RSS
RSS



RENOVATION - NOUVEAU FORUM - RECONSTRUCTION - L"ARRIVER EST POUR BINETOT

Partagez|

La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael) Lun 26 Nov - 23:11

Je rêve ou quoi ? !

"la réalité est parfois plus dure à avaler ... "




La journée… elle était loin derrière. Je venais de coucher Lexi lorsque je me venais m’asseoir sur le lit après un passage à la salle de bain. La place de Stefan était encore vide dans le lit, et on ne peut pas dire que cela ne me pèse pas sur le cœur du tout. Ce serait mentir. Le fait de simplement le croiser était assez dur. Mais où était passée toute cette complicité qu’il y avait entre nous avant la naissance de Lexi. Car oui, il ne faut pas ce le cacher, tout a changé depuis la venue au monde de notre petite princesse. Rien n’est plus pareil et je m’en rends bien compte maintenant. Sans doute trop tard. Assise au milieu de lit, avec pour le moment les seules compagnies de la lampe de chevet allumé, de mon journal sur mes genoux et de mon stylo à la main je ne savais plus sur quoi faire le point. En réalité, il y aurait tellement de chose à raconter que je ne savais pas vraiment par où commencer. Peut-être par le fait que j’ai vraiment l’impression d’avoir bel et bien perdu le contrôle de toute cette fois, mais de ne pas savoir par où commencer pour essayer de rattraper le tire. Au lieu de regarder au-devant de moi, mes yeux s’était posés sur le petit cadre pêle-mêle qui se trouvait sur la table de nuit, de mon côté. Sous le verre, il y avait des bons moments. A commencer par une photo de famille, papa, maman, Jeremy et moi. En dessous, il y avait Jenna et Jeremy, ensuite un Stefan et moi prise par Caroline il me semble bien. Suivait ensuite, une photo digne d’un concoure de grimace avec Alaric, une de Damon avec Lexi. Et pour finir, un petite dernière où nous étions tous les trois peu de temps avant la transformation de Lexi, Stefan, la petite et moi. Je soupirais dans un petit sourire, c’était encore le temps où tout semblait à peu près normal…

Refermant mon journal posant le tout, ensuite, à côté de moi avant de me lever du lit pour aller éteindre la lumière de la chambre de ma fille. Elle dormait, à poing fermés. Je refermais un peu sa porte avant de retourner dans la chambre, éteignant la lumière du couloir en passant. De retour dans la chambre, je me glissais directement dans le lit avant d’étreindre la lumière. L’envie de dormir était bien là, demain serait un autre jour et les choses seraient toutes autres encore. En espérant que j’aurais tout de même la chance de me réveiller à côté de mon compagnon, si je me levais aux aurores. En moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, j’étais déjà pratiquement dans les bras de Morphée. Et même si le pays des rêves en tous genre n’était pas très loin, ce n’était pas pour autant que mon sommeil était calme. Au contraire, je m’étais retournée une demi-douzaine de fois avant d’être complètement endormie. Du moins jusqu’à ce que les pleures d’une petite voix bien familière ne parvienne a mes oreilles pour me réveiller un sursaut. En à peine quelques secondes, j’avais allumé la petite lampe, passant l’un de mes mains sur le visage en tendant l’autre vers une veste afin de l’enfiler. En donnant un coup d’œil à côté de moi, je remarquais que j’étais toujours seule… Quelques pas plus tard, j’ouvrais la porte de la chambre parentale, les yeux encore endormis.

« Je suis là puce. Maman arr…ive »

Ayant baissé la clenche de la porte, en l’ouvrant à vrai dire, j’étais plus a même de savoir que j’allais être confrontée à ma fille en pleure dont mon devoir de maman était de la consolée, plutôt que de retrouver au première loge de l’appartement d’Alaric. Le plus étrange encore, s’était le fait que les pleure de ma fille avaient entièrement cessés à mon arrivé devant ce tableau. J’avais fait quelques pas, m’arrêtant juste après ce qui m’avait semblé, l’instant d’avant, le seuil de la porte de la chambre de Lexi. Alaric était là, chez lui pour tout dire, avec un verre de whisky à la main et le regard complètement perdu. Sans doute affecter par quelque chose. Le voir dans un état comme celui-ci était vraiment loin de me ravir pour dire vrai.

« Ric … »[b]

Mon front s’était naturellement plissé et mes sourcils froncés pendant que je faisais quelques pas encore avant de m’arrêter. Alaric n’avait pas réagi, il n’avait pas même levé la tête vers moi lorsque j’avais fait quelques pas vers lui. Je devais sans doute être en train de rêver. Cela dit, je n’étais pas folle, j’avais bien entendu un bruit plus sourd, comme si quelqu’un se raclait la gorge non loin de moi. En jetant un coup d’œil sur le côté, je vis un autre homme assis sur un fauteuil. Il me regardait, comme s’il semblait m’attendre depuis le début. Pour dire la vérité, je ne comprenais plus rien à rien, si bien que mes lèvres restaient entre-ouverte d’incrédulité.


Code by [b]Anarchy

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael) Dim 30 Déc - 18:34


La vérité en face





Gabriel en mode fantôme du présent ... normale c'est le plus sympa ▬ Depuis qu’il a mis sa couverture en péril, Gabriel a repris du service. Non pas au Paradis, là bas, il n’y met plus les pieds depuis des lustres. Mais il intervient parfois pour éviter aux gens de faire des erreurs qu’ils ne risqueraient de regretter bien durement. Le travail d’un Ange ou juste celui qu’il se donne. D’habitude, Gabriel fait prendre conscience aux gens de leurs erreurs en se jouant d’eux. Il utilise très souvent des séries télévisées ou des films pour y parvenir. Sauf que là, avec Noël approchant à grands pas, notre Archange favori se trouvait devant sa télévision, en compagnie de grincheux … ou plutôt Balthazar si vous préférez. Le programme du soir se trouvait être un conte pour enfant : le drôle de Noël de Scrooge. C’est évidemment un film de la maison de Mickey mais qui peut faire ouvrir les yeux à beaucoup de monde, pas seulement aux enfants. Se baissant vers l’avant, les coudes sur les genoux et le menton sur ses mains, Gabriel regardait l’écran du téléviseur non sans froncer les sourcils parce que son colocataire s’était décidé par lui casser les bonbons.

« Chut Balthazar. »

Se réinstallant confortablement, tout en ne manquant pas un seul morceau du film, une idée jaillit dans son esprit. Il y a une fille qui a grand besoin d’aide. Pourquoi elle plutôt qu’une autre ? Parce qu’il s’agit d’Elena Gilbert, la cousine de Tatiana. La si douce Tatiana pour laquelle Gabriel n’a pas que des pensées catholiques d’ailleurs. Cette petite Sorcière l’a énormément touché, puisqu’il s’est revu quelques siècles plus tôt à travers elle. Cette gamine a une famille qui se déchire, malgré tous les membres en vie, elle est plus seule que jamais. Seule au point de s’être tournée vers le mal absolu, ce qui est regrettable, puisque cette petite n’a pas une seule once de méchanceté en elle. Alors pourquoi ne pas lui donner un coup de pouce en ouvrant les yeux à sa chère cousine ?

Jetant un regard malicieux à Balthazar, il lui fit part de son idée et comme Balthazar n’est pas non plus insensible à la petite Sorcière à présent éternelle, il accepta presque sans trop le forcer. Il ne manquait plus qu’à trouver un autre Ange et pour ça, Gabriel avait une autre idée. Non non, faut pas craindre le pire. Il ne va pas demander à Lucifer de s’en mêler, celui-ci serait capable de tout faire foirer ou de changer des choses et de rendre la situation encore plus délicate. Michel ? Non, il s’en contre fiche. Castiel alors ? Même pas en rêve, ce crétin doublement coincé, ne comprendrait rien et faudrait tout lui expliquer à plusieurs reprises. Surtout qu’il poserait ses innombrables questions puisqu’il ne s’agit pas des Winchester … Alors, Raphaël servira. Comment lui faire accepter ça ? Juste en lui mettant un appât sous le nez. Gabriel s’était occupé de rejoindre son cher grand frère pour lui expliquer le plan. Sans même le laisser refuser, il lui annonça qu’il y avait de fortes chances pour que Raphaël croise Balthazar si tout se passait bien. Il n’en fallu pas plus pour que l’autre Archange marche dans le plan, sans se douter que Gabriel trouvera le moyen de sauver le popotin de son acolyte. Mais pour l’heure, il fallait mettre le plan à exécution. Rien de plus simple, en un claquement de doigts, le tour était joué.

Installé dans un fauteuil de l’appartement d’Alaric Saltzman, un vieux film tournait sur l’écran télé. Gabriel regardait ça sans grande conviction, s’ennuyant même à mourir jusqu’à ce que la porte ne s’ouvre. Elena Gilbert, plus qu’étonnée, venait de faire son entrée. Le temps qu’elle réalise de l’endroit où elle se trouvait, elle interpella son professeur, mais ne vit même pas l’Ange qui dût se racler la gorge pour qu’elle le remarque.

« Il ne t’entend pas, ne te voit pas non plus. »

Pour lui prouver ses dires, Gabriel se leva de son fauteuil en s’appuyant sur les accoudoirs et passa près du Chasseur. Agitant sa main juste devant les yeux de ce dernier, l’homme ne bougea même pas d’un poil.

« Ca fait un moment que je t’attends Elena, nous devons faire vite. »

Arrivant à sa hauteur et la voyant un peu hésitante, l’Archange reprit en souriant :

« Je ne me suis pas présenté … Je suis Loki et considère que ce que je vais faire est un cadeau de Noël. »

Elena reposa les yeux sur son professeur d’histoire, jouant, il y a peu encore, le rôle de papa spirituel pour elle. Le faux Trickster se retourna pour regarder l’homme et reposa son regard sur la brunette.

« Ca fait deux heures qu’il est comme ça. La bouteille va y passer. Il ne s’est pas remis de sa confrontation dans les montagnes avec toi .. Tes paroles ont été très dures tu sais. Alaric t’aime comme si tu étais sa propre fille et il se sent plus seul que jamais. Il a déjà perdu son meilleur ami … Mais, il n’est pas le seul dans ce cas … Donnes-moi ta main. »

Lui prenant la main quasiment de force, il disparut avec la brunette pour réapparaitre dans la vieille bâtisse hantée. Ils se trouvaient dans une des nombreuses chambres, là où se trouvait Tatiana regardant tristement par la fenêtre.

« Depuis peu, ta cousine vit ici en compagnie de Klaus … Ce soir, elle est seule. L’Hybride l’a enfermé parce qu’elle l’a empêché de t’attaquer plus tôt dans la journée … Je suis sûr que tu n’avais rien remarqué … Regardes-la … elle aurait bien besoin de parler à une amie, une soeur … toi Elena, puisque dans son coeur tu occupe la place de grande soeur … »

Il la laissa regarder la jeune femme, alors qu’une larme roulait sur la joue de la Sorcière dont la vie semblait tellement triste à ce moment. Mais ce n’est pas tout, il a d’autres choses à lui montrer.

« Inutile d’essayer, comme Alaric elle ne t’entend pas. Le temps presse, nous n’avons qu’une seule nuit, viens avec moi. »

Disparaissant une nouvelle fois, Gabriel apparut avec Elena dans le manoir des Salvatore. Le timing parfait puisque les deux frères étaient justement en train de se bagarrer une fois de plus.

« Devines pourquoi ils se tapent dessus. »



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael) Jeu 3 Jan - 20:27

Je rêve ou quoi ? !

"la réalité est parfois plus dure à avaler ... "




Alaric était penché là, au dessus de sa bouteille et ne faisait pas même attention a sa télévision programmer sur un vieux film. Son visage était entièrement fermé et amer, quelque chose clochait et le peinait. Cet air-là, je l’ai souvent vu lorsque nous avions perdu Jenna. Je l’avais même interpellé mais Ric n’avait pas levé les yeux vers moi, comme s’il j’étais invisible. Je fronçais les sourcils, m’approchant avant de sursauter lorsque j’entendis quelqu’un se racler la gorge. Un homme assit dans un des fauteuils de l’appartement détournait mon attention de mon professeur d’histoire. Je ne le connaissais ni d’Eve ni d’Adam, ce qui me poussait à être méfiante quelque part. L’inconnue se levait de son fauteuil et alors que j’avais bien l’intention de savoir le pourquoi du comment, il était partit agiter sa main sous les yeux d’Alaric qui n’avait pas même réagit. J’osais à peine y croire, me demandant même si je ne rêvais pas. L’incrédulité se lisait clairement sans doute sur mon visage tandis que j’essayais de donner un sens a tout cela dans ma tête.

« Comment sa « nous devons faire vite » ? »

Hésitante ? Oui je l’étais et pas qu’un peu ! Je me retrouvais plonger dans je ne sais quoi. Un rêve ? La réalité ? L’instant d’avant, je l’en avais pas inventé, j’avais très bien entendu ma fille pleurer en m’appelant. Et voilà que maintenant je me retrouvais au beau milieu de l’appartement de celui qui a été pendant longtemps comme un père pour moi, et qui quelque part l’est encore aujourd’hui. Certainement pas comme avant, mais il l’est encore. Tout simplement parce que ces derniers temps j’ai un don incroyable pour tout briser en quelques mots. Tout en écoutant l’homme se présenter, j’avais posé de nouveau mon regard sur Alaric en sentant mon cœur se pincer de le voir dans un tel état.

« Je crois que tu dois savoir qui je suis si tu es là … »

J’avais de nouveau froncé les yeux lorsqu’il parla de cadeaux de Noël. Il venait de piquer ma curiosité au vif. Mais ce qui me préoccupait le plus était l’état d’âme du chasseur assis dans son fauteuil avec une bouteille à la main. Loki l’avait très bien compris, je parlais quasiment pour moi-même, n’osant pas hausser le ton. Il en venait même à m’expliquer le pourquoi du comment. Bien sûr que j’ai été dure, et même plus que sa lorsque j’étais allée le trouver dans les montagnes. Et comme bien souvent je m’en étais aperçue trop tard. Aux mots de l’homme, j’avais senti mes yeux s’embué et mon cœur s’alourdir. Alaric était seul, Damon avait joué une fois de trop avec lui, et moi j’avais préférée jouer la forte tête face à lui plutôt que de me mettre a sa place et de le comprendre dans mon propre intérêt

Si Je trouvais déjà le coup dur et que je ne me montrais pas encore prête à lui donner la main, il la pris de lui-même en m’emmenant ailleurs. La nouvelle destination, c’était la maison hanté. Du moins, elle ressemblait très fortement à celle de mon souvenir. Sauf que cette fois, je me trouvais dans une chambre. Ma cousine était face à moi, ou plutôt de dos en train de regarder au travers de la fenêtre. En me retrouvant ici comme ça, je n’aurais sans doute pas compris pourquoi Tatiana se trouvait enfermée là, si bien que je glissais une nouvelle fois un regard conçut en direction de l’ange. En quelques instants j’avais les réponses à mes questions muettes et lorsque je reposais de nouveau mon regard sur ma petite cousine, je vis une larme rouler sur sa joue. Un pincement de plus au cœur si bien que je commençais a risquer un pas vers elle pour la réconforter avant que Loki ne m’arrête une fois de plus. J’étais très loin de me douter qu’en dépit de tout Tatiana ne me haïssait pas au point qu’elle le pouvait. Pourtant avec tout ce que je lui avais dit, elle avait largement de quoi m’en vouloir…

Entre deux flots, je ne pouvais rien faire. Tout ce que je dirais, tout ce que je ferais aucuns d’eux n’en saurais rien alors que mon fort intérieur me hurlais de réagir. Je fermais les yeux plus fréquemment qu’il ne le faudrait tout simplement pour retenir les larmes qui m’embrumait la vue. Je n’avais pas le droit de me plaindre alors que c’était tout simplement les conséquences de mes actes, que c’était moi qui avais tout cela. A contre cœur j’étais allé en direction de l’homme tout en jetant un œil encore une fois à Tatiana. En arrivant dans un nouveau lieu, c’était les voix l’une au-dessus de l’autre qui me fit regarder droit devant moi. Ces deux voix je les connaissais bien. J’avais devant moi Stefan et Damon en train de se battre et pas que verbalement. Ce n’était pas l’un des faits pour lequel je cautionnais. Même pas du tout a vrai dire. La réponse a la question de l’homme a côté de moi était évidente. La raison pour laquelle les deux frères se battaient une énième c’était moi…

« Moi… »

Un boule m’encombrait la gorge et je baissais les yeux. Je n’étais pas fière de moi, pas du tout. J’avais plus de mal que de bien autour de moi, dans mon seul intérêt. Et ce n’était pas ce que je voulais, c’est plus que clair. Au final, j’avais plus perdu que gagner…



Code by Anarchy

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael) Lun 21 Jan - 10:44


La vérité en face





Gabriel en mode fantôme du présent ... normale c'est le plus sympa ▬ La situation est trop longue à expliquer. Surtout pour une Humaine. Evidemment, Loki, comme il se fait souvent appeler, sait très bien que cette jeune femme baigne dans le surnaturel depuis quelques temps, sans même le vouloir. Mais jusqu’à maintenant, elle ne connaissait que les Vampires, Loups-Garous, Hybrides et Sorcières. Mais taper dans l’Ange ou plutôt dans ce cas-là, Archange, c’est encore une autre histoire. Il faut avoir lu la bible pour pouvoir les situer à peu de chose de près. Et encore, même les « hommes de Dieu », comme se font appeler les prêtres, n’en croiraient pas leurs yeux. Ce n’est pas le plus grave. Gabriel doit tout faire pour empêcher les deux autres de se croiser. Si Raphaël venait par tomber sur Balthazar, ça risquerait de faire des confettis d’Ange. Pauvre Balthy, il ne mérite tout de même pas la mort. Il est si drôle. D’ailleurs, c’est même celui qui ressemble le plus à Gabriel côté caractère. Comme l’Archange s’en était douté, Elena posait des questions. Qui ne le ferait pas dans un pareil contexte ?

« Une nuit, c’est très court Elena et je ne suis pas le seul qui viendra te rendre visite. »

Il se contenta de sourire légèrement en penchant la tête sur le côté, quand la petite Gilbert posa une conclusion plutôt rapide. Les Anges connaissent bon nombres de personnes. Plus que de personnes les connaissent eux. Et observer leurs façons de vivre est une chose qui amuse assez ce zigoto là. Le temps jouant contre eux, il s’empressa de prendre la main de la jeune femme, pour changer de décor. La maison hantée. Une baraque qui a longuement faite parler d’elle et ce n’est pas fait pour s’arranger. Si les esprits des défunts s’amusaient à effrayer les passants, depuis peu, c’est le Diable en personne qui y a élu domicile. Comme quoi, il y a vraiment plus terrible qu’une bande de fantômes paumés.

Le regard de l’Archange s’était posé sur Tatiana, qui se trouvait de dos. Il avait pris le temps d’expliquer la situation à sa cousine, mais lui-même arborait un regard plutôt triste. Regard qu’il n’avait pas en présence d’Alaric. Mais c’est pour cette jeune Sorcière que Gabriel fait tout ça. Parce qu’à ses yeux, cette fille n’est pas quelqu’un d’anodin non. Elle est bien plus. Bien plus que toutes les autres ont pu l’être, même s’il n’en dira jamais rien. C’est l’Archange le moins sérieux qu’il existe. Il se moque du monde, raconte bobard sur bobard, alors qui le croirait ? Personnellement, même moi, je ne le croirai pas. En voyant Elena se rapprocher de la jeune femme, Gabriel intervint, lui rappelant qu’il ne servait à rien d’essayer d’entrer en contact avec elle. Personne ne les voit en ce moment même.

« La vie est faite d’épreuves plus difficiles les unes que les autres. Mais s’il y a bien une personne qui ne te voudra jamais aucun mal, c’est Tatiana. Elle s’est laissée entrainer dans des choses qu’elle n’oserait même pas te révéler. Et pourtant, son coeur est toujours aussi pur qu’avant. C’est cette pureté qui attire tant Lucifer. S’il venait à réussir à la faire virer de bord, elle deviendra une arme dévastatrice entre ses mains. Et si je peux te certifier une chose, c’est que le Diable sait être quelqu’un d’admirable lorsqu’il veut arriver à ses fins. »

Jugeant qu’il avait lui-même trop parlé et ne voulant pas qu’Elena ne remarque les sentiments qu’il portait à sa cousine, Loki décida qu’il était temps de changer une nouvelle fois d’endroit. Cette fois-ci, ils se trouvaient dans le Manoir des Salvatore, laissant la jeune femme voir ce spectacle déchirant, avant de lui demander si elle savait pourquoi ils se battaient.

« Je peux imaginer ce que tu ressens. Voir deux personnes que l’on aime se déchirer à ce point, je sais ce que c’est. Je me suis déjà retrouvé à ta place. Mais tout est entre tes mains. Tu peux encore changer tout ça, même si pour le moment, tu ignore comment rendre les deux heureux. Pourtant c’est possible. Contrairement à moi, tu as encore une chance, alors saisis-là. »

Gabriel fit quelques pas, passant au travers de la bagarre, sans que les Salvatore ne remarquent quoique se soit. Il avança dans la direction d’Elena et s’arrêta juste devant elle, lui tendant la main.

« Quelqu’un d’autre désire te voir. »

Une fois main dans la main, l’Archange disparut, la ramenant dans sa chambre de sa maison. Il n’y avait aucun bruit, Lexi était confortablement endormie dans son lit. La maison était d’un calme, bien trop calme.

« Raphi, elle est tout à toi. »

Il jeta un dernier regard dans la direction d’Elena et disparut. Evidemment, il est rentré chez lui pour suivre le restant de la soirée sur l’écran de sa télé en compagnie de Balthazar.



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael) Mar 26 Mar - 15:40


Le passé
La douleur jamais endormi


Gabriel m’avait convoqué il y avait de sa quelques jours pour parler d’une petite humaine qui avait besoin de se remettre en question. Et pour cela il avait besoin de moi. Car celle-ci se sentait perdu et coincé dans son état sans pensée au personne qui l’entourée et ne voyait pas le mal qu’elle causé. Gabriel m’avait convoqué pour m’expliquer la chose et pour cela il voulait utiliser le superflue d’utiliser trop époque différente de sa vie, son présent pour qu’elle voit le mal qu’elle cause avec son attitude mais aussi son futur ce qui se passera si elle ne change pas. Mais moi il ma donner la tâche la plus dure qu’il puisse exister son passé. Je devais lui remontrer toutes les personnes qui sont morte par sa faute, car c’est gens ont voulu la protéger et qu’elle ne se rend pas compte qu’elle est l’acteur principale de tout ce qui se passe autour d’elle. Et surtout quelle est la seule à avoir les carte en main pour faire changer tout cela. Alors que j’étais toujours dans notre repère en attendant que Gabriel finisse de lui montrer son présent j’ai senti qu’il était mon tours d’agir alors que je me téléporte dans la maison de la jeune femme j’apparut dans la chambre d’une petite fille blonde m’approchant d’elle je la regarder elle avait l’air d’une petite fille normal comme notre père avait conçu ses autres enfants à son image mais je sentais au fond de son amé qu’elle n’était plus une humaine mais une créature de la nuit. Alors que je m’éloigner de la petite fille qui dormais je me suis assise sur une chaise dans le noir en attendant le retour de Gabriel et de son invité. Pendant que j’attendait je le vit enfin apparaitre dans la piece et celui-ci dit qu’elle était tout a moi. Je me suis lever et me suis approcher d’elle et je fit un signe de tete a Gabriel pour lui dire que je m’en charger.

Alors que la jeune femme tournée la tete vers Gabriel, je souris en coin amusé de se que je lui avais prevu qui n’allait je pense pas lui plaire du tout. Je me douter aussi que les larmes aller couler, comme elles avaient coulé a l’époque ou tout ce que je lui montrer avait était vécu. Alors que je tendis ma main vers la jeune femme je la regarde et lui dit

« Vous êtes prêtes ? Je l’espère car tout cela ne sera pas aussi joyeux et encore plus que ce que vous avez pu voir »

Alors que la jeune femme posa sa main dans la mienne je regarder la petite fille qui dormeur et je disparus avec la jeune femme au pont Wickery. Lui lâchant la main je me mis à coter d’elle et la regarda puis posa mon regard sur la route qui se trouve en face. Et là je commence à lui parler

« Je pense que tu te souviens de cet endroit Elena, tu te souviens se qui ses passer ce soir-là ? Tu te souviens de ce qui est arrivé à tes parents ? Miranda et Grayson »

Un bruit de moteur se faisait entendre au loin et se rapprocher de nous et la ne bougeant pas d’un pouce je voyais les phares de voiture s’approche de plus en plus de nous et là j’attrape Elena part le bras et la téléporta dans la voiture assisse juste a coter d’elle-même en train de parler avec ses parents et la regardant l’accident arriver à toute vitesse

« Te rend tu comptes que tu es la cause de la mort de tes parents ? Si tu ne serais pas sorti et rester a se repas de famille il serait toujours en vie ? Et si tu les avait pas appelé il serait toujours dans ta vie »

La voiture passa le pont et passa par-dessus le pont et l’eau commença à remplir l’habitacle


Fiche (c) Espe
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael) Mer 10 Avr - 21:40

Je rêve ou quoi ? !

"la réalité est parfois plus dure à avaler ... "




Comme venait de le souligner l'ange qui se trouvait à mes côtés, Loki, une nuit était bien trop courte. La preuve en était que l'on venait de traversé l'appartement d'Alaric que j'avais blessé sans même le vouloir en croyant défendre pour un bien l'existence des personnes qui me son cher. S'en était suivit la maison hanté où j'avais eu le droit de voir ma cousine que de dos devant sa fenêtre. Ma cousine était bien trop calme pour être heureuse, mais plutôt triste. Je n'avais pas besoin de dire que sa m'affectait de la voir comme cela, sa devait sans doute se voir à la tête que je devais faire. C'était de ma faute après tout si elle n'était pas aussi heureuse qu'elle le méritait. Comme l'ange venait de le dire, j'étais dans son cœur ce qui faisait qu'elle tentait d'empêcher Klaus de me faire le moindre mal parce qu'elle me considérait comme une sœur. J'avais mal pour elle. Même après tous les désaccords qu'il y avait eu entre nous, elle le faisait tout de même alors qu'elle aurait très bien pu le laisser faire. A regret, il fallait déjà que l'on parte pour se retrouver dans un autre lieu alors que j'aurais voulu dire à ma cousine a quel point j'étais désolée de tout ce qu'elle était obligée de faire pour moi.

Cette fois-ci, c'était dans le manoir des Salvatore que l'ont s'étaient retrouvées. Les deux frères se battait. Et j'en avait trouver la réponse à la devinette de Gabriel, tout simplement parce qu'il s'agissait de moi. Comme il venait de le dire, je ne savais pas comment les rendre heureux tout les deux sans avoir droit a ce type de spectacle. Je n'arrivais pas à trouver la solution. Pas pour le moment. Cependant, il me souffla encore à l'oreille que rien n'était impossible. Je détachais difficilement mon regard de Stefan et Damon tandis que eux ne pouvait pas nous voir, pour poser de nouveau mon regard sur l'ange. Même si je n'osais pas le croire, j'avais sans doute une autre chance. Je faisais un mince sourire, qui n'en était pas un d'ailleurs. Je me pinçais plutôt les lèvres dans le doute. Si j'avais réellement cette chance, il faudrait que je la saisisse. A deux mains et sans la lâcher.L'instant d'après Loki était passé au travers de la bagarre fraternels en me regardant dans les yeux, me tendant sa main par la même occasion.

Quelqu'un d'autre désirait me voir et comme un hasard, je n'avais pas envie d'en voir d'avantage. Cela pourrait remuer des choses que je regrettais déjà, sans doute plus que ses choses là. Des choses que je n'avais pas envie de voir, des erreurs que je n'avais pas envie de revivre. Car oui il y en a. L'erreur est humaine et je suis celle qui gagne le gros lot a chaque fois qu'il doit y en avoir une. Je saisissais sa main non sans hésiter avant que je ne me retrouver de nouveau dans ma chambre, dans ma maison horriblement calme. Bien trop calme a mon goût pour que rien d'étrange ne se passe. Gabriel appelait le suivant tandis que je sentais une boule couper le passage de ma salive dans ma gorge en repensant à ce que je venais de vivre. Tout cela m'avait couper tout mes mots. Le temps où je me retrouvais seule était finalement très court. L'ange m'avait regarder une dernière fois avant de disparaître avant qu'un autre apparaisse a son tour pour prendre la relève.

Le nouvel ange, je suppose, me demandais si je me sentais prête tout en tendant sa main. Je ne l'étais pas vraiment, mais je ne pense pas que c'était une bonne réponse à donner. Il avait l'air beaucoup moins sympathique que l'avait été le précédant. Je faisais, quelques secondes plus tard, un pas dans sa direction en hésitant à prendre sa main. Ce qu'au finale j'avais fait en avalant tant bien que mal ma salive.Quelques instants plus tard je me trouvais téléporter dans un lieux que je connais plus que bien et que je redoutais également plus que tout. Si bien que lorsque j'attérissais près de la barrière du pont je faisais quelques pas en arrière, me forçant à détacher mon regard de l'eau, profitant que ma main ne soit plus dans la sienne. Sa question me donnait la réponse sur ce qui allait se passer. Je sentais déjà les larmes me monter au yeux en entendant de sa bouche les prénoms de mes parents. Le pont, mes parents cela voulait déjà tout dire. Trop dire...

J'eu a peine le temps d'ouvrir la bouche pour envisager de lui répondre lorsque je fus obligée de me retourner lorsque j'entendis le moteur de la voiture de mes parents avant de les apercevoir. Je portais automatiquement ma main près de ma bouche, me sentant paniqué rien qu'à l'idée de cette illusion. L'ange avait parcouru en quelques seconde a peine les quelques pas qui nous séparaient pour m'attraper par le bras, me téléportant par la même occasion directement dans l'habitacle de la voiture qui prenait de la vitesse. J'étais assise a côté de moi même, qui ne comprenait pas ce qui arrivait à l'époque avant de me voir perdre conscience avec le choc. Quant à moi qui assistait à tout sa que sentait des larmes couler sur mes joues tandis que j'étais entrain de frapper de toute mes forces contre les vitres de la voiture qui se remplissait d'eau.

«  non, non, non, non ! »

Accédant à la crise de nerf petit a petit, n'ayant aucune envie de revivre la perte de mes parents j'hurlais tout simplement que sa ne devait pas se passer comme sa. J'essayais même de les secouer entre plusieurs coups contre les vitres de la voiture à moité remplie d'eau. Mais comme mon précédant voyage, ce que je pouvais faire pour les atteindre échouait. J'essayais de nouveau encore avant de constater que cela ne faisait rien. Je donnais même entre quelques coups contre la glace de la voiture qui ne se briserait pas de toute façon, m'aidant même de coups de pieds en espérant faire céder la porte avant de renoncer tout simplement en larme. C'était douloureux, bien trop douloureux de revivre tout cela sans pouvoir faire quelques choses pour changer tout sa. je m'en voulais bien plus que tout de les avoirs appeler se jour là pour qu'ils puissent venir me chercher. Mais je m'en voulais surtout d'être allée à cette soirée plutôt que d'être restée en famille. Si j'avais fait cela, ils seraient toujours envie et je ne serais sans doute pas entrain de revivre tout ça...



Code by Anarchy

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael) Mar 16 Avr - 17:00


Le passé
La douleur jamais endormi


Qui vous a dit que j’étais le gentil petit archange, non vous vous trompez le gentil Archange de la famille c’est encore Gabriel ou bien Michel. Je suis peut être celui qui respect encore la race humaine mais je ne serais pas doux comme un agneau avec eux. Car pour moi ils sont peut-être la création de notre père sa plus belle réussite si on peut dire mais pour moi ils sont pire que tout ils aiment se tué entre eux et n’apporte que le mal pour eux. Comment dire pour que vous compreniez mieux pour moi ils sont imparfait. Mais aujourd’hui Gabriel m’avait demandé un service en quelques sorte, d’aider une jeune femme qui avait perdu son chemin et j’ai dit pourquoi pas car si on peut les aider peut être que leurs race pourrait s’améliorer. Il avait eu l’idée de faire comme dans un vieux film et de lui montrer chaque époque différente. Et sachant un peu ma nature celui-ci ma proposer de lui montrer son passé celui qui fait mal et qui ne fait jamais bon de revivre. Mais la avec la jeune femme, Elena, qu’il m’avait dit d’aider son passé n’était pas si heureux que ça. Elle a perdu d’innombrable personne et surtout beaucoup son par sa faute en quelques sorte. Donc Gabriel avait commencer par lui montrer son présent toute les personnes qu’elle avait blesser par ses attitudes et connaissant Gabriel même s’il est gentil comme un agneau quand celui-ci veut montrer les choses qui peut blesser il sait le faire. Alors que c’était à mon tours je m’étais retrouvé aux lieux qu’il m’avait dit et après son départ me voici. Me présentant par l’intermédiaire de Gabriel et alors que je m’approcher d’elle je lui tendis la main pour qu’on commence ce petit voyage temporelle. Et oui il fallait aller vite car une journée n’as que 24h et celle-ci est déjà bien entamer. Alors que je l’emmener sur un pont qu’elle connaissait bien je savais que juste l’endroit lui rappellerais de très mauvais souvenir sans que je lui dise le moindre mot. Et je ne m’étais pas tromper juste arriver sur ce pont celle-ci fit quelques pas en arrière et là je la regarder faire amuser on pourrait dire et je commencer à lui rappeler tout ce qui était arrivé à ce moment ce que c’est action avait provoqué et si elle n’avait pas fait son enfant pourri gâter tout ça ne se serait surement jamais passé. Et la alors que la voiture s’approcher je l’ai attrapé d’un coup sec par le bras et la téléporta dans le véhicule pour qu’elle revive sa dernière minute avec ses parents. Celle-ci était en train de taper presque une crise de nerfs enfin plutôt de panique de revivre la mort de ses parents. L’eau remplissant la voiture je la regarder.

« Tu ne peux plus rien pour ta mère celle-ci est morte dans la chute mais regarde ton père qui a donner sa vie pour sauver la tienne Elena, tu as vu cette erreur qui tu as commise mais lui par amour pour toi c’est sacrifier pour toi »

Alors que dans le souvenir Stefan arriver pour sauver Elena, j’attraper par le bras de nouveau la jeune femme et là je l’amener dans la forêt de Mystic Falls. Marchant dans la forêt la tirant par le bras car celle-ci était en train de pleurer d’avoir revécut la mort de ses parents et moi sans aucun remord j’allais lui refaire revivre une autres mort qui aller lui faire surement très mal et la tirant par le bras je l’amener vers une clairière

« Arrête de pleurer Elena, il faut assumer c’est acte que tout ce qui est arrivé et de ta faute. Mais essuies c’est larmes de crocodile et regarde ou nous sommes et dit moi que tu ne reconnais pas les lieux »

Je l’avais ramené aux lieux ou sa tante Jenna c’était fait tué par Klaus devant c’est yeux. Trois cercles de feu qui entourée trois femmes. Fit une grimace en voyant les trois femmes et surtout les créatures qu’elles étaient et la prenant Elena par les épaules et l’obligeant de regarder en face d’elle et me mis à murmurer juste a coter de son oreille

« Tu te souviens de ce soir, ou tu as passé un pacte avec ses vampires et en passant qu’à toi et pas aux personnes qui t’entouré. Regarde dans les cercles de feu, il y a Jules la louve que Klaus viens de tuer, Toi mais qui est en pleure comme à l’heure actuel. Mais qui est dans le dernier cercle ? Tu t’en souviens Elena ? »

Et là l’amenant plus prêt de la scène pour qu’elle revive le moment ou Klaus tue Jenna pour qu’elle comprend la douleur qu’elle a fait vivre. En s’approchant de tout cela je lui disant et surtout la tirant car elle ne voulait pas avancer

« Regarde Elena encore une réaction en chaine de ce que tu as semé. Si tu ne serais pas aller à cette soirée tes parents serait encore en vie et surtout ta tante ne serait pas cette créature et serait encore en vie. »

La poussant au pied de Klaus qui était en train de tuer sa tante



Fiche (c) Espe
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael) Mar 23 Avr - 21:07

Je rêve ou quoi ? !

"la réalité est parfois plus dure à avaler ... "




Comment doit on réagir lorsque l'on est obligé de revivre quelque chose que l'on apparente a son pire cauchemar ? Que doit on faire lorsque l'on revit la perte des deux personnes que l'on a toujours considérer comme ses véritables parents ? Je n'avais pas la réponse. Et même si il fallait que j'agisse, je savais d'avance que quoi que je pourrais faire ne changerait rien à ce qui c'était finalement produit. On ne peut pas changer le passer, ni ni même le passé proche. Mais on peut toujours influencer le futur. Et c'est ce que perdre mes parents avait fait. Si ils était restés envie, j'aurais sans doute eu une vie des plus normale, une vie parfaite d'humaine. Du moins aussi parfaite qu'elle peut l'être. Je n'aurais pas eu a connaître le monde des vampires et tout ce qui se rajoutait bien évidement à tout cela. Mon père s'en serait occupé et aurait fait en sorte que je n'en sache rien. Quand a ma mère, elle m'aurait protégée à sa façon comme elle l'a toujours fait jusqu'à présent. Cela dit ce n'était pas le cas. Tout simplement puisque j'étais en pleine crise de nerf, comprenant maintenant pourquoi je devrais m'en vouloir bien plus que je ne m'en suis voulu au lendemain de leur décès. Sentant mes larmes couler bien plus qu'il ne le vaudrait sans doute, je ne pouvais rien faire d'autre que d'écouter Raphael qui avait raison plus que personne d'autre. Mes yeux embués restaient accroché au visage de ma mère qui semblait seulement endormie alors que la vie l'avait quitter bien trop tôt. Quant à mon père, il venait de rendre son dernier souffle juste à l'instant où je posais mon regard sur lui. L'eau qui emplissait a vue d’œil la voiture m'arrivait au niveau du menton lorsque l'ange me tirait avec toute sa force vers l'extérieur.

En moins de temps qu'il ne le faut pour l'écrire, je m'étais retrouver à l'orée de la forêt. Il s'assurait que je le suivais alors que je ne pouvais simplement essuyer mes larmes du revers de la main dans un geste de colère, adressant par la même occasion un regard noir à celui qui me faisait revivre les pires moments de ma vie. Je tirais vigoureusement sur mon bras pour qu'il lâche prise, autrement dit c'était déjà peine perdue avant que je m'arrête lorsqu'il décidait tout de même de continuer a marcher. Cela dit, nous étions déjà arrivé à destination bien avant que je ne m'en rende compte réellement.

«  Arrête ! Je sais ce que j'ai perdu ! Et je sais que c'est entièrement de ma faute, mais tu te contre fiche du mal que ça m'a déjà fait une fois pour le me faire revivre une seconde fois ! Si il le fallait je reviendrais en arrière pour toutes les personnes que j'aime et je t'assure que je ferais tout mon possible pour rester dans cette voiture ! Pour les ramener eux ! Tous ceux que j'ai perdus ! »

Les nerfs et sans doute la peine et la douleur avait parlé d'eux même. Sans même que je prenne le temps de faire une pause pour reprendre mon souffle. Cela dit, après j'en eu bien le temps puisque l'ange semblait bien s'en moquer. Si bien qu'il me demandait même de regarder tout autour de moi. Et de mettre une émotions sur ce qui m'entourait. Il ne m'avait en effet pas fallut longtemps pour reconnaître la clairière dans laquelle m'avait traîné la sorcière de Klaus, Gretta, le soir de la pleine lune qui lui avait suffit a briser la malédiction qui portait a protéger tout le monde d'un vampire-loup.Il y avait devant moi trois cercle de feu infranchissable. Jenna avait été transformée en vampire, Jules était une louve et moi j'étais le double. En quelques secondes à peine Raphael m'avait mise face à tout cela, me maintenant par les épaules tout en me forçant à regarder. Même si j'essayais d'être forte face à tout cela, les mots qu'il me disait effritait petit a petit mon mur, si bien que j'avais de nouveau les larmes au bords des yeux. Ma vue n'était plus très nette parce que je savais très bien qui se trouvait dans le dernier cercle de feu. Et je n'avais tout simplement pas envie de revivre sa, de la voir me regarder l'instant d'avant complètement perdue tout juste avant que Klaus n'enfonce un pieu dans sa poitrine. La vision chevrotante, j'étais entrain de pleurer en silence face a tout sa. Sans même que je réussisse à résister l'ange m'avait pousser en quelques sorte un peu plus près, il voulait que je revoit ça, l'un des moments qui m'a sans doute le plus déchirer le cœur. Ma tante avait tout perdu par ma faute. Toute cela parce que j'avais été suffisamment égoïste pour vouloir à tout prix servir de sacrifice à Klaus cette nuit là. En un rien de temps, je m'étais trouver au pieds de Jenna, près de Klaus qui s'apprétait à la poignarder tandis que je me laissais tomber à genoux. Ma main m'empêchais de hurler de douleurs. C'était comme pour mes parents, c'est exactement comme si je perdais ma tante encore une fois.Je ne pouvais pas empêcher la tempête de larme qui baignait mes joues à ce moment même. Si bien que j'avais tenter d'attraper le pieu de Klaus au moment où il transperçait le cœur de ma tante, mais cela avait été comme si j'avais attrapé un grand morceaux de glace. Tout les souvenirs que j'étais entrain de revivre était comme gelée par le temps. Et mon acte n'en avait rien fait. Je restais un moment à ne pas réussir à calmer mes sanglots et quand je le pus enfin, je me retournais face à Raphael.

«  J'ai jamais voulu tout sa. Mes parents... Jenna ils méritaient tous de vivre et c'est de ma faute si ils sont morts ! »

Je regardais ailleurs entre deux paroles, reprenant de l'air afin de calmer la colère envers moi même que je ressentais, cuisante, à cause de la douleur que je pouvais ressentir la maintenant. J'en tremblait même.

«  J'avais pas le droit de leur faire ça... »

Je ne cherchais pas un quelconque réconfort en disais cela. Je me rendais tout simplement compte de toutes les erreurs que j'avais pu commettre dans le passé et que j'ai continuer a faire avant de me trouver ici. Ce n'avait pas rien changer, au contraire, ça avait même changer des tas de choses du tout au tout. Moi qui croyais avoir su gérer mes problèmes et les régler, je n'avais fais que les envenimer et les laisser empirer sans rien faire.


Code by Anarchy

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael) Dim 5 Mai - 14:56


Le passé
La douleur jamais endormi


Je me douter que ce que je faisais vivre à cette jeune femme était la plus horrible des choses mais on m’avait demandé de la faire car dans son fond intérieur Elena n’est pas méchante et que si elle pouvait retourner en arrière et tout changer elle l’aurait fait. Mais voilà dans son présent celle-ci et devenue quelqu’un de tout le contraire de ce qu’elle est maintenant et pour qu’elle retrouve cette partie d’elle qui lui manque il fallait que je lui fasse revivre les pires moments de sa vie. Mais cela était peut être dur et qu’elle souffre a ce moment présent mais quand tout ceci sera fini celle-ci en sortira que meilleure. Mais là je me préoccupe pas trop de ce qu’elle ressentait j’avais une tache et je devais m’en contenter lui faire voir ses pires moments pour qu’elle comprenne et vois cette part d’elle qu’elle a oublié. Je venais lui avait fait revivre à nouveau la mort de ses parents, la mort de sa tante qui a était transformer en vampire par l’hybride Klaus Mikaelson et qu’il la poignarder devant ses yeux. Je sais que c’était horrible et je pouvais le voir dans ses yeux qu’elle souffre et surtout qu’il s’en voulait de tout ce qui était arrivé. Je lui rappeler les conséquences en chaine, une erreur de jugement, une erreur de choix et plusieurs choses se passe et jamais sans perte à coter. Et la celle-ci ne me répondit juste qu’elle n’a jamais voulu tout cela, pour ses parents, sa tante et qu’elle comprit enfin que c’était de sa faute. Celle-ci avait quand même une arrogance assez grande pour oser me regarder droit dans les yeux en me disant tout cela et dans ses mots je ressentais sa colère qu’elle avait envers moi. Je me moque bien qu’elle soit en colère contre moi car cela a pour but de lui faire comprendre que si elle continue à faire des erreurs des choses pourrait encore arriver comme celle qui est déjà arrivé. Alors que je voulais l’emmener aux derniers lieux de rendez-vous et que la scène continuer à défiler autour de nous je l’écouter attentivement et celle-ci me dit en regardant à droite et à gauche comme si elle chercher quelques choses qu’elle n’avait pas le droit de faire ça et là j’ai souri et dit

« Tu n’as toujours pas compris Elena ce que ce voyage dans le passer doit te faire comprendre et j’espère que le dernier passage de ta vie passer te fera comprendre et que tu arriveras à lire entre les lignes de ce que je te dis »

M’approchant d’elle et la fait faire volteface pour qu’elle voie Klaus la mordre et la vidé de son sang pour qu’elle se rappel de ce moment présent et lui chuchote non loin de son oreille.

« Tu te souviens de se moment où tu as voulu te sacrifier pour sauver les gens mais tu ne sais pas ce qui est arrivé à coter pendant ce temps »

Me téléportant avec elle jusqu’à la vieille maison des sorcières, j’apparus derrière un canapé avec un homme blond en train d’écrire une lettre. Et là en laissant Elena a sa place je fis le tour du canapé et me mis en face de lui et la m’accroupi et le regarda et après penche la tête en direction d’Elena

« Tu te souviens de lui ? John ton père biologique. Celui-ci a sacrifié sa vie pour que tu sois en vie. Il a su les erreurs qu’il a fait en étant avec toi et comme celui-ci et ton père il a préféré donner la sienne pour pardonner ses erreurs et que toi tu vives. Ceci n’est pas une belle preuve de ses regrets ? »

John qui était avec nous se leva et commença à sortir de la vieille maison et là je me relevé et le regarde sortir et tomber juste à l’entrée raide mort

« Sa vie qui normalement aurait du être longue et passer pour toi pour que tu puisses vivre Elena, quand son cœur à arrêter de battre le tiens à recommencer à battre. Il a passé un pacte avec les sorcière pour te faire de cadeau »

Ne laissant pas Elena aller sur John, j’apparus d’un coup derrière elle et la ramena a son époque dans la chambre de sa fille et lui dit

« Tu as un troisième visiteur qui doit te montrer des choses, je ne sais pas qui encore mais celui-ci va bientôt arriver. Mais réfléchit a tout ça, car si tu refais les mêmes erreurs tu perdras des gens avec la mort mais aussi s’éloigneront de toi. Expié des fautes et redeviens celle que tu as toujours était »

Entend le bruit d’aile d’un autre ange qui arriver ne calculant pas que c’était Balthazar je partis à mon tours laissant place à son futur qui serait surement pas doux non plus




Fiche (c) Espe
Revenir en haut Aller en bas


Hi, My name's
Contenu sponsorisé,







MessageSujet: Re: La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael)

Revenir en haut Aller en bas

La confrontation avec la réalité n'est parfois pas si facile... ( Baltazar, Gabriel, Raphael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tomorrow's World :: Le Point de Départ :: SUJET POUR ELENA-