RSS
RSS



RENOVATION - NOUVEAU FORUM - RECONSTRUCTION - L"ARRIVER EST POUR BINETOT

Partagez|

Les courses avec Papa (Maman & Papa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Jeu 16 Aoû - 10:31


# Les courses avec Papa
« A six ans, on est pas assez grand pour comprendre les choix des adultes, mais on est trop grand pour pleurer la nuit dans notre lit. On est pas assez grand pour donner notre avis, mais trop grand pour faire des caprices. A six ans, on sait pas comment leur faire comprendre qu'ils nous font du mal. Et moi .. mes six ans, je les aurai éternellement. »
# Au centre commercial
# Papa, Maman et moi
Samedi. Le dernier jour de la semaine. Enfin dernier pour Conor, puisqu’en général, c’est le soir qu’il change de domicile, voir le lendemain. Cette semaine, il l’avait passé avec son père et n’avait pas eu le temps de s’ennuyer un seul instant. Puis la fin de semaine étant là, le petit garçon commençait à trainer dans son lit. Passé neuf heure du matin, il n’était pas encore sorti de sa chambre. Cette vie n’est pas facile pour un enfant. Chaque fin de semaine, c’est une déchirure avec l’un ou l’autre de ses parents. Mais étrangement, lorsque son père parla d’aller faire quelques courses, le petit Hybride sortit vite fait de son lit et parti, telle une fusée, dans le coin cuisine, pour déjeuner, ayant tout de même prit soin d’embrasser l’Originel au passage. Sans un mot et très concentré, il vida son bol en deux temps trois mouvements et en fit de même avec son croissant qu’il dévora à une vitesse phénoménale. Il partit ensuite dans la salle de bain, faisant sa toilette et regagna sa chambre pour s’habiller. A sa sortie, il attrapa le verre de sang que lui tendait son père et se dépêcha pour se rendre dans la voiture, sur la banquette arrière, là où se trouvait sa place. Jugeant que Klaus était trop long pour arriver, il passa entre les deux sièges avant, et appuya sur le klaxon. Ce n’est qu’en voyant enfin son père arriver, qu’il se remit vite fait assis à sa place et qu’il attrapa la ceinture de sécurité, s’attachant soigneusement. S’ils n’étaient pas tombés aux heures de pointes, le trajet se serait sûrement fait en à peine dix minutes. Mais là, il fallait compter un peu plus longtemps, ce qui permit à Conor d’engager la conversation.

« Papa, tu pourras me prêter de l’argent de poche ? »

Il faut dire que ça fait un petit moment qu’il n’en a pas reçu. Après ses nombreuses bêtises, ses parents ont eu la même idée, sans même se concerter. Tous deux ont décidé de ne plus lui donner d’argent de poche. Conor ne peut pas leur en vouloir. Après tout, c’est lui qui a cherché cette situation, à force de faire mille et une bêtises. A présent, la voiture se trouvait à l’arrêt, puisqu’il y avait une file phénoménale devant eux. Le petit garçon commença à s’impatienter et à remuer dans tous les sens, ou presque.

« Je peux venir à côté de toi s’il te plait ? Promis, je serai sage ! »

Recevant l’accord paternel, il se détacha et se mit debout dans l’habitacle. Il enjamba ensuite l’endroit où se trouvent le levier de vitesses, ainsi que le frein à main, et arriva à destination. Un dernier effort pour attraper la ceinture et la boucler. Sur son siège, il faisait de son mieux pour se redresser, afin de regarder ce qu’il se passait devant.

« Pourquoi ils avancent pas ? On est bientôt arrivé ? Il y a pas d’autres chemins pour y aller plus vite ? Pourquoi on tourne pas par-là ? On pourra prendre à manger pour Buck ? Pas des croquettes pour chien hein ? Hein ? Il aime bien la viande, tu sais où il y a encore du sang au fond du paquet ? Et il faut pas la cuire hein ? Pourquoi tu fais cette tête ? T’es en colère ? T’as l’air d’être énervé … T’es énervé ? »

Quand Conor s’ennuie, il a la mauvaise habitude de se transformer en questionnaire sur pattes.


CREDIT IMAGES # code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Jeu 16 Aoû - 12:39

La corvée des boutiques
« Toi, moi et le nain »

Une journée comme une autre ? Non, c’était bien loin de l’être. Klaus, comme à son habitude, était levé depuis un bon moment. Il avait eu le temps de prendre sa douche, de s’habiller et même de sortir Buck, le loup de son fils. Il errait sur le ponton, pendant que l’animal reniflait l’herbe un peu plus loin. L’Hybride était seulement en quête de son petit déjeuner, qui ne fut pas long à se présenter sous les traits d’une joggeuse bien matinal. La demoiselle venait d’être effrayée par l’animal de compagnie, qui filait vers elle. Pensant sans doute qu’elle allait se faire attaquer, la fille se retourna pour partir en courant et heurta Klaus de plein fouet. Celui-ci, comme à son habitude, joua de la séduction, mettant la jeune femme en confiance, avant de la vider de son sang, dans un coin reculé de la plage. Il se débarrassa de la carcasse en la jetant à l’eau. Puis, après un revers de manche pour effacer toutes traces de sang autour de ses lèvres, l’Hybride regagna le yacht comme si rien n’était. Buck partit directement manger ce qu’il y avait dans sa gamelle, pendant que Klaus avait trouvé refuge dans son atelier de peinture. Pinceau en main, il était debout devant une toile, terminant ce qu’il avait commencé il y a quelques jours de ça. Néanmoins, il restait attentif à ce qu’il se passait sur son bateau et ne fut pas étonner d’entendre Conor se retourner dans son lit. Celui-ci devait faire comme toutes les fins de semaine, trainant en espérant ne pas arriver au soir ou lendemain. Rictus en coin, l’Originel venait de quitter son atelier pour se servir un café, tout en faisant chauffer le lait du nain.

« Je vais faire quelques courses et je ne t’attends pas. »

Sa réplique portait ses fruits. A peine le dernier mot sorti de sa bouche, que le gamin arriva tel une tornade dévastante tout sur son passage. Si bien que Klaus lui-même en était resté surpris, alors que le gamin venait de lui dire bonjour. La vitesse à laquelle il avalait son chocolat et son croissant, était surprenante. Et un nouveau demi-tour pour partir à la salle de bain. Pendant ce temps, Klaus s’était préparé un verre de sang, censé finir dans son estomac à lui, mais la tornade Conor était de retour, lui piquant son verre des mains. Les yeux écarquillés, l’Originel était resté sur place, dans la même position, laissant échapper un :

« De rien. »

C’est en entendant le coup de Klaxon, qu’il réalisa que le gosse était bien pire que lui au même âge. Levant les yeux au ciel, il attrapa un autre verre et prit le temps d’y verser du sang, pour au moins pouvoir en boire un peu lui-même. Et c’est en soupirant d’exaspération, qu’il entrait enfin dans sa voiture, s’installant du côté du conducteur évidemment.

Il venait tout juste de démarrer, que son fils commença déjà à réclamer des choses. Le connaissant bien, dans les boutiques, ça sera encore un réel cauchemar. Il faut dire que venant de Conor, Klaus s’attend à tout, même au pire. Enfin toujours au pire, puisque le gamin semble intenable.

« Prêter ? Ce qui veut dire que tu me les rendras. »

Comment contourner une question de son fils, leçon numéro un. Mais s’il y a bien une chose dont Klaus se sera passé, c’est des embouteillages. Sans compter que son rejeton avait l’air d’avoir des puces dans le pantalon, puisqu’il gigotait pire qu’un asticot ne voulant pas terminer en hameçon. Ce n’est qu’après un petit moment, alors que son père perdait toute patience, que le gnome demanda à passer devant. Un geste de la tête suffit à l’y autoriser, mais le ressort n’en était pas calmé pour autant. Pire encore, il se mit à balancer un véritable interrogatoire, mais ne laissa pas un seul instant Klaus répondre. A chaque fois que l’Hybride Originel s’apprêtait à répondre, une autre question arrivée. Excepté l’envie d’arracher le volant et de lui taper sur la tête avec, il resta complètement stoïque avant d’enfin réussir à en placer une.

«  Je ne sais pas. Oui, s’ils bougent. Non sinon je l’aurais pris. Parce que c’est une voie sans issue. Oui. Non. Je sais. Ca aussi je sais. Quelle tête ? Non … mais si tu continue comme ça, il y a de forte chance pour que je m’énerve ! »

Une chance qu’il ait une excellente mémoire, ce qui lui permit de répondre à toutes les questions en même temps, évitant ainsi que son fils en rajoute d’autres au passage. Et pour éviter que le questionnaire vivant se remette en marche, Klaus mit la musique assez forte, pour décourager Conor de parler à nouveau. Enfin la foule bougeait, lui permettant de mettre la vitesse supérieure et d’enfin arriver au centre commercial. Il ne mit pas longtemps à trouver une place pour se stationner et sortir de la voiture.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Ven 31 Aoû - 17:31


# Les courses avec Papa
« A six ans, on est pas assez grand pour comprendre les choix des adultes, mais on est trop grand pour pleurer la nuit dans notre lit. On est pas assez grand pour donner notre avis, mais trop grand pour faire des caprices. A six ans, on sait pas comment leur faire comprendre qu'ils nous font du mal. Et moi .. mes six ans, je les aurai éternellement. »
# Au centre commercial
# Papa, Maman et moi
Conor a la bougeotte et c’est pas nouveau. Il est venu au monde ainsi. Déjà tout bébé, il ne tenait pas en place. Il hurlait sans arrêt et s’il n’y avait que ça. Ses parents avaient plutôt intérêt à rester en mouvement avec une poussette ou autre, s’ils ne voulaient que le petit garnement ne pousse une nouvelle gueulante. Puis, Conor a grandi mais ce n’est pas pour autant qu’il a changé. Il en est toujours au même point. Il ne tient pas en place et ça, c’est de Klaus qu’il a hérité son impatience et son côté hyperactif. Les gènes de loup-garou ça n’aide pas quand on a déjà un tempérament à ne pas rester en place. Mais il ne changera pas et c’est ainsi que tous ses amis le connaissent.

La fin de semaine est toujours difficile à vivre. Normal pour un petit garçon qui ne fait que changer de foyer. Chez son père, puis sa mère. Il n’a jamais l’occasion de se poser pour de bon. Ce qui n’arrange en rien son petit caractère bien trempé et de ce côté là, il a de qui tenir. Si tout le monde le surnomme mini-Klaus, ce n’est pas pour rien. La copie conforme de l’Originel version miniature. Et ce jour-là, il faisait encore des siennes comme à son habitude. Notez une importante retenue tout de même. Etonnant ? Non, tout simplement parce qu’il est actuellement chez son père et qu’il sait ce qui lui arrivera en cas de bêtise. Klaus n’est pas vraiment regardant là-dessus et colle parfois de sacrées corrections à son fils. Mais dans l’ensemble, Conor n’est pas non plus à plaindre. Son géniteur lui laisse passer bien des choses et entre nous, il lui en apprend aussi pas mal.

Après un petit déjeuner prit on ne peut plus vite, il se trouvait dans la voiture, en route pour le Centre Commercial. A l’arrière, comme tout enfant de son âge, il commença à prendre la parole et ce … pour ne pas la redonner. Dans un premier temps, il demanda de l’argent à son père. La réponse de Klaus le surpris, ne s’attendant pas à ça, mais il ne se dégonfla pas pour autant.

"Oui ! Quand j’aurai ma paie et mes impôts !" 

Autant dire jamais. Mais il devait bien répondre quelque chose. Et très vite, sans prendre le temps de s’arrêter dirais-je, il enchaina question sur question. Klaus devait vraiment s’être armé de patience pour ne pas l’avoir jeté sur la route encore. L’autorisation lui avait été donné pour passer devant. Il appuya sur le bouton de la ceinture de sécurité et se mit debout dans l’habitacle. Enjambant la partie où se trouvent le levier de vitesses et le frein à main, il se laissa tomber sur le siège avant, côté passager. Son père semblait complètement ailleurs pendant l’interrogatoire façon Conor. Puis d’un coup, quand le gamin prit le temps de respirer, c’est Klaus qui déballa toutes les réponses, sûrement aussi que Conor les questions. Mais au moins, les choses étaient clairs et le gamin comprit que s’il continuait sur cette pente glissante, il serait sûrement éjecté de la voiture à coup de pied au derrière. Ce fut une change que la circulation reprit doucement, de façon à ce que la voiture se remette en mouvement. Le restant du trajet avait été court jusqu’au parking. A peine stationné, que Conor sortit pour se rendre du côté des machins à caddies. Il en attrapa un et l’escalada, entrant dedans et attendant que son père ne vienne pousser. Debout dans son véhicule improvisé, il regardait devant eux, jusqu’à ce qu’il se trouve enfin dans la partie la plus intéressante.

"Papaaa regarde il y a plein de jouets."

Arborant son petit regard de chien battu, il se tourna vers Klaus, se montrant soudainement sage comme une image. Et quand enfin l’Hybride posa les yeux sur lui, il entreprit de dire de sa voix la plus triste, marmonnant à moitié en regardant ses chaussures :

"Moi j’ai pô les jouets là. Maman a caché tous mes jouets."

Et quand il se trouve en train de faire les courses avec sa mère, il lui tient le même discours mais cette fois-ci, à l’encontre de son père.



CREDIT IMAGES # code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Ven 7 Sep - 14:57

La corvée des boutiques
« Toi, moi et le nain »

Démoralisé, déprimé, enfin beaucoup de termes peuvent décrire ce que Klaus ressent en ce moment même, alors que son gamin l’attaque à coups de questions. Il soupirait, augmentait le son de la musique, mais rien n’y faisait. Le gosse continuait à parler. Encore et encore, comme s’il ne s’arrêtait jamais. Si encore on lui avait livré ce mioche avec le mode d’emploi pour retirer les piles, il s’en sortirait sûrement mieux. En faite, il faut l’avouer. Ce n’est un secret pour personne et tout le monde l’a deviné. Klaus est le pire des pères qui existent. Il n’a aucune patience et ne sait pas comment faire taire son fils, sans avoir à se montrer agressif. Mais son calvaire s’apprêtait à se finir, quand enfin Conor ferma sa bouche. A leur arrivée sur le parking, c’était tout juste si l’Hybride n’avait pas sauté en dehors de la voiture pour échapper aux questionnaires sur pattes. Mais la chance tourna alors que le gamin escaladait l’un des caddies. Klaus commença à chopper l’engin et à le pousser, jusqu’à entrer dans le magasin. Si jamais Conor recommençait, il n’aurait qu’à le pousser dans un rayon de façon accidentel. Un rayon de boites de conserve précisément, ça l’assommera peut-être.

Avançant tranquillement … ou pas … Klaus prenait les tournants d’un seul coup, pour que le petit garçon ne se rétame dans le caddie. Oh, ça n’avait rien de méchant, c’est juste que ce Mikaelson là est un chieur qui ne loupe pas une seule occasion pour emmerder son monde. Et après, il se plaint que son fils soit aussi casse-bonbons. On se demande bien de qui il tient, même si Klaus met toujours tout sur le dos de la pauvre Tailla. Enfin, pour le moment, il avançait, profitant du calme pour regarder ce qu’il voulait, jusqu’à ce que Conor ne l’interpelle d’une façon des plus bruyantes. Surpris, l’Hybride Originel haussa les sourcils. Ce gosse devait le prendre pour un vieux machin sourd comme un pot, pour parler aussi fort. Mais ça avait le mérite d’attirer son attention. Et voilà le regard du petit chien battu. Alors comme ça, sa vilaine mère lui avait retiré tous ses jouets. Pauvre enfant va.

« Pourquoi ne vas-tu pas les récupérer ? »

Bah oui tiens. Conor peut sans aucune difficulté, retourner l’appartement de sa mère pour reprendre ses jouets. Enfin, à sa place, c’est ce que Klaus aurait fait. Mais bon … apparemment, il venait encore de tomber dans le piège de son propre fils, et se surprit à regarder les jouets que le gosse lui montrait.

« Bon … qu’est-ce que tu veux ? »

Il n’est pas né de la dernière pluie et se doute que Conor doit tenir le même discours à sa mère, mais en inversant les rôles. Ce gamin est vraiment très futé, peut-être même un peu trop. Mais de toute façon, il n’y a aucun mal là-dedans. Klaus n’a pas pour habitude de payer ce qu’il achète. Et son estomac commençant à le titiller, il ne serait pas étonnant qu’il se nourrisse auprès d’une jolie petite vendeuse en prime. En fonction de son humeur, il verra s’il l’hypnotise ou la chasse, et s’il la laisse vivre après s’être nourri ou s’il la vie jusqu’à la dernière goutte.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Andréa Tully,


à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 1018
Age : 31





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Mer 12 Sep - 14:57




Les courses

« J'aurais voulu les voirs j'y serais pas arriver»


Tailla est une jeune femme comme toute les autres on pourrait croire mais loin de là. Elle est un démon en premier lieux est un démon assez unique donc tres courtiser, tres traquer, et tres rechercher. Car la jeune femme est un phœnix une race en voie d’extinction. Mais bon c’est une femme en apparence normale sauf qu’à son Age elle est maman d’un petit garçon adorable mais avec un caractère bien tremper qui est aussi tres manipulateur et tres colérique. Elle sait qu’il a hérité d’elle mais aussi du père du petit garçon. Et en parlant du père et du fils, Tailla savait que son fils se trouver avec son père cette semaine et qu’elle devait le récupérer dans quelques jours alors comme elle se trouver seule chez elle, elle décida aujourd’hui d’aller faire quelques course pour quand elle récupèrera Conor.

Donc le petit matin se leva et on peut dire que Tailla est comme les poules, et ne pas la comparer à une poule même si sa race est un piaf d’accord. Donc elle se leva en même temps que le soleil une habitude qu’elle a pris depuis la naissance de son fils qui se réveiller au premier rayon du soleil même si maintenant il ne le fait pas car c’est une vraie marmotte. Elle sortit de son lit et enfila un petit peignoir en soie et sortit de sa chambre et passa devant la chambre vide de son fils. Toujours la même nostalgie qui se lisait sur son visage, le manque qu’il lui resserre le cœur. Elle partit en direction de la cuisine et fit chausser sa machine à café et partit dans le frigo se servir un verre de jus d’orange. Elle le déposa sur la table et s’attrapa une tasse et se servi son café puis déjeuna tranquillement. Apres avoir fini son petit déjeuner la jeune femme partit dans sa chambre et se mis en tenue de sport et s’installa sur sa Terrasse et commença à faire quelques étirement de Yoga pour se détendre. Elle avait instauré se rituel pour éviter de trop s’énerver mais aussi pour contrôler la puissance de Phœnix qui vivait en elle. Car elle a un feu sacré qui sommeille en elle le feu des enfers et comme elle a refreiner ses envies de noirceur celle-ci refont surface et à faire du Yoga cela la calme et aide à sa canaliser. Alors que pendant 2 h elle faisait c’est position de Yoga celle-ci décida de s’arrêter et d’aller prendre une douche. Elle alla dans sa chambre et partit dans sa salle de bain et fit couler l’eau, pendant que l’eau monter en température elle se déshabilla et mis ses affaires sale dans la panière et se détacha les cheveux et partit sous l’eau. Elle se doucha tranquillement et se lava le corps et les cheveux. Apres être toute propre elle s’enroula une serviette autour du corps et une autre autour des cheveux. Elle attrapa les affaires sale de la panière et partit les mettre dans la machine à laver qui se trouver dans la buanderie. Alors qu’elle lança son programme elle partit se sécher les cheveux et se coiffer puis s’habilla et se maquiller. Alors qu’elle était toute pomponnée elle regarda l’heure et se dit qu’elle aller faire quelques courses qu’il n’y avait plus trop de personne. Elle passa de nouveau dans la chambre de Conor pour fermer la fenêtre et vu que celle-ci était un peu vide car elle lui avait confisqué ses jouets et pour lui montrer qu’elle lui en voulait pas décida de lui acheter des jouets enfin surtout une nouvelle console de jeu.

Tailla attrapa son sac à main et les clés de sa voiture et partit faire quelques courses. Arriver dans la voiture elle pris l’allée principale mais celle-ci avancer guerre donc elle resta un peu bloquer dans l’embouteillage. Alors que la circulation se refait normalement Tailla se gara et partit prendre un caddie et partit dans le magasin. Elle était dans les rayons et fait les courses de ce qu’elle avait écrit sur sa liste mais elle passa dans le rayon des jouets et la-elle ses souvenue qu’elle avait dit qu’elle achèterait une nouvelle console a son fils. Alors qu’elle alla dans le rayon elle regarda ce qu’il l’entourer mais alla jusqu’au niveau des consoles. Alors qu’elle était en train de regarder les dernières console sortit elle entend un enfant hurler, sur le coup elle n’a pas reconnu la voie de son fils elle c’était juste dit encore un enfant qui hurle pour avoir ce qu’il veut. Tailla rigoler en regardant la console dans ses mains mais si elle savait que cette enfant et son fils elle ne rigolerait plus. Alors qu’elle avait choisi la dernière console à la mode elle continua d’avancer dans le rayon et regarda les jeux vidéo. Alors que son regard était posé sur le jeu elle fut troublée par des voix qu’elle connaissait mais ne prêta pas attention sur le coup. Et alors qu’elle attrapa un jeu de combat elle regarder de quoi sa parler en gros et en tournant la tête elle aperçut son fils et son père la seule réponse qu’elle a dit fut

« Niklaus ? Conor ? »






CODE BY ANARCHY
Revenir en haut Aller en bas
http://tomorrows-world.forumgratuit.org

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Lun 17 Sep - 15:06


# Les courses avec Papa
« A six ans, on est pas assez grand pour comprendre les choix des adultes, mais on est trop grand pour pleurer la nuit dans notre lit. On est pas assez grand pour donner notre avis, mais trop grand pour faire des caprices. A six ans, on sait pas comment leur faire comprendre qu'ils nous font du mal. Et moi .. mes six ans, je les aurai éternellement. »
# Au centre commercial
# Papa, Maman et moi
Comme à son habitude, Conor sait comment manipuler les gens. Bien qu’avec son père, cela soit beaucoup plus compliqué, faut pas bien l’admettre. L’Hybride Originel ne se laisse pas avoir. Si parfois, il donne l’impression d’avoir capituler, ce n’est pas parce qu’il est tombé dans l’arnaque, c’est juste pour avoir la paix. Et ça, Conor le sait très bien, il en joue même. D’ailleurs, lorsque Klaus lui demanda pourquoi il ne récupérait pas ses jouets, le petit garçon ne savait plus vraiment quoi dire. Il resta muet et regarda son père, la bouche bêtement entrouverte. Il ne s’attendait pas à cette question, mais vite, Klaus enchaina en lui demandant ce qu’il voulait. Affichant, à présent, un grand sourire, il commença à lui montrer du doigts plusieurs jouets.

« Celui-là … et celui-là aussi. »

Se penchant tant qu’il pouvait, il attrapa les boites dans ses petites mains et les montra à son père, tout content. Ce dernier semblait un peu perdu dans tout ce choix et ce n’est pas étonnant, les commerçants font de leurs mieux pour que les parents ne sachent jamais quoi prendre. Ainsi, ils finissent toujours par en prendre plusieurs, au cas où ils se tromperaient dans les gouts de leurs rejetons. Mais Conor se mit à penser qu’il était lui-même tombé dans un piège. Peut-être que son père ne comptait pas lui offrir tout ça finalement, mais juste lui donner une bonne leçon. Perdant son sourire à cette pensée, il le regarda l’air interrogatif et un jouet en main.

« Tu vas me l’offrir ? »

La question resta en suspend alors qu’une voix plus que familière venait de se faire entendre juste derrière lui. L’air surpris et mal à l’aise, le petit Mikaelson se retourna, se rendant bien compte qu’il ne s’était pas trompé. Il s’agissait bien de sa mère, qui se trouvait exactement dans le même magasin qu’eux. D’un coup, il espéra que son père n’allait rien dire concernant les jouets confisqués. Parce que d’ici quelques heures, Conor allait être reparti pour une semaine entière avec sa mère. Et que si elle apprend ce qu’il raconte pour avoir des jouets, il va en entendre parler pendant sept longues journées. L’air un peu perdu, son regard se promena de sa mère, jusqu’à son père et inversement. Mais la tête agacée qu’affichait Klaus, semblait le tirer d’affaire. C’est vrai que sa mère venait de commettre une énorme erreur en appelant l’Hybride Niklaus. Seuls les membres de sa famille continuent à l’appeler ainsi. Tout le monde sait que l’Originel n’apprécie pas que quelqu’un d’autre le fasse. Légèrement soulagé, le petit Conor récupéra le jouet qui se trouvait encore dans les mains de son père et le posa discrètement au fond du caddie.

Mais ce petit garçon est toujours très observateur. Il avait, bien sûr, remarqué les boites dans les mains de sa mère. Avec un air des plus sages, comme il sait si bien y faire, il pointa du doigt les objets que Tailla tenait encore.

« Maman ? … C’est pour moi ça ? »

Et c’était partie pour la petite gueule d’ange à qui personne ne peut résister.



CREDIT IMAGES # code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Ven 21 Sep - 15:14

La corvée des boutiques
« Toi, moi et le nain »

Sachant bien comment est son fils, on ne peut pas vraiment dire que Klaus s’est fait avoir. Il l’a simplement laissé gagner cette manche. Et puis, Klaus enfant n’était pas non plus un Ange. A cette époque là, il n’y avait pas de centres commerciaux, ni même de jouets, si ce n’est des prémices de poupées. Et la vie était bien plus difficile. Les richesses n’étaient pas ce qu’elles sont maintenant. Les hommes étaient riches de terres, mais ils devaient la cultiver pour que ça serve à quelque chose. Bien souvent, lorsqu’il fallait partir au combat pour défendre le village, Mikael laissait ses gamins aider Esther aux champs. Ce n’était pas un travail facile, surtout pour des enfants. Mais il était dans leur intérêt de ne surtout pas se plaindre. S’ils avaient le malheur de le faire, c’était répété au chef de famille qui leur tombait sur le coin de la tronche. Klaus ne compte plus les fois où il s’est retrouvé le dos en compote, alors qu’il avait tout juste l’âge de Conor. Il se rappelle notamment d’une fois, où il s’était bagarré avec Elijah. Klaus s’était blessé au bras, mais quelque chose de bien. Par peur de ses parents, il n’avait rien dit et avait été de corvées eau. Il devait traverser tout le village, pour aller remplir de gros seaux, afin qu’il y ait assez d’eau pour que toute la fratrie ne se lave. Sa mère était enceinte Rebekah et Kol était tout petit. Il fallait l’aider plus qu’à la normale. Au quatrième trajet, la blessure de Klaus eut raison de lui et il fonda en larmes. Seulement six ou sept ans, c’est encore très jeune pour un enfant. A bout de nerfs, Esther, dont la haine face à son fils était palpable, raconta les choses à sa façon à Mikael. Ce à quoi, Niklaus prit une raclée en plus de son bras cassé. Plus d’un millénaire après, il entend encore le bruit de la ceinture venir le frapper et la douleur qui s’en suivait.

Et là, il se retrouve au milieu d’un centre commercial, dans le rayon jouets en train de laisser Conor remporter une manche. Beaucoup le critiquent, lui et sa façon d’élever son fils. Mais entre ce que le gamin vit et ce que lui a subi, il y a un gros fossé. Perdue dans toutes ses lointaines pensées, Klaus devait donner l’impression de se moquer du gosse, ce qui n’était pas le cas. S’il lui demandait ce qu’il voulait, c’était pas pour l’envoyer sur les roses après. Evidemment qu’il allait les lui offrir. D’ailleurs, il en avait déjà dans les mains et s’apprêtait à les déposer quand quelqu’un l’interpela. Niklaus … c’est le prénom que Mikael lui a donné. Un prénom qu’il a renié, il y a fort longtemps, lorsque sa famille a explosé en morceaux. Seuls ses frères, sa soeur et ses parents l’appellent encore ainsi. Personne d’autre .. pas même ses neveux, ni nièces. Pour eux, il est et rester, l’Oncle Klaus ou l’Oncle cinglé. Mais aucun n’a eu le culot de l’appeler Niklaus jusqu’à maintenant, sachant combien se prénom lui fait se remémorer des souvenirs plus que douloureux.

Lâchant les jouets qu’il avait dans les mains et les laissant ainsi tomber dans le fond du caddie, il releva les yeux en direction de la mère de son fils. Le visage fermé, l’air même agacé, il lâcha froidement :

« Klaus. »

Elle comprendra par là, qu’il ne vaut mieux pas l’appeler à nouveau par son prénom en entier. Mais en entendant Conor, parler à sa mère, il ne put s’empêcher de suivre du regard la direction qu’il montrait, voyant la console de jeux. Ce n’est pas le concours de celui qui lui offrira le plus, mais ça venait de lui faire penser au tour du monde qu’il compte entreprendre avec ses fils.

« D’ici quelques mois, ils en sortiront une nouvelle … Tu devrais attendre encore un peu, surtout que celle-ci ne servira pas à grand chose maintenant. Conor et moi partons en vacances. »

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Andréa Tully,


à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 1018
Age : 31





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Dim 30 Sep - 13:45




Les courses

« J'aurais voulu les voirs j'y serais pas arriver»


Le jeune phœnix comprenais enfin se c’était le métier de maman car elle en payer les conséquences là. Je crois qu’elle croise une personne qui lui dit que le métier de maman est une chose merveilleuse et la plus facile au monde, je pense que Tailla va faire un meurtre sur place. Elle échange volontiers son fils contre n’importe lequel je crois que les parents ferait une dépression ou carrément essayerais de mettre fin à leurs jours. Elle ne veut pas dire que par là son fils est un monstre car il est comme tous les petits garçons de son âge, turbulent, pipelette, à faire les 400 coups. Mais quand les cotes de son père ou de sa mère prennent le dessus vous avez intérêt de vous planquer car celui-ci est intenable. Mais bon elle ne regrette pas d’avoir son fils car si elle revient en arrière sa vie ne serait pas la même car elle se sentirait comme avant seul et sans but dans la vie. Même si elle doit partager son fils avec son père elle sait que chaque instant qu’elle passe avec lui et toujours magique quand ils ne se prennent pas la tête. Mais les prises de tête sont souvent du fait que Tailla à peur que son fils ne l’aime pas, qu’il soit avec elle part obligation qu’il voudrait être avec son père tout le temps. Car entre mère et fils il y a souvent prise de tête et pour se faire respecter Tailla à opter de l’option de lui confisquer ses jouets même si elle craque bien avant pour lui rendre car elle n’aime pas faire du mal à son petit garçon et son seul souhait c’est qu’il soit heureux.
Tailla devait récupérer son fils chez son père à la fin de la semaine et pour vous dire ils ne c’étaient pas quitter en bon thermes car 1 jours avant qu’il parte, conor avait encore haussé la voix et Tailla l’avait puni de la même façon même si quelques heures après le petit garçon avait retrouvé ses jouets enfin quelques un. Mais Tailla comme maman aimante avait décidé d’aller faire des courses pour faire plaisir à son petit bébé d’amour mais au passage lui faire un cadeau car elle voulait lui montrer qu’elle ferait tout pour lui.
Alors qu’elle était dans le magasin elle était passée devant le rayon jouet et console et demanda de l’aide à un vendeur pour savoir qu’elle était la dernière console à la mode et se qui plaire un petit garçon de 6 ans. Elle ne savait pas comment faire car elle est fille unique et surtout c’est parents non jamais était là pour elle. Ils ne lui ont pas appris à aimer, à ce que c’est l’attention de quelqu’un. Les seul choses qui lui ont appris c’est tuer, détruire te s’endurcir. La seule touche d’attention fut celle de Dayanara, oui vous ne rêvez pas mais Dayanara et Tailla se connaisse car elle arrive du futur notre petite phœnix et à notre époque Tailla n’as que 6 ans comme son propre fils. Bref. Donc ou j’en étais à oui. Donc Tailla a appris un peu ce que c’était l’amour d’une maman, d’être aimer pour quelqu’un de la part de Dayanara car celle-ci la adopter comme si c’était sa propre fille. Mais bon son c’est une autre histoire.

Donc Tailla était dans les rayons jouet et après que le vendeur lui avait donné la meilleure console du moment elle était partit trouver des jeux qui pourrait plaire à son fils. Alors qu’elle regarder les jeux elle entendit un gamin gueuler, elle disait que c’était du grand n’importe quoi mais quand elle a vu que c’était son fils qui crier comme cela elle fut choquer mais si elle pouvait se cacher dans un trou de souris elle l’aurait fait car elle avait quand même un peu honte. Car elle rouspétait de ce que le gamin faisait mais alors que c’est le siens qui est comme cela. Alors qu’elle les appela par leurs prénoms pour qu’il la regarde, elle comprit son erreur d’appeler Klaus par son vrai prénom car son visage se ferma et son regard devient comme noir de haine. En claire si vous voulez voir l’image vous imaginez un homme qui prend une boite de conserve et qu’il l’envoie dans la tête de tailla bon c’est juste une image Klaus ne lui a pas fait il la juste rappeler à l’ordre en disant Klaus. Celle-ci le regarda et lui dit


« Pardon Klaus »

Et alors qu’elle entendit son fils lui demander si c’était pour lui les jouets celle-ci le regarda avec un grand sourire et plein d’amour dans les yeux. Car elle ne pouvait pas résister au sourire de son fils, elle l’aimer plus que tout c’était sa plus belle réussite dans sa vie. Alors qu’elle lui fit un oui de la tête et alors qu’elle aller lui rajouter quelques choses Klaus commença à lui parler. Elle releva la tête et le fixa et celui-ci dit que la console ne servait à rien car une nouvelle va sortir d’ici quelques mois car il ne s’en servira pas car il part en vacances avec Conor.
Le phœnix regarda bizarrement Klaus, dans son regard on pouvait lire toute l’incompréhension qui l’envahit. Elle posa la console sur l’étagère juste a coter d’elle et regarda son fils puis son père et lui dit


« Et tu me dis sa comme ça ? Tout penaud. Oh oui Tailla j’ai oublié de te dire demain matin à l’aube je me barre avec notre fils et je reviens je ne sais pas quand. Tu te fou de moi je crois là. Et oui j’ose te parler comme cela car-moi si je veux partir en vacances avec Conor tu me fais comprendre que je suis morte de l’emmener loin de toi mais toi sa te dérange pas de le faire. C’est peut être ton fils mais c’est le miens aussi. Je l’ai porté 9 mois faut pas que tu l’oubli, donc cela ne me dérange pas que tu partes avec lui mais j’aimerais être au courant pas l’apprendre comme sa juste pour que tu me fasses encore plus de mal »


La colère monter dans la colère du phœnix, ses mains commencer à devenir de plus en plus chaudes. Les pouvoirs des phœnix sont souvent lié à leurs sentiments et la comme elle était énervé par sa, cela n’arranger rien et elle n’arriver pas à se contrôler. Les seules personnes qui arrivent à la contrôler quand elle est comme cela c’est son fils et sa meilleure amie.





CODE BY ANARCHY
Revenir en haut Aller en bas
http://tomorrows-world.forumgratuit.org

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Lun 8 Oct - 6:16

La corvée des boutiques
« Toi, moi et le nain »

Pour dire ce qu’il a à dire, Klaus n’a jamais pris de gants. Il n’est pas genre à tourner cinquante ans autour du pot, pour dire ce qu’il pense. Peu importe si la vérité blesse ou pas. Lui, personne ne lui a fait de cadeau, et ça, depuis sa plus tendre enfance. Alors oui, il y a des façons de le dire. Des façons de dire à une mère qu’on s’en va avec son gamin, pour une durée indéterminée encore. Il y a des façons d’approcher la chose pour la rendre moins brutale. Mais pourquoi le ferait-il ? Klaus n’aime pas cette situation. Partager la garde de Conor, c’étai bien avant. Avant, lorsqu’il s’agissait d’un tout petit bébé qui avait grandement besoin de sa mère. Mais maintenant, c’est un petit Hybride éternel. Il n’a plus besoin de sa mère mortelle. Dans quelques années, aller soixante ans voir moins, Tailla mourra. Elle ne sera plus qu’un souvenir douloureux pour le gamin. Alors que son père, il l’aura pour toujours. Bon, si on oublie tous les cinglés qui espèrent pouvoir l’enfermer au fin fond de la mer ou que sais-je encore. Mais une fois, pas deux. Il s’est fait avoir alors qu’il ne s’y attendait pas. Ca ne se reproduira plus. Et ça, c’est une promesse de l’Hybride en question.

Tailla avait commit deux choses qu’elle n’aurait pas dû, et ce, en l’espace de quelques minutes seulement. La première, était de l’appeler Niklaus. La seconde, c’est le ton qu’elle empruntait avec lui. Evidemment, il la laissa terminer de parler. Son regard s’était posé sur Conor. Le petit garçon, debout dans le caddie, semblait totalement stoïque face à la situation. Vous pensez bien que de voir sa mère péter un câble en plein milieu du rayon jouets, c’est tout sauf réjouissant. Quand enfin elle finit de parler, restant presque de marbre fasse à tout ce qu’elle disait, Klaus se contenta de l’observer, avant de prendre, lui-aussi, la parole.

« Parce que j’ai l’air penaud ? »

Demanda-t-il à Conor, sous l’effet de la surprise. Puis, après quelques instants, son regard se posa sur le Phoenix, présent dans le magasin.

« Tu n’as pas l’air de comprendre que c’est une faveur que je te fais de le voir. Qui pourrait m’obliger à te le donner ? La justice des humains ? Toi ? … Si je veux Conor, je prend Conor. Je n’ai certainement pas à te demander la permission. Et parles-moi encore une seule fois sur ce ton, tu peux être certaine, que ce sera la dernière fois que tu pourras le voir. N’oublie que c’est MON fils. Tu l’as peut-être porté pendant neuf mois, mais tu n’en reste pas moins égale à une mère porteuse. Tu n’étais qu’un utérus sur pattes, le temps que mon fils se soit assez développé pour voir le jour. »

Et tout ça, il l’avait débité dans le plus grand des calmes dont il pouvait faire preuve. Bien sûr, Klaus restera toujours très impulsif à l’intérieur et personne n’est à l’abri qu’il ne s’énerve. Peut-être parait-il brutal dans ses paroles ou encore cruel. Oui cruel et sadique, seraient des mots appropriés. Pourtant, il n’en reste pas moins sincère. C’est tout ce qu’il a toujours pensé depuis le départ. Klaus est égoïste et possessif, ça ne changera jamais. Il a tellement souffert durant sa vie d’humain et même après, qu’il n’est pas prêt de laisser une brèche où s’enfoncer pour lui faire d’avantage de mal. Mais ce qui devait être le plus agaçant encore, ça devait être le petit sourire qu’il affichait à ce moment-même. Exactement le même qu’il sert à Elena et compagnie, lorsqu’il arrive à leur faire du mal.

Du coin de l’oeil, il pouvait voir son fils toujours dans la même position. Le petit garçon n’osera jamais aller contre son père. Il a bien trop peur de ce qui pourrait lui arriver. Klaus l’a toujours mis en garde sur ce sujet. Remettant les mains sur la barre dirigeante du caddie, il posa son regard sur le petit garçon avant de reprendre, une nouvelle fois, la parole :

« On a d’autres achats à faire pour notre petit voyage … »

Si c’est pas de la provocation ça, mais il sait que la conversation ne s’arrêtera pas là.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Andréa Tully,


à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 1018
Age : 31





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Lun 8 Oct - 15:43




Les courses

« J'aurais voulu les voirs j'y serais pas arriver»


On le sait tous depuis qu’elle est toute petite tailla a un caractère bien tremper. Celle-ci ne mâche jamais ses mots et surtout elle ne va pas par quatre chemins car elle ne sait pas pourquoi les gens pense que essayer de passer par des insinuations sa servait à grand-chose. Et devant Klaus même si celui-ci pouvait lui ôter la vie en quelques seconde elle ne se taise pas. Elle savait que ce qu’elle faisait pouvait lui poser a tort mais elle a était élever comme cela toujours dire les choses franchement. Et oui rappeler vous la race de Tailla n’est qu’autre que un Phœnix et c’est oiseau mythique depuis tout temps sont au service de la source ou si vous préférer du prince des enfers Lucifer. Ils sont exactement les tueurs à cage du diable. Et pour leurs forger un caractère bien entier et surtout ne pas se laisser marcher dessus, depuis leurs plus petite enfance on les endurcit pour qu’ils prennent le caractère qu’ils sont maintenant. Enfin le caractère que Tailla a car celle-ci est la dernière de sa race si on ne compte pas son fils.

En parlant de son fils elle la croiser avec son père dans les magasins. Elle qui aurait aimé faire cela un jour elle y serait jamais arrivé. Pourquoi cela ne se serait jamais dérouler même si la jeune femme c’est que sa serait un rêve pour son fils que ses deux parents soit ensemble, Je vais vous expliquer. Déjà le premier point le phœnix et l’hybride ne vivent pas ensemble et un autre point comme les deux jeunes personne sont des caractères assez fort mais aussi assez impulsif je crois que y aurait un meurtre et sa serait pas l’hybride car celui-ci est immortel mais plus le phœnix qui se serait retrouver decoeuralisé ou même décapité. Donc ils vos mieux éviter de les mettre ensemble même si sa serait un rêve pour Conor. Donc elle avait trouvé son fils et Niklaus dans les magasins et pour une fois sa c’était bien passer au premier abord. Car le phœnix fit une erreur en appelant Klaus par son véritable prénom elle comprit en voyant la tête de l’hybride quelle avait fait une erreur. Et elle n’est pas si stupide que cela et elle reprit en l’appelant que Klaus. Mais voilà cela aurait pu s’arrêter la mais non car l’hybride qui doit avoir un malin plaisir à chercher l’oiseau de feu lui dit qu’il partait avec leurs fils. Et pour Tailla pour la faire sortir de ses gong on parle de son fils et que on lui enlevé. Celle-ci l’avait mal vécu quand l’hybride était partit avec lui la première fois et qui était venu habiter a Chance Harbour. Et quand l’hybride lui dit qu’il partait demain celle-ci n’a fait que faire comprendre sa mésentente et lui rappelant que quand elle veut l’emmener en vacance même en le prévenant il la menace presque de mort et qu’il ne fait pas qu’il oublie que c’est peut être son fils mais aussi celui de la jeune femme car elle l’avait porté pendant 9 mois. Elle n’était pas contre que Conor part avec son père car elle se douter que le petit garçon préférer rester avec son père que avec sa mère mais elle voudrait quand même qu’elle soit prévenue avant.

Bon je ne vais pas vous dire qu’elle a pris cette nouvelle calmement car cela serait mentir car ce n’est pas du tout le cas. Cela l’énervé au plus au point et elle sentait la chaleur monter dans ses mains et comme je vous l’expliquer les seuls personnes qui arrivent à la calmer quand elle a ses gènes de phœnix qui monte ses son fils et sa meilleures amies. Mais la Camille était pas la et son fils n’allais pas aller à l’encontre de son père car il savait ce qu’il l’attendait. Et elle fixait l’hybride en essayant de se calmer elle remarqua que Klaus se moquer d’elle en demandant à son fils s’il était penaud. Tailla secoua la tête en se disant intérieurement mais n’importe quoi celui-ci. Alors qu’elle aller à nouveau rupteur elle aperçut Klaus la fixer avec son regard froid et d’un coup il lui sortit des choses plus blessante les unes que les autres en lui disant que c’était une faveur qu’il lui faisait de voir son fils. Et il continua à la menaçant de continuer à lui parler sur ce ton il aller se passer un truc qu’elle ne désire pas sa mort. Tailla était blesser et n’avait pas peur de ses menaces car on la déjà plus d’une fois menacer mais là il lui a sorti quelques chose qui la énormément blesser c’est quand Klaus lui a dit qu’elle n’était qu’un utérus sur patte.

Le phœnix avait mal à l’intérieur car elle le savait qu’elle avait survit en quelques sorte d’incubateur vivant mais bon il y a de son sang qui coule dans les veines de son fils. Elle posa son regard sur son fils qui ne disait rien, essayant de comprendre ce qui se passer dans sa petite tête et si Conor aussi penser qu’elle n’ait là que pour être cette utérus sur patte. Que pour lui je suis juste sa génitrice et rien d’autre. Le phœnix qui a toujours était forte n’as jamais montré ses faiblesses la Klaus avait mis le doigt sur ce qui lui fait le plus mal. Son fils, le fait que on sait servit d’elle juste par intérêt. Cela fait mal mais c’est la vérité et il ne faut pas se voiler la face. Alors qu’elle plonger son regard de celui de son petit garçon elle voyait dans ses yeux l’amour qu’il lui porter, que peut être que pour Klaus Tailla n’est qu’une mère porteuse mais pour Conor elle est sa maman. Alors que Klaus commença à partir avec son chariot elle le suivit du regard et la elle redressa la tête et lui dit avec une flamme qui naisse en elle

« Tu crois que tu me l’as pas fait assez comprendre que je n’étais qu’une mère porteuse pour que toi tu es ton hybride parfait comme tu me la dit que j’étais enceinte de NOTRE fils. Mais toi je m’en moque de ce que tu penses. Mais regard dans le regard de Conor lis tu ce que toi tu penses ? Non tu verras dans ses yeux que je suis sa maman et qu’il m’aime. Et même si tu le menace de sans prendre une s’il te contre dit tu ne pourras jamais enlever cette étincelle qu’il a dans ses yeux quand il parle de sa maman. Je le sais que tu peux me l’enlever ou m’ôter la vie mais cela ne pourra jamais enlever cette partie de moi qui vie en conor. Car il y a peut-être ton sang qui coule dans ses veines mais il y a aussi du miens et même les jours ou je mourrais il y aura toujours cette partie de moi en lui. »

Elle s’approcha de nouveau à coter de Klaus et le fixa droit dans les yeux quitte a sans prendre une dans le magasin elle n’allait pas se laisser faire. Elle continua à parler sur un ton calme mais bien franc

« Tu t’entends comment tu parles de ton fils comme tu le dit si bien ? On dirait que tu le prends pour un objet. Tu dis-tu veut Conor tu prends Conor. Désoler c’est un être humain certes magique mais il reste vivant c’est n’est pas un objet que l’on peut trouver dans tous les coins de rues. Si tu te trouves un père si formidable que cela, tu ne parlerais pas de ton propre enfant ainsi en utilisant ses thermes. »

Elle tourna légèrement sa tête vers Conor qui regarder ses parents se parler et celui-ci disait rien et je pense que ça serait mieux ainsi. Mais on ne sait jamais avec le fils de Tailla car il a hérité des deux caractères donc celui-ci peut étonner tout le monde





CODE BY ANARCHY
Revenir en haut Aller en bas
http://tomorrows-world.forumgratuit.org

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Mar 9 Oct - 6:03


# Les courses avec Papa
« A six ans, on est pas assez grand pour comprendre les choix des adultes, mais on est trop grand pour pleurer la nuit dans notre lit. On est pas assez grand pour donner notre avis, mais trop grand pour faire des caprices. A six ans, on sait pas comment leur faire comprendre qu'ils nous font du mal. Et moi .. mes six ans, je les aurai éternellement. »
# Au centre commercial
# Papa, Maman et moi
En allant faire les courses avec son père, Conor ne s’imaginait pas la journée prendrait cette tournure. Alors que Klaus avait accepté de faire un détour par le rayon jouets, pour lui offrir ce dont il avait envie, le gamin se retrouva presque nez-à-nez avec sa mère. Comme tout enfant innocent, il posa une question qui l’était tout autant à Tailla, la voyant avec une console de jeux dans les mains. Mais voilà que son père intervint en informant le Phoenix du voyage qu’il s’apprêtait à faire avec leur fils. Tout étonné, Conor regarda son père. Il se rappelle dans la forêt, celui-ci ne voulait pas qu’il en parle à sa mère. Il semblerait qu’il ait changé d’avis et ça ne pouvait être qu’une bonne chose. D’ailleurs, de voir que son père n’était pas aussi dur que ça, finalement, fit naitre un petit sourire sur le visage du petit garçon qui suivait toute la scène. Mais ce sourire, il ne le garda pas bien longtemps, puisque sa mère commençait à s’énerver. Surpris par sa réaction, Conor ne bougeait pas. Il se contentait, de temps à autre, de jeter des discrets coups d’oeil à son père. S’il y a bien une personne qui connait Klaus mieux que n’importe qui, c’est ce petit bout là. Il est d’autant bien placé pour savoir que ce ton ne lui plaira pas du tout. Quand Klaus tourna la tête vers lui, l’air surpris, lui demandant s’il avait l’air penaud, un petit sourire se dessina sur ses lèvre. Tout ce qu’il espérait, c’est que la conversation ne parte pas en vrilles au beau milieu du magasin. Puis, ce fut au tour de son père de parler. Desservant tout ce qu’il avait sur le coeur depuis longtemps déjà. Du haut de ses six ans, Conor écoutait toutes les paroles. Bien sûr, il était trop petit pour comprendre le sens de tous les mots. Tout ce qu’il pouvait savoir, c’est que son père était très possessif envers lui. Est-ce une bonne ou mauvaise chose, il ne peut même pas le dire. Mais dans tous les cas, sa réaction était prévisible. Tout le monde sait qu’il faut parler à cet homme, avec un minimum de respect et qu’il ne reçoit d’ordres de personnes. Conor s’est déjà pris des raclées mémorables en tentant de lui manquer de respect, c’est pour dire. Malgré ses paroles, sûrement blessantes, le petit garçon pouvait remarquer que son père ne s’était pas énervé. Il avait même souris ce qui était étonnant. Enfin les réactions de Klaus sont parfois tellement imprévisibles, qu’il ne vaut mieux pas essayer d’y trouver une logique. Parfois, il pétera un plomb pour pas grand chose et dans d’autres circonstances plus graves, il arrivera à garder son calme.

C’est un soulagement que Conor ressentit quand son père tourna le caddie pour s’en aller, lui disant qu’ils avaient encore quelques achats à faire. D’un seul geste positif de la tête, le petit garçon ne bougeait toujours pas. Il attendait que toute cette tension diminue pour faire un geste ou un autre. Du coup, Conor avait eu gain de cause, plusieurs jouets étaient restés dans le fond du caddie. Jouets sur lesquels son regard était fixé, avant d’entendre de nouveau la voix de sa mère. Il ferma les yeux pendant un instant, se disait qu’elle aurait mieux fait de ne rien ajouter. La situation était restée calme et ce n’était pas fait pour lui déplaire. Mais à ce moment là, le petit gars avait l’impression qu’elle cherchait le conflit plus qu’elle ne le devrait. Comme à son habitude, pendant les disputes entre ses parents, Conor se fait discret, il ne dit rien de rien, préférant ne pas avoir à s’en mêler. Mais Tailla les rattrapa bien vite, continuant de parler. Craignant que le conflit ne se développe d’avantage, Conor leva la tête vers le visage de son père, lorsque sa mère lui parlait. Puis en baissant les yeux, il remarqua que les doigts de Klaus en avaient changé de couleur, tellement il serrait fort la part directive du caddie. Pour éviter un drame, le petit tenta une approche. Bien qu’il se soit déjà prit des raclées mémorables, il est bien placé pour savoir qu’il est la seule personne capable de calmer son père, lorsque celui-ci entre dans des colères noires. Alors, sans rien dire. Restant aussi muet qu’au début de cette conversation. Le petit garçon releva à nouveau les yeux vers le visage de son père, puis déposa sa petite main sur la sienne, pour attirer son attention. Un léger sourire trônait sur ses lèvres, essayant au mieux de calmer les pulsions sûrement meurtrières que Klaus pouvait avoir à ce moment même.


CREDIT IMAGES # code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Mar 9 Oct - 10:09

La corvée des boutiques
« Toi, moi et le nain »

Ce que Tailla ne semble pas comprendre, et qui risque de lui porter préjudice, c’est que Klaus a tous les pouvoirs concernant leur fils. Premièrement, en un claquement de doigt, à peine, il peut tuer cette petite impertinente. Deuxièmement, il s’en est déjà allé avec Conor une fois, et ça peut très bien se reproduire. D’ailleurs, Tailla semble chercher à le tester et là, à la place d’avoir le dessus, elle fait tout l’inverse. La décision de Klaus est prise, le voyage se fera qu’elle soit d’accord ou non. Et à leur retour, elle n’aura plus la garde du petit. Il ne faut pas jouer avec les nerfs de cet Hybride là. Jusqu’à maintenant, il avait réussi à se contenir. D’ailleurs, il était en train de quitter le rayon, poussant le caddie dans lequel son fils se trouvait. Il n’écoutait que d’une oreille ce que Tailla avait à dire. Et bien, elle avait enfin comprise qu’elle n’était rien du tout pour lui. Mais elle revient à la charge et Klaus ne manqua pas de croiser le regard inquiet de Conor. Il tourna alors la tête vers le Phoenix, qui était déjà de retour à côté de lui. La fixant d’un regard glacial, il la laissa tout de même parler, sentant la petite main de son fils venir se poser sur la sienne.

« Tu devrais arrêter de regarder les films pour filles dépressives. D’ici une décennie ou deux, il ne se souviendra même plus de ton visage. Et encore dix ans de plus, tu ne seras plus qu’un lointain souvenir. Quant à moi, je serai toujours là. »

Elle devait essayer de le mettre en colère, mais ça ne marchait pas. Klaus n’est pas stupide, il ne va pas se griller aux yeux de son fils maintenant. Il regarda Conor, en souriant légèrement, le rassurant ainsi sur son calme qui était toujours bien présent. Puis perdit totalement son sourire en regardant le Phoenix.

« Je ne me suis jamais vanté être le meilleur père du monde. Mais ce qui est sûr, c’est que Conor m’appartient. Et je me moque bien de ta logique sur l’être vivant et blablabla. Tiens, je vais te faire une confidence, au moins tu ne diras pas que je te préviens à la dernière minute. Dés demain, nous partons en voyage et à notre retour, il n’est plus question que tu en aies la garde, même pour une journée. Considère que tu n’as plus de fils. »

A l’intérieur, l’Hybride bouillonnait et il faisait un effort considérable pour ne pas faire fermer son clapet à l’impertinente. A la place, il affichait l’un de ses sourires agaçants et provocateurs. De toute façon, c’était le but de Klaus depuis longtemps déjà. Depuis qu’il a été interdit de voir Conor avant qu’il ne s’enfuit une première fois avec lui. Il a commencé doucement à rendre le gamin en retard d’une journée ou deux. A aller le récupérer à l’école alors que ce n’était pas son tour de garde. Il a même fait pire, il a carrément évincer le meilleur ami de Tailla de la vie de Conor. Tyler Lockwood a été déchu de son rôle de parrain. Et à la place, c’est Lucifer en personne qui a été choisi. Peut-être que l’amour qu’elle porte à son fils l’a aveuglé sur les agissements de Klaus en parallèle, mais c’était sûr qu’il finirait par l’évincer de la vie de Conor.

Reprenant son chemin, bien tranquillement, il s’arrêta et ajouta quelques paroles à l’intention de Tailla.

« S’il te venait l’idée de le prendre pour fuir avec lui, sache qu’il me reviendra toujours. Le lien qui unit les Hybrides à leur créateur est trop fort pour que tu puisses lutter. D’autant plus, que je suis son père et son unique parent, puisqu’il y a encore quelques semaines de ça, tu ne t’occupais même pas de lui. »

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Andréa Tully,


à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 1018
Age : 31





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Mar 9 Oct - 23:14




Les courses

« J'aurais voulu les voirs j'y serais pas arriver»


Et voilà ce qui arriva. Tailla ne sais pas fermer son claper quand il le faut et sa depuis le début quand elle a croisé son fils et Klaus. Celle-ci aurait dû se taire car Klaus a eu l’indulgence de la prévenir qu’il allait partir avec leurs fils même s’il la fait la veille. Il l’aurait pu rien lui dire et partir comme il l’avait fait la dernière fois, mais la comme une idiote de piaf de feu elle a ouvert sa grande bouche et a gagné tout. Elle qui avait mal pris les paroles de l’hybride elle aurait dû ne pas la ramener comme ça se qui se passer au moment présent ne se serait pas passé du tout. Car pour vous dire le mieux qu’elle aurait dû faire c’est complètement se taire et acquiescer mais bon je ne suis pas Tailla est c’est une jeune femme qui a un caractère bien trempé et elle n’a pas sa langue dans sa poche. Mais elle se rendait pas compte que en parlant ainsi a Klaus elle ne faisait pas souffrir l’hybride mais son petit garçon. Donc, le phœnix a était blesser dans son amour propre en disant qu’elle était qu’un utérus sur patte. Quelle femme n’aurait pas pris mal le fait qu’on l’appelle ici, elle qui a senti cette vie grandir en elle, bouger en elle, qui la expulser d’elle. Oui ce n’est pas une belle image la dernière mais c’est le cas. Bref Elle lui disait tout ce qu’elle penser du fait qu’elle savait qu’elle était cette mère porteuse, mais que dans tous les cas elle restera sa mère. Alors qu’elle lui parler celui-ci lui dit que son fils ne se souviendrais plus d’elle dans une à deux décennie.

Le phœnix avait envie de lui en mettre plein la tête encore mais celle-ci quand elle vit la main de conor se poser sur celle de son père pour le calmer elle comprit qu’il fallait qu’elle arrête. Elle pourrait protéger son fils et essayer de faire comprendre qu’elle est aussi sa maman cela ne fonctionner pas. Quand elle voyait son petit garçon plus proche de son père et qu’elle aurait aimé que son petit garçon soit aussi proche d’elle. Mais le fait qu’elle soit en quelques sortes humaines que son sang coule dans ses veines, Conor ne veut pas trop s’approcher d’elle peur de lui faire mal. A ce moment précis elle ne savait pu quoi penser. Alors qu’elle regarder Niklaus et Conor se lancer un regard fusionnel celle-ci releva la tête quand de nouveau la tête de l’hybride se retourna vers elle et il lui répondit en disant qu’il ne se croyait pas le meilleur père du monde, mais que Conor l’appartenait pas. Et là il lui dit qu’il avait une confidence à lui faire et qu’il ne la prévenait pas au dernier moment. Celle-ci le regarda avec un air interrogateur et lui dit que a leurs retour de vacances elle n’aura pu la garde de leurs fils même une journée. Que à partir de maintenant elle pouvait prendre en considération quelle n’avait plus de fils.

Tailla aurait voulu parler mais celle-ci n’a pas réussi à parler, elle avait l’impression qu’on lui enfoncer un poignard dans le cœur. Car pour Tailla son fils est tout pour elle, c’est sa plus belle réussite ce qu’elle a réussi dans sa vie mesurable. Elle qui était arrivé dans le passé par accident et c’est retrouver bloquer ici après être tombé enceinte elle penser pouvoir refaire une vie et réparer toute les erreurs qu’elle avait fait dans le futur. Mais on peut remarquer que quand le destin et écrit on ne peut pas le changer et celle-ci devait souffrir jusqu’à la fin de sa vie. Elle rester sur place ne sachant plus quoi dire quoi faire, car on peut le dire Klaus venait de lui donner le coup de grâce et celle-ci ne pouvait plus répondre. Car elle n’arriver pas à s’imaginer la vie sans son petit garçon. Déjà quand celui-ci est chez son père quand elle passe devant sa chambre elle imagine son petit garçon dans celle-ci mais quand le mirage s’estompe elle est de nouveau triste car elle ne la plus avec elle. Et là l’oiseau de feu qui est pourtant très dur et très solide, sa carapace et percer et les larmes commencer à monter à ses yeux. Et alors que celle-ci les yeux dans le vide comprenant sont erreur ne remarqua pas Klaus reparti. Elle avait envie que d’une seule chose tomber à genoux au sol et pleurer toutes les larmes de son corps. Alors qu’elle ne trembler pas de colère, d’énervement ou de meurtre. Mais elle trembler de tristesse elle entendit la voix de Klaus lui parler à nouveau. Elle sortit de son état de léthargie et redressa la tête et l’écouta sans un mot. Celui si lui dit qu’elle ne vient pas à l’idée de s’enfuir avec son fils car les hybrides ont un lien puissant et qu’il le retrouverait et lui dit aussi qu’il y a quelques semaines de sa elle ne s’occuper même pas de son fils. Le coup de grâce était tombé mais la-il l’acheva. Tailla d’une voix toute douce et un peu à l’ouest dit à Klaus

« Non je m’enfuirais pas avec lui, je ne ferais jamais cela a Conor. Je ne veux que son bonheur et je sais que je ne pourrais jamais enlever les liens qui vous unis. Je suis ……. Enfin j’étais sa maman et maintenant j’ai compris que je ne suis plus rien même à ses yeux. Si pour lui je ne suis plus rien pour moi il restera mon fils. Et je l’aimerais toute ma vie. »

Alors qu’elle regarder son petit garçon et son père continuer à partir celle-ci les regarder et rajouter

« Klaus !!!! Je voudrais m’excuser de la réaction impulsif e[b]t prend soin de Conor car je ne suis qu’une mère indigne »

Elle posa le regard sur son petit garçon dans le caddie et lui murmura même si elle savait que Klaus l’entendra

« Je t’aime Conor et sa pour l’éternité. Tu es mon petit garçon et son rien ne me l’enlèvera. Et je suis désolé pour tout. Rien n’est de ta faute toute est de la mienne. »

Tailla commença à faire demi tours car elle sentit les larmes monter aux yeux et ne voulais pas que son petit garçon la vois comme cela





CODE BY ANARCHY
Revenir en haut Aller en bas
http://tomorrows-world.forumgratuit.org

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa) Mer 17 Oct - 10:03


# Les courses avec Papa
« A six ans, on est pas assez grand pour comprendre les choix des adultes, mais on est trop grand pour pleurer la nuit dans notre lit. On est pas assez grand pour donner notre avis, mais trop grand pour faire des caprices. A six ans, on sait pas comment leur faire comprendre qu'ils nous font du mal. Et moi .. mes six ans, je les aurai éternellement. »
# Au centre commercial
# Papa, Maman et moi
Quand il y a des disputes entre ses parents, ou même entre son père et d’autres personnes, Conor se fait le plus discret possible. Il ne veut pas risquer de s’attirer les foudres de Klaus. Et encore une fois, la dispute tournait autour de lui, sans qu’il n’ait rien demandé. Parfois, il en vient à regretter d’être en vie. Il aurait préféré mourir pour de bon, lorsque son père a abrégé sa croissance. Au moins, ainsi, il n’y aurait plus eu de disputes par sa faute. Mais cette fois-ci, le petit Hybride en herbe, ne pouvait pas rester discret plus longtemps. Sentant son père bouillonnait de l’intérieur, il déposa sa petite main sur la sienne, pour attirer son regard, mais aussi pour le calme. Et c’était chose faite, alors que Klaus le regardait enfin dans les yeux, souriant même pour le rassurer. Ce sourire était contagieux puisque Conor s’y était également mit. Il faut dire que le petit garçon, fait toujours tout pour faire sourire son père ou même le rendre fier de lui. Mais cet apaisement ne fut que de courte durée. Klaus tourna à nouveau la tête vers Tailla, quand elle se mit à insinuer qu’il n’était pas un bon père. Dans le caddie, le petit garçon baissa la tête, le coeur serré. Il est conscient que son père a toujours été le rejeté des Mikaelson. Il est seul au monde, rares sont les personnes qui l’apprécient. Alors entendre quelqu’un dire qu’il est un mauvais père, ne pouvait qu’attrister le petit garçon. Pour lui, Klaus est le meilleur papa au monde. Même s’il avait le choix, il n’en changerait pas. Et bien sûr, c’était la chose à ne pas dire. Conor était en colère, c’est certain et la suite n’arrangea rien. Même s’il est encore très jeune, il comprend tout. Et là, il venait de comprendre qu’il ne pourrait plus voir sa mère, parce que celle-ci s’est comportée comme une égoïste en engueulant Klaus qui voulait partir en voyage avec son fils. Ce n’est que lorsque le chariot commença à bouger, qu’il releva la tête. Son regard était rempli d’incompréhension, alors qu’il le déposait sur son père. L’Originel semblait déterminé. Quant à Conor, il finit par glisser les yeux jusqu’à sa mère, qui était restée dans le rayon jouets. Il ne comprenait pas pourquoi tout avait basculer d’un seul coup. Il n’arrivait pas à comprendre la réaction de sa mère. Un peu trop jeune pour réaliser que son père avait aussi mal agit.

Le petit bonhomme ne savait plus vraiment quoi penser, jusqu’à ce que Klaus interpelle Tailla en lui disant qu’essayer d’enlever le petit ne servirait à rien. Qu’il reviendrait toujours vers lui. Conor avait levé les yeux sur le visage de son père, l’observant sans rien dire, penchant même légèrement la tête. Soit il se faisait des films, soit il avait décelé une légère crainte chez Klaus. La crainte de se faire enlever son fils. Quelque part, c’était touchant, même si la situation était vraiment triste. Puis, en entendant à nouveau la voix de sa mère, Conor la regarda. Il était perdu face à tout ça et ne disait rien, jusqu’à ce que le caddie ne quitte le rayon. Une fois un peu plus loin, le gamin laissa échapper un léger soupire, avant de lever à nouveau les yeux vers le visage de son père.

« Papa ? »

Le voyant baisser la tête pour le regarder, Conor avala difficilement sa salive avant de reprendre.

« C’est pas vrai, t’es pas un mauvais père. T’es le meilleur papa du monde. »


CREDIT IMAGES # code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas


Hi, My name's
Contenu sponsorisé,







MessageSujet: Re: Les courses avec Papa (Maman & Papa)

Revenir en haut Aller en bas

Les courses avec Papa (Maman & Papa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tomorrow's World :: Le Point de Départ :: Sujet Tailla-