son age, retourner en cours alors qu'il à a du suivre des centaines et des centaines de fois le même charabia des professeurs. J'en profitais pour placer les cheveux derrière mon oreille tandis qu'il s’excusait des actes de son père. Même si dans un premier temps les mots ne me venait pas forcément, il fallait que je trouve quelque chose à dire. Juste dire quelque chose qu'il lui ferait comprendre que ce n'était pas de sa faute à lui si Klaus faisait cela.

«  Ecoute... T'as pas à t'excuser pour ton père, tu n'as même rien à voir avec sa et pourtant il t'y à mêler. Il aurait même pas à faire sa à vrai dire. J'aurais du totalement disparaître quand il à réveiller son côté loup et il n'aurait pas eu à venir me … « pomper »  mon sang en un claquement de doigt. Je veux dire, je peux pas non plus lui pardonner ce qu'il m'a fait mais je ne te mets pas dans le même sac parce que j'ai bien vu que t'étais pas non plus adepte de sa politique. »

Je faisais un mince sourire, m'étant en même temps appuyé sur une épaule contre le mur pendant mes explications. Les couloirs du lycée se vidait et rare se faisait les étudiants qui rôdait par là. Je n'aurais pas pensé jusque là avoir une conversation normale avec Niels. Du moins aussi normale que cela peut l'être quand on est entouré de vampire. Surtout en sachant très bien que la famille originelle préférerait largement s'en prendre à Elena Gilbert en personne pour en faire de la chair à pâté, sauf certaines exception. Je me remettais ensuite de nouveau en appuis sur mes deux pieds en faisant un petit signe de tête à Niels si il souhaitait me suivre, afin de poursuivre notre conversation en dehors des bâtiments. On va dire que je n'avais pas vraiment envie de m'attirer les foudres des quelques professeurs qui donnaient en ce moment même un cours dans chacune des salles du couloirs.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Mar 26 Fév - 16:31




Elena Gilbert & Niels Mikaelson

« Dans la vie, il faut faire des choix. Et si j'utilisais ma superbe carte Joker ? »


Le temps s’écoulait tellement vite qu’en plusieurs centaines d’années d’existence, Niels n’avait pas vraiment été jusqu’au bout de ses études. Et puis, honnêtement pourquoi un Vampire, maintenant Hybride, voudrait obtenir un quelconque diplôme ? Autrefois, il s’en moquait bien, de toute manière, il était seul au monde, mais les choses ont changé. Depuis peu, il a fait connaissance de sa mère, puis de son père, pour ensuite avoir deux petits frères. Sans compter ses nombreux oncles, cousins et même sa tante, ainsi que les grands parents. A présent, il a une famille et peut-être que les choses aussi insignifiantes que les études, commencent à avoir un sens pour lui. Mystic Falls allait lui permettre de se remettre d’aplomb, de reprendre sa vie en main en faite. Il connait bien le passé de cette ville et sait que son père est né sur ces Terres. Peut-être qu’inconsciemment, cela le pousse à changer sa façon de vivre. Pourtant, même s’il sait qu’elle est également née ici, Niels n’aurait pas cru croiser Elena dés son premier jour au lycée. Il en était plus que déstabilisé, se rappelant très bien de la première fois qu’ils se sont vus et même parler. D’ailleurs, il ne s’était pas vraiment montré sympathique en parlant de cadavres à jeter et toutes ces choses pas très gratifiantes pour la jeune Humaine. Mais c’était pour tenter d’amadouer son père, d’en tirer quelque chose, sauf qu’une fois encore, il s’était heurté à un mur. Pire, un mur qui vous bastonne la tronche si vous n’êtes pas du même avis que lui. Les souvenirs devaient être transmissibles, au point que la jeune Elena soit soudainement toute aussi gênée que lui. Mieux valait laisser le passé commun sur pause et de changer de conversation. C’est d’ailleurs elle qui enchaina en lui demandant s’il n’allait pas en cours.

« Ma prochaine heure n’est pas des plus palpitantes, je crois que je vais m’en passer. »

Dit-il en affichant un petit sourire en coin. Mais c’était plus difficile à penser qu’à faire et Niels ne mit pas longtemps avant de s’excuser. Ou plutôt d’excuser l’agissement de son père. Visiblement, il aime plus son paternel qu’il veut bien le dire et ça lui fait mal de le savoir enfermé, même si c’est pour le bien être de la population. Mais il doit avouer qu’il n’a pas du tout hérité de sa vision des choses. En même temps, ils n’ont pas été élevé de la même façon, peut-être que c’est ce qui fait qu’ils sont aussi différents sur le plan caractère. Elena enchaina en le rassurant et en lui disant qu’il n’y était pour rien là-dedans. Sauf que Niels n’en était pas vraiment convaincu. Il aurait pu essayer autre chose, même s’il risquait de se prendre quelque chose de pire qu’un établi sur la tête. Il laissa donc la jeune Gilbert ouvrir la marche et se mit en quête de marcher à ses côtés. Le couloir en était devenu presque désert, ce qui serait plus simple pour parler.

« Il agit toujours bêtement. Il n’a pas imaginé une seule minute qu’il pourrait obtenir ce qu’il veut autrement que par la violence. Même si je doute que tu sois prête à lui donner ton sang comme s’il s’agissait d’un don pour les gens malades … »

fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Mar 26 Fév - 20:30





« Niels Mikaelson & Elena Gilbert »







« L'imprévu n'est pas l'impossible : c'est une carte qui est toujours
dans le jeu. »



LLes couloirs du lycée, ont y passaient un petit moment de notre vie quand on regardait bien. Un bon moment de la journée, un bon moment de la semaine et mêmes des mois, avant que les vacances ne reviennent. C'est la aussi qu'on fait pas mal de rencontre parce qu'il a tout de même, même dans sa ville de naissance, des personnes que l'on ne connaît pas comme des petits nouveau par exemple. En quelques mois d'absence dans cette ville, je n'avais pas rater grand chose. Il n'y a avait au final pas autant de nouveau que ce que a quoi je m'attendais. Cela dit, je ne m'attendais pas non plus à tomber sur les Originaux, bien que c'était pratiquement évident qu'ils soient également de retour en ville. Je n'avais donc pas du tout prévu de tomber sur Niels. Niels, le fils de Klaus qui n'avais cependant pas grand chose en commun avec son père mis à part son nom de famille. Du moins, vu le peu que je connaissais de lui. La conversation avait changé de bord, c'était gênant si l'on peu dire de reparler de la première rencontre que l'on avait faite et qui n'était sans doute pas la meilleure que l'on puisse faire. Niels m'avait même arraché un sourire amusé lorsqu'il commentait son heure de cours à suivre. Et le sourire en coin qui venait après voulait tout dire !

 « Je veux pas te décourager d'avance, mais c'est le but de tous les cours au lycée ! »

Pour la peine, j'affichais moi aussi un petit sourire en coin, marchant à ces côtés. En vérité, j'aurais très bien pu me passer de ma petite remarque parce qu'il devait bien le savoir de lui même après toutes ses années d'existence. Cela dit, ça appartenait aussi au genre humaine de faire des remarque inutile, surtout quand on s'appelle Elena Gilbert et qu'on est toujours un peu gênée de se retrouver en compagnie d'un Mikaelson. Sans prendre garde à ce que j'avais déjà pu vivre avec le fils de l'hybride originel, il n'était pas plus méchant que ce que l'on pourrait s'imaginer. En temps normal et si je savais encore Klaus dehors, j'aurais peut – être pu imaginer que père et fils avaient pu manigancer quelque chose. Hors là, j'avais vraiment aucune raison de croire cela !

 «  Non... c'est sur que j'irais pas lui donner mon sang comme s'il s’agissait de la collecte annuelle de la banque du sang. Mais entre nous j'aurais sans doute jamais le choix de faire autrement, si je veux que mes proches restent en vie. Il faut voir aussi l'autre côté, j'aurais jamais du rester en vie et il aurait pu créer ses hybrides sans encombre... »

Il excusait son père, et sa je ne pouvait pas lui mettre en travers de la figure. C'est sans doute le cas de chaque enfant de défendre un peu ses parents, même si on ne cautionne pas toujours leurs agissement. C'est le cas pour chaque personne qui tient à quelqu'un qui a fait des choses horribles. En tournant mon visage dans sa direction, je lui souriais comme j'étais totalement en phase avec sa. C'était sans doute le cas jusqu'à ce que Klaus soit libérer de l'endroit où il se trouve enfermé. Quant il aura retrouver sa liberté, je dirais sans doute autre chose. Mais pour le moment, il valait mieux profiter de ce petit moment de répit.

«  Tu crois pas qu'on devrait faire comme si on ne souvenait pas de la rencontre du garage ? Je suis pratiquement certaine que t'es tout aussi mal à l'aise que moi rien que d'y repenser alors … »

Je souriais tout en poussant la porte pour sortie à l'extérieur. Dehors, il faisait un beau temps, certes pas de quoi sortir en t-shirt. Du moins pour ceux qui étaient sensible au froid. Les extérieur étaient complètement désertés, pas un seul jeune en vu. Comme s'ils se contentaient tous d'aller en cours, près des radiateur pour ne pas être dehors. J'allais poser mes affaires sur l'une des tables éternellement rouge, à l'effigie de lycée et de son équipe de sport cela dit, avant de prendre place sur l'un des banc.

 « Tu sais, je suis certaine d'une chose aussi. Tu n'es pas comme Klaus... Sinon, ont ne seraient pas là, à parler tranquillement... »

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Ven 1 Mar - 20:04




Elena Gilbert & Niels Mikaelson

« Dans la vie, il faut faire des choix. Et si j'utilisais ma superbe carte Joker ? »


Les élèves studieux, on les imagine souvent avec des lunettes sur le nez et toujours plongés dans leurs bouquins. Pourtant, ce n’est pas le cas de Niels. Il préfère faire la fête, boire, se coucher à il n’y a pas d’heure pour, parfois, reprendre les cours seulement soixante minutes plus tard. Et ça ne l’empêche pas d’avoir de bons résultats. Certes, il est bien vieux et ça pourrait expliqué son grand savoir, mais même autrefois, lorsque les premières écoles en dures ont vu le jour, il était capable d’arriver en tête de classe sans rien faire pour. C’est un peu un gène chez les Mikaelson, il tient sa grande intelligence de son père et même s’il s’évertue à faire comme s’il n’avait aucun point en commun avec Klaus, il se trahit parfois. Il y a le physique, mais ce n’est pas tout. Il lui arrive de parler comme lui, de raisonner également comme lui. Bref, le fiston a hérité beaucoup de son paternel mine de rien et il doit constamment lutter pour ne pas se laisser envahir par la même folie dévastatrice. Le lycée l’aidait sur cette voie. Voir d’autres personnes, des jeunes gens d’apparence son âge, même s’il pourrait être une bonne dizaine de fois leurs arrières grands pères. Ca l’aide à voir le monde autrement et à côtoyer d’autres personnes que des Vampires avides de sang. Mais malgré tout, il restait un éternel adolescent, malgré les siècles qu’il a au compteur. Les cours ne sont vraiment pas sa tasse de thé et il préfère de loin s’amuser. Visiblement, Elena devait penser comme lui, vue la réflexion qu’elle venait de lui faire.

« Moi qui croyais avoir à faire à une bonne élève qui adore les cours, je vois que je me suis trompé. »

Ajouta-t-il tout en gardant son petit sourire en place. Il continuait d’avancer en même temps que la jeune femme malgré le sujet délicat de la rencontre. Ce n’était pas vraiment un bon souvenir, mais parfois de mauvaises rencontres peuvent faire de belles amitiés, même si c’est difficile à croire sur le moment. Niels l’écoutait et la laissait parler. Il commençait à comprendre que tout le monde se trompait sur le compte de son père. Bien sûr, il faut voir les choses comme lui pour réussir à le cerner et contre toute attente, le fils arrivait à réfléchir de la même façon. Les yeux rivés sur son emploi du temps, il ne lisait pourtant pas, se contentant de réfléchir.

« Tu sais, si tu serais morte, il ne pourrait pas faire d’Hybrides, mais il ferait des Vampires. Ca ne changerait strictement rien au final. Pour lui, les Hybrides ont la même utilité que tous les Vampires qu’il a engendré jusqu’à présent. Ce sont ses larbins. Ils ne sont rien d’autres à ses yeux, mais il se sent entouré. S’il fait ça, c’est uniquement pour faire bouger ses frères, les rendre jaloux quelque part, pour qu’ils restent avec lui sans qu’il n’ait à les menacer. Ca peut paraitre complètement aberrant ce que je dis, mais c’est pourtant la vérité. Hybrides ou Vampires, nous ne sommes pas différents dans le fond. Et pour lui, les deux races ne sont que des pions. »

Les deux lycéens semblaient sur la même longueur d’ondes pour quitter l’établissement. Ils arrivèrent bientôt près de l’une des tables de l’extérieur. L’endroit était désert visiblement. Il faut dire que la chaleur manque à l’appel, même si Niels ne craint aucunement le froid. Les dernières paroles de la jeune femme le laissèrent muet durant quelques minutes. Il n’est pas comme son père ? Pourtant, il ne lui ressemble plus qu’il veut bien le laisser paraitre. Tout comme lui, il est animé par une certaine rage, ne sachant même pas d’où elle vient. Parfois, il peut être incontrôlable, désagréable et violent aussi. Mais pour toute réponse, Niels laissa échapper ces quelques mots :

« Disons que tu es tombée au mauvais endroit, au mauvais moments … C’est un passionné. Lorsqu’on le mène sur un sujet qu’il apprécie, il n’y a plus aucun moyen de l’arrêter de parler. »

En disant ça, il laissa échapper un sourire. L’art, la musique, la peinture et même l’histoire, sont des sujets à ne surtout pas aborder avec Klaus, si vous voulez pouvoir dormir. Il peut parler des heures sans s’arrêter, comme s’il était un grand nostalgique. Bien sûr, Niels ne peut pas montrer cette facette de son père à une personne qui s’est trop faite agresser. Elena ne pourrait pas le croire sur parole. La seule chose qu’elle a vu de Klaus c’est son côté manipulateur, agressif et violent. Elle n’a jamais eu l’occasion de voir autre chose. Et sûrement qu’en même temps, elle n’a pas vraiment envie d’en voir d’avantage.

fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Dim 3 Mar - 18:22





« Niels Mikaelson & Elena Gilbert »






Dernière édition par Elena Gilbert le Lun 11 Mar - 23:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Lun 11 Mar - 11:11




Elena Gilbert & Niels Mikaelson

« Dans la vie, il faut faire des choix. Et si j'utilisais ma superbe carte Joker ? »


Parler des cours faisait renaître beaucoup de souvenirs à Niels. A son époque, il fallait être riche pour en bénéficier. Lui, il avait appris tard et sur le tas, avant d’intégrer les premières grandes écoles. Lycées, universités, mais au final, il s’ennuyait. Comme s’il lui était impossible de tenir plus de cinq minutes en place. Etre un Hybride n’aide pas du tout à garder sa concentration sur quelque chose d’ennuyeux. Là encore, il lui fallait plusieurs choses pour s’occuper. En plus du garage et du lycée, il suit des cours de droit par correspondance et sous une autre identité.

« Je vais te dire un secret, je suis assez dingue pour suivre des cours à l’université par correspondance en plus du lycée. »

Le sourire qu’il affichait, se montrait franc. Après tout, ce n’est que la vérité. Puis vint le sujet de Klaus. C’est vrai que le père et le fils semblent bien différents, pourtant il y a des similitudes entre les deux. Disons que Niels les cache un minimum pour ne pas être considéré de psychopathe. Mais lui non plus n’a pas fait que des choses bien dans sa vie. Durant longtemps, il a renfermé son humanité, n’étant plus qu’un monstre avide de sang. Mais au fur et à mesure, il s’est contrôlé. Malgré ça, il ne pourra jamais effacer tout le mal qu’il a fait auparavant. Il en souffre chaque jour, mais est bien obligé de vivre avec. C’est pour ça qu’il comprend autant son père qui se renferme derrière une carapace.

« Tu ne te trompe pas. Tu n’as pas eu de chances d’être la descendante de Tatia. »

Quelque part, c’était aussi la réalité. Après tout, si Klaus est venu ici, c’était juste pour Elena, la vider de son sang. Il n’avait rien contre elle, mise à part qu’elle était la clé pour libérer son côté loup-garou, puis pour créer des Hybrides. Niels avança durant un instant en regardant devant lui, avant de tourner la tête vers elle.

« Ca n’excuse pas tout pourtant … »

Quelque part, cette phrase était dite pour lui aussi. C’est vrai, il aurait beau faire, il ne pourra jamais effacer ce qu’il a fait. Les nombreuses familles qu’il a détruite, les orphelins qu’il a fait en tuant leurs parents. Comme dans toutes les conversations, il y avait un retour et il fallait l’accepter quel qu’il soit pour pouvoir avancer. Certes, Niels est du genre à ne pas vraiment apprécier que son père soit dénigrer. Après tout, même s’ils ne s’entendent pas toujours, il est le mec sans qui il ne serait pas sur Terre. Mais Elena, malgré surement toute la haine qu’elle éprouvait à l’égard de l’Hybride Originel, ne laissait pourtant aucun mot blessant franchir la barrière de ses lèvres. Sûrement qu’elle n’en pensait pas moins après tout. Mais n’étant pas dans sa tête, Niels préféra l’écouter. Il se mit à sourire en prenant place à côté d’elle.

« Tu ne t’étais pas trompée. Au départ, ce n’était pas une relation sincère. Il voulait juste avoir un moyen de pression sur toi. Mais il s’est piégé tout seul en tombant amoureux d’elle. »

Même s’il est prêt à excuser toutes les erreurs de son père, il n’est pas non plus aveugle et voit claire dans son jeu. D’ailleurs, il l’admet parfaitement. Et là encore, il venait d’être franc en racontant ça à Elena. Elle devait bien s’en douter quelque part. Mais en avançant sur le sujet, des bons souvenirs remontaient encore un peu. Oui des bons souvenirs en compagnie de Klaus évidemment. Il n’est pas de mauvaise compagnie lorsqu’il n’a pas de menaces à proliférer. La jeune Gilbert venait de lui demander, en quelques sortes, de lui faire part de ces petites discutions où l’Originel se laissait aller à parler des heures durantes.

« La peinture. Ca c’est son truc. Une fois, je l’ai interrompu lorsqu’il était en train de peindre. Je préfère largement le dessin à la peinture, je ne vois jamais ce que les autres voient sur les tableaux. Par exemple, les Picasso, je trouve toujours ces trucs horribles, pourtant ça coute un paquet de pognon. Mais mon père, dans ses peintures, on arrive facilement à voir le message qu’il essaye de faire passer. Dans un soucis de le contrarier, j’avais fais semblant de ne rien comprendre et là, il est parti dans les explications remontant vraiment loin dans le temps. Il m’a trainé avec lui et durant deux semaines, on a fait le tour d’Europe à travers les plus grands musées où certaines de ses oeuvres étaient exposées. J’avoue que l’entendre parler à longueur de journée pouvait être déroutant. J’avais même imaginé me briser la nuque tout seul pour avoir un moment de répit. Mais ce qu’il m’avait empêché de le faire, c’était de me rendre compte qu’il se confiait à moi, comme jamais il ne l’avait fait avec les autres … La musique est également un sujet sur lequel il peut longuement parler. Et je crois que jacasser des heures durant est un gène qu’il m’a transmis, parce que je me rend compte que je n’arrête plus de parler là. »
fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Mar 12 Mar - 12:36





« Niels Mikaelson & Elena Gilbert »







« L'imprévu n'est pas l'impossible : c'est une carte qui est toujours
dans le jeu. »



Le savoir devait avoir accumulé Niels au fil des année de sa vie devait tout simple énorme. Du moins c'était ma représentation des choses. Un dictionnaire ne servirait sans doute pas a grand chose pour regrouper tout sa, et j'en venais même a me demander si une encyclopédie suffisait. J'étais un peu partie dans mes penser lorsqu'il m'avouer devoir me dire un secret. Je me ressaisissait en lui faisant un sourire allant a l'encourage de me dire tout cela. Enfin, sa c'était avant que je donne l'impression que ma mâchoire n'allait se décrocher. Je souriais un nouvelle fois avant de rire. Ce n'était pas un rire de moquerie, bien au contraire. C'était un vrai dire, un rire que je n'avais pas eu depuis longtemps. Il était digne de celui que l'on pourrait sortir lorsque quelqu'un nous sort une anecdote de sortie entre copains.

« Tu rigole ? Attends, tu fais vraiment des études de droit en plus du lycée? »[b]

C'était l'agréable surprise qui me laissait un sourire au visage. Du moins surprise avant de penser qu'il en était tout a fait capable. Il ne fallait pas non plus que j'oublie qu'il avait des années et des années de scolarité derrière lui et sans doute beaucoup de facilité que n'importe qui. Cela dit, sa n'empêchait a la conversation de très vite retourner au sujet de Klaus. Si bien que Niels avançait lui aussi que ce n'était pas de ma faute si j'étais de la lignée de Tatia. C'était sur que je ne l'avais pas choisit... Et si je l'avais pu, je ne sais pas vraiment quel choix j'aurais fait. On est tel que l'on doit l'être. Le destin ne change pas tellement selon nos choix, il évolue en fonction mais au final on arrive toujours à la même fin de l'histoire.

[b] «  On est comme on est, et je suis pas sur que sa aurait changer beaucoup de chose. On choisit de qui on descend alors faut bien que je me fasse à tout sa au final. »


Je le regardais, gardant un dixième de mon sourire pour ne pas faire tourner tout cela en mélodrame. C'est vrai après tout, on s'adapte sans cesse à ce que l'on est. Il s’excusait ensuite des acte de son paternel même si il n'en était pas du tout responsable, les choses étaient faites ainsi... Je me contentais tout simple de pincées mes lèvres l'une contre l'autre, ne voyant pas tellement en vérité ce que je pourrais lui dire. Et d'un autre côté, il me paraissait bien plus soucieux pour ne parler que des faits et geste de son père. Je lui rendait par la suite son sourire lorsqu'il en venait à parler de ma cousine. Bien sur que je savais tout cela. Klaus lui même s'était servit d'elle comme menace afin de s'assurer qu'il ne me viendrait pas à l'idée de faire quelques chose de stupide. Mais au final il s'était piégé à son propre jeu. Un peu comme le principe de l'arroseur arrosé si on va pas la. Dans ce cas, Klaus serait même bien détrempé.

«  Oui je le sais … Il m'a dit lui même que c'était un moyen pour lui de s'assurer que rien de débile ne me passerait par la tête pour lui échapper. Et voulant la sécurité de tout le monde j'ai pas pu faire un autre choix que de l'écouter. Et puis...j'étais la première à voir sa d'un mauvais œil aussi. »

J'hossais les épaules. Je devais bien l'avouer, sur ce coup je m'étais bien tromper et en prime avec tout sa, je m'étais mise à dos ma cousine en voulant la surprotéger. Sa avait été bien plus fort que moi.Et il m'a fallut du temps pour comprendre qu'elle était grande pour gérer tout sa finalement. Je le regardais ensuite avec un grand sourire au lèvres, la joue posées au creux de ma main tout en l'écoutant attentivement relater ses souvenirs en communs avec son père. Pour dire vrai, je buvais chacune de ses paroles. Ce qui était sur, c'est que ça me faisait encore tout étrange de parler aussi naturellement avec lui, comme si je le connaissais depuis des années et des années et qu'il était devenu un bon avis. Alors qu'en réalité, je ne le connaissais a peine et que je lui laissais la chance de faire de nouveau connaissance. Autrement qu'enfermés dans un garage. Tout a fait naturellement, je lui souriait plus grandement dans un regard complice tout en posant sans même réfléchir mes mains sur son avant-bras.
«  Sa ne me gêne pas du tout que tu ne puisse plus t'arrêter de parler. Sa me permet de mieux te connaître ! »


Mon petit sourire s'effaçait pour laisser place à de la gêne en m’apercevant de la liberté que j'avais prise en posant mes mains sur son bras. Je ne m'étais même pas rendu compte de cela, je l'avais fait aussi naturellement que si je m'étais retrouvée en compagnie de Matt ou de mon petit frère...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Mer 27 Mar - 7:27




Elena Gilbert & Niels Mikaelson

« Dans la vie, il faut faire des choix. Et si j'utilisais ma superbe carte Joker ? »


Comme tous les êtres ayant la vie éternelle, Niels avait touché à tout au fil des années passées sur cette planète. La vie est courte pour les gens dits normaux. Mais pour ceux qui ne trouveront pas la mort naturellement, ils en ont vite fait le tour et à la longue peuvent même finir par s’ennuyer. Nielsen fait parti de ces êtres qui ne vieillissent plus. Ceux qui, s’ils ne se font pas tuer, resteront sur Terre jusqu’à la fin des temps. Il en a vu des modes naitre, puis s’éteindre, avant qu’une nouvelle ne soit lancée. Rien que les vêtements par exemple, même s’il n’a jamais suivi la mode vestimentaire, il a vu des choses aussi belles qu’horribles à la fois. Il se souvient notamment des pantalons avec des jambes affreusement larges. Les chemises à fleurs et tout le reste. Une chance pour lui, qu’il n’ait pas adhéré à ces styles. Au niveau des cours, contrairement à ce que l’on pourrait penser, Niels est légèrement fainéant. Il ne s’est jamais donné à fond et a toujours fini par tout quitter avant même de passer les examens. Mais depuis que son humanité s’est vue être réanimée grâce à Tia, les choses ont changé. Peut-être toujours en désaccord avec son père, il a tout de même décidé d’aller au bout des choses, surtout pour prouver à Klaus qu’il peut faire quelque chose de sa vie, sans avoir à dépendre de lui. L’éternel affrontement père/fils que l’on retrouve toujours dans toutes les familles à un moment donné. Il n’était donc pas surpris de la réaction de la jeune Elena, qui venait de découvrir qu’en plus du lycée et du garage, il suivait des cours de Droit à la Faculté la plus proche. En la voyant rire, il esquissa un sourire amusé également.

« Ca fait pitié hein. Mais c’est aussi le moyen de prouver que je ne suis pas que le fils de Klaus et que j’ai pas besoin de lui pour continuer d’exister. »

Bien sûr, cette rivalité ne cessera sûrement jamais, même si Niels reste tout de même quelqu’un qui possède un bon fond. Il continue à tenter d’aider Klaus, malgré qu’il n’a pas hésité à s’envoyer sa petite-copine il y a maintenant quelques années. Peut-être le fait que Tia ne soit plus dans le coin, lui permet de ne plus penser à cette histoire. Mais malgré leur bon vouloir à tous les deux, la conversation ne pouvait pas tourner autrement qu’autour de l’homme qui les unissait. Klaus le père de l’un, le bourreau de l’autre.

« Tu n’es pas obligée d’être une poche de sang toute ta vie Elena. Libres à toi de suivre un autre chemin et pour une fois, de ne pas penser aux autres, mais juste à toi. »

Nielsen devrait suivre ses propres conseils il faut dire. Parce qu’il a beau se montrer raisonnable là d’un coup, lui-même n’est pas fichu de mettre les voiles et de tourner le dos à son père. Il y a toujours cette conscience qui l’empêche de partir de façon définitive. Imaginer Klaus seul au monde, n’est pas vraiment supportable. Alors même s’il doit subir parfois la mauvaise humeur de son cinglé de géniteur, il reste et tente d’apaiser les moeurs. Tout en parlant, le sujet concernant Tatiana venait d’être aborder. Au final, la petite Flemming avait une certaine emprise sur Klaus, même s’il ne faut pas espérer des miracles face à tout ça. Cet Hybride n’aime pas vraiment qu’on lui dicte sa façon de procéder. Si un jour, elle venait à se mettre en travers de son chemin, Tatiana risquerait d’en subir les conséquences. Mais ne voulant pas effrayer Elena, qui commençait à ne plus rien avoir contre cette relation, Niels préféra se taire sur ce point sombre. A la place, il esquissa un nouveau sourire pour détendre l’atmosphère.

« Ca, c’est parce que tu n’as pas la technique du oui qui veut dire non. Plus on dit non à un jeune, plus il fera l’inverse. Alors quand on ne veut pas qu’il fasse quelque chose, il faut lui dire oui qu’il fonce, comme ça, il ne le fera pas. »

Tout en expliquant cette technique, il avait bien sûr ricané, même si sur la forme, il n’avait pas tout à fait tord. Il a de la maitrise sur le sujet, puisqu’il a deux petits frères qui ne tiennent pas en place et n’en manque pas une. Puis, peu à peu, après s’être rendu dehors, sur une table à l’effigie du lycée, la conversation tourna sur ses bons souvenirs passés avec son père. Après tout, Klaus n’a pas été taillé dans le marbre et il y a du bon en lui, même s’il faut s’armer de patience et avoir une bonne pelle pour creuse. Perdu dans ses souvenirs, Niels ne s’était pas rendu compte qu’il monopolisait la conversation. Mais ce sont ce genre de souvenirs qui font qu’il ne peut décemment pas tourner le dos à Klaus. Il suffit d’essayer de le connaitre pour voir qu’il n’est pas le monstre qu’il veut que l’on croit justement.

Il venait de se rendre compte qu’il ne s’était pas arrêté de parler une seule minute. A croire qu’il avait beaucoup plus de points communs avec son père, qu’il ne l’aurait cru. Mais Elena le rassura sur le fait que ça ne la dérangeait pas le moindre du monde. Elle venait même de poser ses mains sur son bras, geste qu’il n’avait pas manqué. Lui-même venait de poser sa main opposée sur celles de la jeune femme. Avant de prendre tout en plaisantant :

« Et toi. Dis-moi quelque chose que je ne sais pas. On peut éliminer le fait que tu sois sortie avec le vilain éventreur accroc au sang de poulet, je le sais déjà … - Il ricana en voyant sa tête étonnée et reprit aussitôt - C’est amusant de dire du mal des ex non ? Aller, ne fais pas la timide, avoues qu’il y avait des trucs qui t’énervaient chez lui … Tiens, sa coiffure bizarre. Tu trouve pas qu’il met trop de gel ? »

Son sourire était intact, preuve qu’il plaisantait juste pour détendre l’atmosphère, d’ailleurs, à réfléchir, ses ex-petites-amies n’étaient pas mieux.

« Par exemple, je suis sorti avec une fille qui mettait toujours une horrible fleurs dans ses cheveux. C’était traumatisant, parce que quand j’étais en sa compagnie, je ne pouvais pas m’empêcher de regarder ce truc … Et la dernière en date, avait un rire épouvantable, je n’osais plus rien dire de drôle …. »
fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Mer 27 Mar - 19:55





« Niels Mikaelson & Elena Gilbert »







« L'imprévu n'est pas l'impossible : c'est une carte qui est toujours
dans le jeu. »



Le fait que Niels prenait des cours pas correspondance de droit ne me choquait pas. Et ne m'amenait pas non plus à ressentir de la pitié pour lui après qu'il me l'ait dit. C'était même tout le contraire ! C'était son moyen de prouver qu'il n'existait pas qu'au travers de son père, et sa je le comprenais même très bien. Souriante je le regardait tout en m'empressant de lui affirmer tout le contraire.

Je t'interdis de dire que sa fait pitié parce que c'est pas le cas ! Je trouve sa même vraiment bien. C'est un belle preuve que tu donne à tous ceux qui croit que tu veux a tout prix marcher dans les pas de ton père ! »

Sa devait sans doute en scotcher sur place plus d'un ! Le plus certains était qu'il ne casserait jamais ce qui le relie à Klaus, et c'est bien plus que normale. Même si je ne pouvait pas m'empêcher de penser que Niels avait un bien meilleur fond que son paternel. La preuve en était que je pouvais lui parler aussi librement que si je m'étais trouver en face d'un lycéen tout a fait normal. Et par normal, j'entends quelqu'un qui n'a pas du tout connaissance du monde qui l'entoure. Cela dit, on ne pouvait pas non plus s'empêcher l'un comme l'autre de parler de Klaus. Le fils de l'hybride originel venait d'avancer un bon argument. Je ne devais pas m'obliger d'être, et de rester surtout, une poche de sang sur pattes toute ma vie. Quelque part, il avait sans doute raison. Je devrais peut être profiter du temps de répit dans la course au sang de double pour changer de vie complètement. Mais d'un autre côté, ce n'était pas non plus possible que cela. L'envisager était bien plus simple que de le faire. Cela impliquait évidement de changer de ville, quitter Mystic Falls et construire une vie ailleurs. Même si j'avais déjà quitter la ville plusieurs fois, je ne me sentais pas de quitter ma ville natale pour toujours. Elle est tellement remplie de tous mes souvenirs que je n'arriverais sans doute pas m'en détacher comme sa. Perdue dans mes pensée par sa suggestion, je levais de nouveau mes yeux vers lui avec un petite grimace aux lèvres, suivit de peu par un sourire.

 «  C'est pas si simple, il y a tout mes souvenirs ici. Les bons comme les mauvais. Je devrais en profiter pour partir mais il y aura toujours sur surnaturel dans ma vie. »

L'autre solution pour cesser d'être une poche de sang à contribution était plus simple, mais pas envisageable pour ma part. La vie, la vraie, celle où on vieillit chaque année à un rythme normal me convenait bien trop pour que je le fasse juste par envie de ne plus servir à fabriquer des hybrides.La discussion avait ensuite repris son cours, tournant bien plus autour de ma cousine qu'autour de Klaus. Tout le monde savait sans doute que je n'avais pas vu la relation de Tatiana d'un très bon œil dès le départ. Je l'avais bien trop mise en garde, même trop couvée. Et comme venait de le faire remarquer Nielsen, je n'avais pas opté pour la bonne tactique à cette époque. Si il y a quelques mois j'aurais pris très mal cette remarquer, aujourd'hui je la prenait avec le sourire. Tout simplement parce que beaucoup de choses m'avait ouvert les yeux, et que j'avais fait moi même ce constat.

«  Tu devrais faire le premier manuel étape par étape pour apprendre à gérer les adolescents. Je suis certaine qu'il se vendrait très très bien ! »

J'arborais un grand sourire amusé pour le coup. Mais c'était vrai que sa technique n'avait pas l'air mal. Et a vrai dire, elle devait sans doute fonctionner. Par logique, c'était bien le fonctionnement des adolescents. Quand on leur répond non, ils le font. Et quant, à l'inverse, on est d'accord ils finissent par ne pas le faire !

Le temps passait vite, la discussion suivait toujours son cours. Si bien que j'avais vite retirer mes mains de son bras lorsque je m'étais aperçu de cela. Cependant, a mon grand étonnement, Niels avait posé la sienne sur les miennes. A l'heure qu'il était, je devais sans doute être rouge comme une tomate.Je m'étais empresser de regarder ailleurs, plutôt mal à l'aise avant de croiser de nouveau son regard lorsqu'il reprit la parole. Il voulait en savoir un peu plus sur moi. Disons simplement sur les choses qu'il ne savait pas déjà. Très vite, Stefan passait comme un sujet de discussion, avec les moquerie de Niels qui pour autant m'arrachait un rire amusé suivit d'un sourire. Sous l'effet de sa boutade, j'avais posées mes mains sur mon visage pour étouffer mon rire avant de les reposer sur mes cuisses. Dire du mal de ses exs, comme il le disait, serait sans doute le moyens le plus efficace pour se détendre. Et même si je n'étais pas très partante pour cela, il m'encourageait tout de même à lui révéler quelques petites choses. Son sourire plaisantin n'avait pas quitter son visage. Sa détenait malgré tout. Ce n'était qu'un petit détail après tout, mais si important au final. Je le laissais ensuite me donner des exemples de ses ex petites amies. Et a dire vrai, je n'avais pas pu m'empêcher de rire moi aussi.

«  J'espère que j'ai pas le même rire qu'elle, sinon j'aurais plus l'occasion de t'entendre me raconter des trucs aussi drôle ! » Je souriais tout en réfléchissant a ce que pourrais trouver à dire. «  Alors voyons … J'ai eu un petit ami qui jouait à l'astronaute en se mettant du papier aluminium sur la tête. Mon eventreur d'ex petit ami m'a toujours fuit les premières fois où on se voyait. Ne me regarde pas comme sa, j'ai pas un sens de l'équilibre super élaborée moi ! Je tombais tout le temps ! Oh et sa voiture était... trop orange aussi !»

Je ricanais bêtement, c'est le genre de petites choses insignifiante qui peuvent faire rire lorsque le calme plat et à l'horizon...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Lun 3 Juin - 15:32




Elena Gilbert & Niels Mikaelson

« Dans la vie, il faut faire des choix. Et si j'utilisais ma superbe carte Joker ? »


Généralement, Niels n’est pas du genre à s’ouvrir aux autres. Il reste souvent en retrait, puisque tout le monde a tendance à le comparer à son père. Pire, il le prenne parfois pour son père en le fuyant comme la peste. Quelque part, ça fait mal. Pour sa propre personne d’abord, parce que ce n’est pas un monstre, il ne tue pas sur un coup de colère, pas comme Klaus. Et ensuite, s’il a mal, c’est bien pour tout ce que les gens pensent de son père. Pire, certains rêvent de le voir mort. Alors qu’au final, Klaus n’est pas celui qu’il prêtant être. Il y a du bon en lui, comme en chacun, Niels en est persuadé et d’ailleurs, il en a déjà eu un avant gout. Mais la surprise sur le visage d’Elena, lorsqu’il lui dévoila toutes les études qu’il faisait, ne le laissa pas de marbre. C’est vrai qu’il pourrait presque être considéré comme un intello, bien que ça ne soit pas du tout le cas. Il est loin de rester enfermé dans sa chambre, avec des piles et des piles de bouquins plus ennuyeux les uns que les autres.

« Je t’assure que ça ne suffit pas. Tout le monde détale en apprenant qui est mon père. Je dois dire, que tu es l’une des rares personnes à ne pas prendre ses jambes à son cou. »

Un père, nous n’en avons qu’un seul et Niels en est conscient. Ayant vécu dans l’abandon total, il a été ravi de se découvrir un père … son père. Jamais, il ne pourrait se le mettre à dos, ou faire quelque chose contre lui, même s’il n’apprécie guère certaines de ses manières. De plus, il sait pertinemment, que les gens laissent tous tomber Klaus. Sa famille, à part quelques uns, ses amis, pour le peu qu’il en ait. Alors son fils compte bien rester l’un de ses plus fidèles, même s’il tente toujours d’atténuer les choses lorsqu’il s’agit d’aller pomper du sang à Elena. D’ailleurs, il lui avait demandé pourquoi elle ne quittait pas la ville, pour vivre un peu mieux, sans la menace de Klaus au-dessus de sa tête. Quelque part, la réponse, il la connaissait, mais après tout, tout le monde, à un moment ou à un autre de son existence, peu être amené à prendre la fuite, pour tout recommencer à zéro.

« Mon père est plutôt téméraire, c’est vrai qu’il n’abonnera pas facilement. Mais pour que ce soit moins difficile pour toi, imagines-le en médecin de la Croix Rouge. »

Certaines personnes n’hésitent pas à se faire piquer du sang pour aider les malades qui en ont besoin, alors, elle pourrait peut-être voir ça, de la même façon. Bien que les médecins soient tous plus doux que Klaus. D’ailleurs, ça lui donnait une petite idée.

« Ou … je peux te présenter mon cousin qui travaille à l’hôpital. Il est chirurgien et sûrement plus délicat que Klaus pour poser une perfusion. Ca t’éviterait des dommages aussi importants que ceux de la dernière fois, et mon père aurait ce qu’il veut, il ne t’embêterait donc plus. »

Evidemment, en ce qui concerne Tatiana, tout le monde se doutait qu’il s’agissait d’une crise d’adolescence. Enfin au départ, maintenant, ce qu’elle vit parait si intense, que même Niels n’essayerait pas de se mettre entre eux deux. Ils sont amoureux, l’un comme l’autre.

« Le manuel sur les adolescents serait plutôt une auto-biographie. » Dit-il en ricanant. « Je peux être terrible quand je m’y met, mais dans le fond, ce n’est pas de ma faute, je suis un éternel ado. »

Son regard se posa sur le ciel. Aucun nuage ne venait les menacer, c’était déjà ça. Il posa sa main sur le genou d’Elena, le tapotant en souriant, alors qu’il s’apprêtait à sortir une bêtise.

« Tu sais, tu peux faire un marcher avec ta cousine. Dés que Klaus est horrible avec toi, elle le prive de câlins. A force, il te foutra la paix. »

Mais pour détendre l’atmosphère, Niels entreprit de se moquer de Stefan et de donner l’exemple également avec ses ex. Il ne pensait pas que Elena se laisserait prendre au jeu, mais finalement, elle aimait tout autant que lui déconner sur les sujets qui peuvent généralement faire mal.

« Je te rassure, ton rire est ce qu’il y a de plus normal. » Ajouta-t-il ricanant légèrement, pendant qu’elle continuait sur les petites anecdotes. « De l’aluminium ? Sérieusement ? … Ne me dis pas que c’est Matt ?! » Il eut bien du mal à se retenir de rire d’avantage en entendant les moqueries sur Stefan. « Tu es le fléau de tous les Vampires végétariens. C’est vrai que sa voiture est vraiment très … visible … »

fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert Lun 3 Juin - 21:46





« Niels Mikaelson & Elena Gilbert »







« L'imprévu n'est pas l'impossible : c'est une carte qui est toujours
dans le jeu. »



Le fait que Niels s'ouvre autant a moi me touchait, si bien que je ne pouvais pas m'empêcher de sourire. Ont ne s'étaient pas rencontrés dans de très bonne circonstances la première fois et après ce qu'il c'était passé, je n'aurais pas même pensé que nous aurions pu avoir une conversation normale et comme celle-ci par la suite. Et pourtant c'était bien le cas. Et si tout le monde détalait en apprenant qui était son père, ce n'était plus mon cas. Sa fait bien longtemps que j'ai compris que sa ne sert a rien de fuir Klaus, quand il tient a avoir quelque chose il court après. Sa avait été mon cas, partout ou j'avais tenté d'aller.

« Ils détalent parce qu'ils ne cherchent pas à te connaître au delà de ça. »

Ce n'était que la stricte vérité. Si les personnes qui fuient comme des perdus dès que Niels prononce le nom de son paternel c'est bien parce qu'elles ne cherchent pas à creuser, a voir qui il est vraiment dans le fond. Je suis bien placer pour comprendre que l'on veuille fuir Klaus, mais ce n'est pas pour autant que son fils est identique à lui et doit en subir les conséquences. Certes, a une certaine période j'aurais sans doute été comme toutes ces personnes, mais sa ne sert a rien de fuir ses peurs, il faut les affronter.
Ce que disait l'hybride me faisait ensuite sourire, c'était une solution comme une autre pour rendre tout sa moins terrible. Même si très franchement j'avais du mal à m'imaginer Klaus avec un uniforme de la Croix Rouge sur le dos en prenant le don de sang des gens avec une grande douceur. Mais l'idée même de pouvoir l'imaginer me faisait sourire.

«  Je suis pas certaine que sa colle a la peau de ton père mais j’avoue que c'est une solution pour rendre sa moins... affreux. »

Je riais doucement avant de reprendre un petit sourire pendant quelques instants. Il me proposait ensuite de faire la rencontre de son cousin, travaillant dans le milieux médical hospitalier. Ma première réaction a certainement été de me demander comment un vampire pouvait bien travailler dans un hôpital, tenter par tout le sang qui pouvait l'entourer. Enfin, avant de trouver sa plus normal. C'était sans doute une solution quelque part. Cela dit, même si la proposition de Niels partait d'un bon sentiment, je tiquais sans doute un peu trop. Ce n'était pas parce que je ne voulais pas que Klaus ne me laisse en paix, c'était simplement la notion de lui donner mon sang pour qu'il puisse créer d'autres hybrides qui me freinait sans doute d'avantage.

«  C'est... Sans doute une bonne solution mais je ne sais pas si c'est vraiment ce que je veux. Enfin je veux dire donner mon sang comme sa a ton père en sachant ce qu'il en fera... »

Mon sourit avait bel et bien disparu me laissant tranquillement me pincer les lèvres, de peur de l'avoir vexé quelque part. Mais c'était mon point de vu, d'ailleurs je n'ai jamais vraiment été très d'accord pour laisser Klaus prendre mon sang... Mais je savais aussi très bien que si je ne le faisais pas, il pourrait s'en prendre au personne que j'aime. C'était sans doute pour cela que j'étais encore un peu hésitante par rapport a sa même si la solution que Niels m'offrait était toujours mieux que d'avoir affaire en personne à la délicatesse de Klaus. Par la suite on en revenait très vite autour des discussions un peu mouvementées que j'avais pu avoir par le passer avec ma cousine. A cette époque là, j'avais l'impression de me confronter a un mur. Tatiana aussi ne lâche jamais l'affaire quand elle souhaite quelque chose, c'est sans doute dans les gêne. Je dois bien avouer que je suis un peu pareille certaines fois ! Le commentaire de Niels me faisait doucement rire, ce n'était pas faux. Chaque ados devaient avoir son propre manuel c'est sûr !


«  Je te promet que le jour où j'en trouve un, je cours l'acheté ! »

Je ricanais également tout en ayant du mal a voir Niels plus terrible qu'il pouvait en avoir l'air. C'est vrai, quand on le regarde bien on ne peut pas se douter un seul instant de son caractère, ni même ce qu'il peut être à certains moments.Je me retournais ensuite faire lui vers lui avec un grand sourire amusé après qu'il m'ait tapoté amicalement le genoux. Son idée n'était pas si mal après tout. Peut être bien que Tatiana accepterait. Mais d'un autre côté elle est tellement amoureuse de Klaus, éperdument amoureuse de lui que j'ai bien peur que ce petit jeu ne dire pas longtemps. Après tout, je pouvais bien la comprendre, l'amour n'est pas un sentiment qui se demande et il y a toujours un moment où l'on cède.

«  J'avoue que sa pourrait bien m'aider ça ! Mais je suis pas certaine qu'elle tienne longtemps. Elle l'aime tellement qu'elle craquerait au bout d'un moment ! »

Je souriais tandis que je commençais à regarder ailleurs, laissant mon regard fureté sur le parking du lycée jusqu'à tomber sur la voiture de Stefan. Oui, je pouvais comprendre ce que ma cousine ressentait. Mieux que personne. Je tournais ensuite de nouveau le regard vers Niels souriant a son compliment avant d’acquiescer d'un air moqueur sa question a propos de Matt.

 «  Ah si ! Je t'assure c'est bien Matt, le Quaterback du lycée qui à eu un papier d'aluminium au dessus de la tête »

Je riais avant de prendre un faux air indigné à sa réponse à la question qui n'en était pas une. Après tout il n'avait pas tord. J'imaginais très bien ce qu'il avait pu ressentir !

«  Comment ose tu dire sa ? »

Je riais de plus belle en haussant faussement les épaules tout en me levant pour me rendre sur le terrain de basket juste près de nous, où un ballon restait en permanence coincé entre le poteau et le rebord du trottoir qui séparait les pelouses des places de parking. Je le prenais entre mes mains tout en regardant Niels.

«  La prochaine fois je penserais à faire attention où je met les pieds ! »

Je lui lançais un sourire tout en tentant de lui envoyé le ballon en reculant de quelques pas. Le but était qu'il ne rebondisse pas sur les voitures garée plus loin et sa, ce n'était pas gagné d'avance !.
Revenir en haut Aller en bas


Hi, My name's
Contenu sponsorisé,







MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir - Elena Gilbert

Revenir en haut Aller en bas

Au détour d'un couloir - Elena Gilbert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tomorrow's World :: Le Point de Départ :: SUJET POUR ELENA-