RSS
RSS



RENOVATION - NOUVEAU FORUM - RECONSTRUCTION - L"ARRIVER EST POUR BINETOT

Partagez|

Là, je le sens pas (Elena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Là, je le sens pas (Elena) Jeu 12 Juil - 9:38

Là, je le sens pas
Elena et Tatiana

Lorsque l'on fait une bêtise, sur le moment on est sûr que s'en est pas une



Le mensonge est devenu une routine pour moi. Ma vie toute entière repose sur un mensonge et il m’est difficile d’en sortir. Chance Harbor devait être synonyme de changements, pourtant je restais la même malgré mes efforts. La seule chose qui a réellement changé, c’est que maintenant on me remarque, on s’inquiète de moi, parfois même trop. Elena, ma cousine, s’occupe de moi comme jamais personne ne l’a fait avant elle. Ma propre mère n’avait jamais fait ça pour moi. Etrangement, en perdant mes deux parents, à quelques années d’intervalles, j’ai retrouvé une famille dont j’ignorais totalement l’existence. Elena et Stefan se comportent comme de véritables parents avec moi. Le genre de parents que l’on voit dans les séries télévisés et dont on se dit que ça n’existe pas en vrai. Il y a aussi la petite Lexi, Jeremy dont tout le monde me parle mais que je n’ai encore jamais eu l’occasion de croiser. Et aussi Katherine, qui ressemble à s’y méprendre à Elena, mais qui est aussi une arrière-grand-mère. Je n’arrive pas à la considérer ainsi, puisqu’elle fait à peine plus âgée que moi. D’après ce que j’ai cru comprendre, Elena et Katherine ne s’entendent pas du tout. Cependant, moi j’aime beaucoup cette dernière. Elle sait prendre le temps de s’amuser et profiter des joies de la vie. C’est un exemple à suivre, bien que ma cousine ne l’entende pas de cette façon.

Vivre dans un hôtel n’a rien de facile. Au départ, j’étais heureuse, à l’autre bout du couleur, je pouvais faire ce que bon me semblait. Mais j’ai très vite déchanté en me retrouvant seule dans cette petite pièce. Stefan et Elena m’ont promis de trouver une maison, puisque c’est le contrat afin que je reste à Chance Harbor. Mais entre nous, je n’y crois pas. Je suis plus un poids pour eux et ils doivent regretter d’avoir accepter de veiller sur moi, surtout que je suis loin d’être une gentille fille obéissante. Je ne pense pas être quelqu’un de méchant, c’est vrai je n’ai jamais fais de mal volontairement. Mais je fais énormément de bêtises, c’est comme si c’était une drogue pour moi. Lorsque j’ai commencé à braver les interdits, c’était uniquement pour attirer le regard de mes parents. Mais depuis, je ne sais plus m’arrêter. Je veux vivre ma vie à cent à l’heure, sans me soucier du lendemain. Je suis encore jeune et je ne veux pas passer à côté de ma fin d’adolescence. J’ai tellement de choses à voir, à faire aussi. C’est à ça que je pensais, assise à une table du Boathouse Grill. Il était très tôt encore, à peine huit heure du matin et je prenais mon petit déjeuner. Je ne m’étais pas levée au aurore, je n’avais juste pas dormi. La veille, j’avais fais croire à Elena que je passais la nuit chez ma meilleure amie, Cirinne. Je sais qu’Elena a confiance en elle, même si elle ne l’a vu qu’une fois ou deux. Cirinne a déjà un appartement, un métier, elle s’assume et c’est sûrement la raison pour laquelle ma cousine est contente que je la côtoie. Mais c’était un nouveau mensonge. Mon amie était de garde à l’hôpital la nuit dernière et à son retour, probablement qu’elle ne serait pas rentrée chez elle, mais qu’elle se serait directement rendue chez Jeremiah. Quant à moi, je n’étais pas restée à rien faire toute la nuit dehors, j’avais passé la soir avec Klaus. C’est un homme bien, malgré ce que tout le monde peut dire de lui. Je sais que je ne connais pas toute son histoire, ni même pourquoi Elena semble tant le détester. Des fois, je me dis que c’est seulement à cause de la différence d’âge entre lui et moi, et qu’elle craint que je ne me rapproche trop de lui. Mais entre elle et Stefan, il y a aussi un paquet d’années, surtout que ce dernier est un Vampire vieux de plus d’un siècle. Remuant pour la énième fois mon café, j’essayais de faire le vide dans ma tête. Je devais trouver une nouvelle excuse, un nouveau mensonge si jamais Elena s’était rendue compte que je n’avais pas passé la soirée avec Cirinne. Ma part de tarte aux pommes venait d’arriver et comme par magie, tous mes soucis semblaient vouloir s’en aller. J’étais juste bien et la seule cliente à cette heure-ci, je ne risquais pas d’être ennuyée. Je ne restais pas seule bien longtemps, puisque la porte du Boathouse venait de claquer. Trop perdue dans mes pensées, je ne pris pas la peine de tourner la tête pour voir qui venait d’entrer. Mon téléphone se mit à vibrer et se fut la seule chose capable de me faire sortir de ma réflexion. Je pris mon portable dans la main, pour y découvrir un message de Klaus. Ne pouvant réprimer un sourire, je m’empressais de lui répondre.
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Jeu 12 Juil - 21:22



Là je le sens pas...

« Tatiana & Elena »
Si il y’a une chose à laquelle j’ai bien dû de nouveau m’habituer, c’est d’avoir une cousine. C’était quelque chose de nouveau finalement. Tatiana était arrivée dans ma vie avec ses soucis sans crier garde. Cela dit, je ne lui avais pas fermé la porte au nez, bien au contraire je la lui avait même ouverte en plus grand. Elle avait perdu ses parents, qui techniquement n’étaient autres que mon oncle et ma tante. Cependant, ce côté si de ma famille restait encore bien inconnue pour moi. Je dois cependant bien avouer qu’une époque il m’aurait été plus facile de creuser de ce côté si pour découvrir ce qu’était la deuxième moitié de ma famille. Mais je ne l’avais pas fait, bien trop abasourdie par le fait que ceux que je croyais être mes parents n’étaient pas mes parents biologique. Mais ça ne m’empêchait pas de les considérer toujours comme tels. Je sais ce qu’est de perdre ses parents. Et je sais ce qu’est aussi de se sentir seul au monde du jour au lendemain. Alors, depuis j’essaie de l’aider. Je l’aide d’ailleurs comme je le peux. Ayant été confronté à un ado difficile, je sais ce que c’est même si dans le cas de Jérémy je n’avais pas toujours été la super grande sœur que j’aurais dû être. J’essayais tout simplement de me rattraper avec Tatiana. D’être meilleure avec elle, tout en faisant cependant attention à elle. Sa je ne pouvais pas m’en empêcher, c’était bien plus fort que moi…

Je connaissais ses soucis d’addictions, et même si parfois nous n’étions pas toujours « super-copine » sur certains points, j’étais et je serais toujours une oreille attentive pour elle. En acceptant le fait qu’elle vive avec nous à l’hôtel, j’avais d’un côté promis qu’avec Stefan nous trouverions une maison. Car bien vite, vivre dans un hôtel deviendrait insupportable si nous devions vivre tous les quatre. Il nous faudrait de l’espace et que l’on ne soit surtout pas les uns sur les autres. C’est d’ailleurs bien pour cette raison que ce matin après m’être douchée et habillée je m’étais mise à la recherche de Tatiana. Pour lui annoncer que nous avions trouvé une maison, et qu’elle pourrait ainsi restée avec nous ! Par reflexe, j’étais partie frapper à la porte de sa chambre, histoire de vérifié si elle s’y était réfugié par dépit. Cela dit, elle n’était pas censé savoir que je savais qu’elle n’avait pas atterrie chez Cirinne hier soir. Même si je l’avais toujours un peu en travers de la gorge, je gardais étrangement mon calme. Je n’allais certainement pas lui faire une scène, cela ne servait à rien, surtout avec Tatiana. J’allais simplement lui faire comprendre que j’étais plus rusé, ou plutôt que Stefan avait des yeux.
Cependant si elle tenait à maintenir son mensonge, j’étais sure de la trouver quelque part entre le Boat House ou le B’Well Coffee ce matin. C’était leur rituel lorsqu’elle allait dormir chez sa meilleure amie, elles prenaient leur petit déjeuné ensemble avant que Cirinne ne rejoigne son travail ! Alors attrapant à la volé une veste et mon sac avant d’aller une petite veste à Lexi, je décidais de faire une saut au Boat House lorsque j’aurais déposé ma fille à l’école.

Je laissais le temps à Lexi d’attraper son petit sac a dos et de sortir de la chambre pour fermer la porte à clé. Je lui tenais ensuite la main tout le long de chemin alors s’amusait à balancer son bras en chantonnant une chanson bien enfantine. Je la laissais ensuite entrée seule dans l’école alors que je venais de lui faire un bisou en lui souhaitant une bonne journée. J’attendis de la voire rentrée de mes propres yeux dans la cours de récréation de l’école avant de tourner les talons. Plusieurs longues minutes plus tard, Je posais la porte du Boat House, ce qui fit bien sur tinter la petite clochette pendue au-dessus de la porte. En entrant, je regardais autour de moi dans l’espoir de trouver assise à une table ma cousine. Lorsque je laissais la porte se referme enfin, je l’avais trouvé, elle était assise un peu en retrait. En prenant une grande inspiration afin de lui faire croire que tout allait pour le mieux, comme si je ne savais pas qu’elle m’avait mentit, je m’avançais vers sa table.

« Hey ! Je te cherchais partout ! Je suis allé frapper chez Cirinne mais il y avait personne, j’en ai déduis que vous preniez votre déjeuné ici ? D’ailleurs, Cirinne n’est pas avec toi ? »

Je m’étais assise sur la banquette en face de la sienne avec un grand sourire au visage comme si de rien n’était. Je la vit relever la tête alors qu’elle tapotait sur l’écran de son téléphone, certainement pour répondre à un message. Avec un air enjoué, je la charriais gentiment :

« Ohh … mademoiselle à un admiratieur … ! »

Je prenais un petit sourire en coin alors que dans ce même temps je demandais un café au jeune homme qui était venue automatiquement vers nous, en rajoutant à cela un petit croissant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Jeu 12 Juil - 22:09

Là, je le sens pas
Elena et Tatiana

Lorsque l'on fait une bêtise, sur le moment on est sûr que s'en est pas une



Lorsque je passe la soirée chez Cirinne, on ne fait pas grand chose en faite, juste des trucs de filles. Nous restons de longues heures à parler. Elle me raconte sa vie trépidante à l’hôpital, mais également les bons moments qu’elle passe auprès de Jeremiah. Fraichement en couple avec lui, elle en a des étoiles plein les yeux. Ils nous arrivent aussi de sortir, mais c’est bien plus rare. Elle est sérieuse et ne veut pas sortir les veilles où j’ai cours. Mais là, c’était différent. Cirinne avait travaillé toute la nuit et ce n’était pas avec elle que je me trouvais, mais avec Klaus. Nous avions passé une soirée au bar et ensuite, nous nous étions promenés. C’est vrai que j’ai passé la nuit hors de ma chambre, mais je ne vais pas étaler tous les détails. Je garde ça pour moi, dans mon petit jardin secret.

Je prenais mon petit-déjeuner, des souvenirs plein la tête. J’avais cet air stupide plaqué sur le visage. Le même air stupide qu’arbore les filles lorsqu’elles en pincent pour un garçon. Je n’imaginais que ça m’arriverait à moi. Je ne suis pas du genre fleurs bleus, mais là je me suis laissée prendre au piège sans même pouvoir faire autrement. Ca me faisait bizarre d’être ici sans ma meilleure amie, mais tellement sur mon nuage que je ne semblais pas dérangée du tout. Un message sur mon téléphone me fit revenir à la réalité. Il s’agissait de Klaus qui me remerciait pour la nuit passée. Sourire aux lèvres, je lui répondais sans prêter attention à ce qu’il se passait autour de moi. Une personne venait de rentrer et celle-ci se rapprocha. Je ne me méfiais pas, jusqu’à ce que je reconnaisse la voix de ma cousine. J’avais l’air bête quand Elena me dit qu’elle était passée chez Cirinne. Je devais trouver un mensonge, très vite. Je ne peux pas lui dire la vérité, elle serait tout sauf contente. La bouche entrouverte, j’avais mis quelques secondes avant de lui répondre.

« Non..elle est restée avec Jeremiah. »

Une chance qu’elle ne soit pas un vampire, sinon elle aurait entendu mon coeur battre plus vite. J’avais fini par sourire en la regardant, pendant que le serveur prenait sa commande. Puis je tapais les quelques mots restant, avant d’envoyer à mon tour, mon petit message. Je m’attendais à cette question et je ne savais toujours pas ce que je devais répondre. Deux mensonges en moins de cinq minutes, je pense que ça fait beaucoup. Pour qu’elle ne se rende compte de rien, il fallait que je mette un peu de vérité dans tous mes bobards. Je la regardais, un sourire un peu coincé cette fois-ci, comme si je venais de faire quelque chose qui peut être réprimandé.

« Oui.. je crois.. C’est Klaus. »

Elena sait que j’ai parlé avec cet homme lors de la fête sur la plage, mais elle ignore, normalement, que j’ai gardé contact avec lui, au point d’échanger nos numéros de téléphone. Je craignais de lui dire que ce n’était pas le premier message qu’il m’envoyait, ni même qu’il m’avait déjà téléphoné, mais je sentais qu’elle allait arriver très vite à cette conclusion, ce qui me mis mal à l’aise. Depuis le départ, Elena se montre très gentille et patiente avec moi. Et moi, je passe mon temps à désobéir, mentir et faire le mur. J’ai aussi plusieurs addictions, à l’alcool, la drogue et depuis quelques jours, je tente d’arrêter de fumer. Je suis loin d’être une fille bien, mais je n’aime pas décevoir les seules personnes qui croient en moi. C’est la première fois, depuis toujours je crois, que je me sens bien avec des gens. Quand on est tous les quatre réunis, c’est magique, j’ai l’impression d’avoir une véritable famille. Il ne faut pas que je foute tout en l’air, comme je le fais généralement.
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Ven 13 Juil - 21:13



Là je le sens pas...

« Tatiana & Elena »
Le serveur était repartit par la suite, certainement pour préparer ce que je lui avais demandé. A ce moment j’avais pu reporter toute mon attention sur ma cousine qui se tenait en face de moi. Je ne me défaisais pas de mon sourire feintant une bonne humeur que rien n’avait pu entacher jusque-là. Je savais qu’elle allait me mentirai lorsque je lui avais demandé où était passé sa meilleure amie, mais je voulais entendre ce qu’elle allait me dire. En mettant un pied ici, je m’étais juré de ne rien laisser transparaitre sur ce que je savais, sur le fait que je savais qu’elle n’était pas allée chez Cirinne. Je ne voulais surtout pas la mettre en boule en prenant le risque qu’elle se braque complètement si je lui faisais un sermon sur ça. Je connaissais sa mieux que personne, encore une fois à cause de Jérémy. Lancer un débats n’était pas la bonne solution, sauf si on voulait s’éloigner plus rapidement encore de la personne que l’on veut protéger parce qu’elle se sent étouffée. A la place, je lui ferais comprendre que je savais, mais aussi que sa ne me plaisait pas tellement qu’elle me mente. Je préférais encore largement qu’elle vienne me voir pour me dire honnêtement ce qu’elle ferait. Mais c’est bien vrai que sa nous plus ce n’est pas facile. Du moins si, ça l’est, juste pour le dire mais pas pour le faire.

« C’est bizarre d’habitude vous êtes tous le temps fourrées toutes les deux, même quand Jeremiah est dans le coin… Stefan ne t’a pas vu avec eu hier soir quand ils rentraient chez Cirinne … »

Ma dernière remarque, je l’avais callée toute en douceur, comme un ni vu ni connu. Toujours après son téléphone, je la voyais sourire en coin discrètement. Elle semblait tellement bien ce matin, que je me demandais bien qui pouvait la mettre de si bonne humeur. Même lorsque nous prenions le temps de faire ce qu’elle souhaitait, ou d’être un à la hauteur de ce qu’elle attendait de nous, nous n’avions jamais récolté une telle bonne humeur. Sa bonne humeur étant contagieuse, je souriais bêtement pour aucune raison particulière. Pendant que je bidouillais entre mes doigts ma carte des boissons qu’ils servaient ici, le serveur vient me donner mon café et mon croissant. J’arrachais le papier qui entourait mes morceaux de sucre pour le laisser délicatement tomber dans ma tasse de façon à ce que cela n’éclabousse pas partout ! Je remuais délicatement mon café lorsqu’elle me dévoila enfin le nom de son admirateur.

Pour faire mouche, cela avait fait mouche. Si bien que le sourire aux lèvres que j’affichais un instant plutôt s’était effacé et ma cuillère avait fait le tour un peu trop brutalement de ma tasse pour qu’une grande auréole de café soit dorénavant présente sur la table, la cuillère posée sur la table. Je n’en revenais pas. Du moins pas tout de suite. Bien trop de chose me venait en tête. Et je me rappelais plus particulièrement ce qu’avait dit Klaus. Que Tatiana pouvait aussi bien lui servir que moi. Et là maintenant, il se servait malhonnêtement des sentiments d’une jeune femme amoureuse, sa ne faisait pas de doute, pour parvenir à ses fins de psychopathe !

« Tatiana. Arrête sa, tout de suite. Tu sais pas qui est Klaus, tu ne sais pas ce qu’il a fait et continuera a faire. Tu n’as aucune idée du danger que tu cours en jouant à ce jeux là avec lui ! »


Pour le coup, la pauvre Tatiana n’avait plus devant elle sa cousine de bonne humeur, mais bien une Elena réagissant au quart de tour pour préserver de Klaus quelqu’un qu’elle aime, L’une des seules personne de sa véritable famille qu’elle connait au jour d’aujourd’hui. J’avais sans doute été un peu trop sèche et trop autoritaire mais c’était avant tout mon instinct qui avait parlé. Je regardais tout simplement ma cousine dans les yeux alors qu’elle, elle affichait une mine perdu dans tout ce que je lui racontais. Bientôt je devrais lui expliquer pour qu’elle comprenne. Mais pour faire comprendre à une fille amoureuse que la personne qu’elle aime est malveillant bien plus qu’une autre personne, il fallait de l’acharnement. Et je savais que ce n’allait pas être facile, loin de là. Puisque côté caractère, nous sommes bien pareilles toutes les deux. Ont ne se laissent pas marcher sur les pieds…

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Sam 14 Juil - 4:16

Là, je le sens pas
Elena et Tatiana

Lorsque l'on fait une bêtise, sur le moment on est sûr que s'en est pas une



Si seulement le serveur serait resté un peu plus longtemps, j’aurais réussi à trouver une excuse pour sortir de table un petit moment. Mais non, il était déjà reparti et Elena, sourire aux lèvres, ne lâchait pas aussi vite le morceau. J’aurais dû m’en douter. En question ses amis, j’ai appris les prouesses de Jeremy, elle est donc habituée aux adolescents intenables. Mon regard ne quittait pas le sien et je faisais de mon mieux pour ne pas laisser paraitre ce qu’il passait à l’intérieur de ma petite tête. Je me sentais prise au piège et j’aurais dû me douter que j’allais être surveillée. Mais honnêtement, trop heureuse de passer un moment avec Klaus, que je ne m’étais aperçue de rien. Pourtant, je restais de marbre, comme si je ne comprenais pas où elle voulait en venir. L’important était de trouver un nouveau mensonge qui ferait plus crédible.

« Je n’y suis pas allée directement en partant de l’hôtel. J’ai été dans un bar pour leur laisser un peu de temps ensemble. Je ne les ai rejoins que plus tard.. Tu sais ce que c’est lorsque les amies se trouvent un petit-copain, elles prennent un peu leurs distances sans s’en rendre compte. Mais ce n’est pas grave, je ne lui en veux pas. »

Les yeux à présent sur l’écran de mon téléphone, je sentais le regard de ma cousine sur moi. Mon sourire semblait contagieux. Depuis mon arrivée à Chance Harbor, j’ai été légèrement avare sur ce point. Je tirais souvent la tête, alors qu’il n’y avait absolument aucune raison de le faire. Et puis, Elena me demanda si j’avais un admirateur. Aussitôt, je répondis par le prénom de Klaus. Ca avait été plus fort que moi, même si je sais qu’elle n’apprécierait pas. Je pense qu’il en est de même pour toutes les jeunes femmes du monde. Lorsque l’on tombe sous le charme d’un homme, on a besoin d’en parler et justement, je n’avais pas vu ma meilleure amie depuis quelques jours, et j’avais besoin de me confier à quelqu’un. Je pensais que ce quelqu’un pouvait être ma cousine. Elle essaye de se rapprocher de moi, ça serait le moyen de lui laisser une petite brèche, mais à la place, elle réagit encore pire que je ne l’aurais cru. Mon regard étonné se portait sur la nappe mouillée de café, avant de remonter sur son visage. Je n’y comprenais rien. Pourquoi me disait-elle tout ça ? C’est la différence d’âge qui la fait flipper ? J’étais complètement perdue, surtout qu’à ses yeux, Klaus semblait être le pire homme qui existe. Il n’a jamais eu de gestes déplacés à mon égard, alors comment la croire ?

« Si c’est la différence d’âges qui te dérange, dis-le tout de suite à la place d’essayer de me faire peur. Il a toujours été irréprochable avec moi. Ce n’est pas quelqu’un de méchant, ni de profiteur. »

Je voulais continuer à l’imaginer en parfait prince charmant. Je ne vois rien en lui de calculateur, pourtant Elena semble très bien le connaitre. Mais s’il était aussi mauvais que ça, la nuit dernière à la plage, il en aurait profité, surtout que j’avais bu et que je n’avais plus les idées claires. Pourtant, il n’a rien essayé, hormis ses plaisanteries. Mais quel garçon ne plaisante pas quand il en a l’occasion ?

Mon regard devait reflété un grand vide. J’avais peur de me réveiller et de me rendre compte qu’il n’était pas celui que je croyais. Mon téléphone était toujours dans la main et se mit à vibrer. Sans doute une réponse à mon message. Je mis quelques secondes, avant de regarder l’écran, appuyant dessus pour ouvrir la petite enveloppe. C’était bien Klaus qui me répondait, mais cette fois-ci, aucun sourire ne s’affichait sur mon visage. Ce n’était en rien par sa faute, mais les mots de ma cousine me laissaient perplexe.

« Je n’arrêterais pas de le voir … Il est le seul à me comprendre. »

J’étais calme, mais bien déterminée à ne pas cesser mes contacts avec cet homme.
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Sam 14 Juil - 12:51



Là je le sens pas...

« Tatiana & Elena »
Je regardais Tatiana aussi franchement que je regarderais n’importe même si pour ce qui en était de mon sourire, je n’arrivais pas à le retrouver. Elle l’avait désarmé avec Klaus c’était certains. Je savais qu’elle lui avait parler lors de la fête sur la plage mais je ne me serais pas douter qu’ ils auraient tout deux garder contact. Cela dit l’hybride étant aussi malveillant qu’il l’est, à présent cela ne m’étonnait plus du tout. Il avait bien dit qu’il ferait tout pour s’assurer d’avoir une nouvelle poche de sang sur jambe si jamais je décidais de mettre fin au petit service sanguinaire que j’étais obligé de lui rendre. D’une certaine manière j’étais dans le même cas que Stefan, obligée de lui obéir, même si j’étais encore libre de mes faits et gestes. Je laissais courir l’affaire de Cirinne, même si tout avait avoir avec sa rencontre avec Klaus. Avec un besoin de passer mes nerfs sur quelque chose pour paraitre calme, je prenais le croissant posé à côté de moi dans mes mains et commençait a en faire des tous petits que j’enfournais au ralentis dans ma bouche alors que j’écoutais attentivement ce que ma cousine avait a dire.

J’avais bien vu ses yeux étonnés glisser de la nappe pour rencontrer les miens. Elle ne comprenait pas ce que je voulais dire, elle ne voyait pas où je voulais en venir. Et a vrai dire, sa c’était bien plus que normal. Klaus n’allait certainement pas la prévenir de ce qu’il tenterait de faire. Même si il la laissait vivre tranquille et avoir des enfants, comme il l’avait prévu si son premier plan ne fonctionnait pas. Il faut dire également que lors de nos discussions, nous n’avions jamais autant parlé de Klaus et pour ainsi dire, elle ne savait pas ce qu’il avait fait autour de moi. Ce n’était certainement pas la différence d’âge qui me dérangeait puis-ce que dans ce cas-là j’étais bien mal placée pour parler, quoi que… Rien que d’imaginer un couple Tatiana-Klaus, cela me donnait des frissons dans le dos.

« Ce n’est certainement pas la différence d’âge qui me pose un problème, car dans ce cas je suis la plus mal placée pour parler de ça. Mais détrompe toi Tatiana, c’est bien tout le contraire de ce qu’il veut te faire croire… »

Mes mais s’étaient arrêter de se crispées nerveusement autour de mon croissant pour me laisse toute ma concentration afin de parler en toute franchise. Et pour tout dire, c’était véritablement ma franchise qui avait parlé, malgré que je n’en sois pas encore venue au fait. J’essayais d’amener tout ça en douceur, et a quoi bon. Il fallait qu’elle sache. Même si cela ne la freinait peut-être pas dans la relation qu’elle entamerait certainement avec Klaus. Il y avait certainement une idée de manipulation derrière tout ça. Klaus savait que j’irais le trouver si l’idée de s’approcher un peu trop de ma cousine lui prenait, et il profiterait certainement de ma venue pour obtenir encore une fois ce qu’il voulait. Et tout le scénario se répèterait certainement un nombre incalculable de fois.

Un blanc s’était installé entre nous deux depuis que son téléphone s’était remis à vibrer. Elle regardait l’écran sans l’ombre d’un sourire au visage. Je soupirais discrètement en reportant mon regard ailleurs. Encore une fois, comme je sais si bien faire, j’avais cassé l’ambiance par mon besoin de la protégée. Lorsque je regardais de nouveau ma cousine quelques secondes plus tard, son visage n’exprimait rien d’autre que la perplexité du moment. Et ce silence assourdissant, c’était moi qui le brisais.

« Tu ne comprends pas ce que je veux te dire, Tatiana… Klaus à fait tellement partout où il est passé… Il a tué ma Tante Jenna à la place de Caroline et Tyler… C’est lui aussi qui a eu l’idée de tué Lexi parce qu’elle pouvait refermer sa partie loup par un sacrifice. Il contraint Stefan à le suivre pendant des mois et à redevenir lui-même, et même encore aujourd’hui il encore sous son emprise. C’est bien a cause de sa qu’on est dans cette ville ! Et il m’a tué moi, juste pour libérer ce qui ferait de lui un hybride ! »

Je regardais ma cousine toujours droit dans les yeux. Je n’aurais su dire si elle comprenait ce que je voulais lui faire comprendre, elle n’exprimait rien…

« Depuis qu’il sait que je suis toujours bien envie et bien humaine, il vient chercher mon sang dont il a besoin pour créer ses hybrides en menaçant chacun de mes proche si je ne m’y plie pas, dont toi ! Et même si j’allais à l’autre bout de la terre il me trouverait encore ! Tatiana… quand il n’aura plus besoin de toi il te jettera, a moins qu’il se serve de ta magie pour rependre le mal un peu partout autour de lui…»[b]

Je savais très bien qu’elle n’arrêterait pas de le voir, aussi têtue qu’elle peut-être. Mais il fallait qu’elle comprenne ce qui se passait derrière nos visages détendu. Tout n’était pas aussi rose qu’elle pouvait le croire et dans toute cette histoire Klaus était le seul élément indésirable. J’avais compris depuis longtemps qu’il ne nous laisserait pas tranquille…

[b] « C’est vraiment ça que tu veux ? Te rendre compte du jour au lendemain que tu n’as plus rien … Tatiana, tu es intelligente… Et je sais que c’est de loin ce que tu veux … »



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Lun 16 Juil - 12:46

Là, je le sens pas
Elena et Tatiana

Lorsque l'on fait une bêtise, sur le moment on est sûr que s'en est pas une



En parlant de Klaus, j’avais jeté un froid, sans vraiment le vouloir. Pour moi, cet homme est arrivé à point nommé dans ma vie. Il est vraiment très beau, gentil et drôle. En plus, il sait prendre le temps de m’écouter, me comprendre. Il nous arrive de s’échanger des messages durant toute la nuit et parfois, il m’appelle. Lorsque j’entends sa voix, mes soucis s’envolent. Je ne suis pas de celles qui croient au Prince Charmant, mais il me semble que le mien est arrivé sous les traits de Klaus. Il n’est pas parfait, personne ne l’est, mais moi, je ne vois que ses bons côtés. Ses défauts n’ont aucune importance à mes yeux. J’aime entendre sa voix, le voir me sourire ou même le lire. Toutes ces petites choses qui font qu’il est l’homme le plus important dans ma vie. Je crois.., je pense que je suis tombée, non pas sous son charme, mais complètement amoureuse de lui. Il est le seul à qui je serais capable de m’offrir et d’offrir mon coeur. Je n’avais rien répondu, me contentant de regarder le message de Klaus. Mais Elena brisa le silence que j’avais laissé s’installer. Attentive à toutes les paroles de ma cousine, il m’était difficile s’assimiler la chose. Lorsque j’essayais d’imaginer tout ce qu’elle me révélait, je voyais le visage de Klaus et il m’était difficile d’y croire. Pourtant, mentir de cette façon, personne ne peut le faire. Elena n’inventait pas tout ça, enfin je l’espérais.

Mon regard devait sembler totalement vide à ce moment là et c’était bien le cas. C’était comme si j’étais partie ailleurs, trop loin dans mes pensées pour revenir. Pourtant, je me devais d’écouter le reste, même si ça faisait mal. Très mal d’entendre tout ça. Je n’imaginais pas Klaus ainsi et il m’était difficile de me dire que je ne devais plus le voir. Grâce à lui, je ne suis plus aussi dépendante de la drogue et de l’alcool. Il me change, sans même avoir à me le demander. Il me rend meilleur. C’est mon ami et tellement plus dans mon coeur. Nuit et jour, il est auprès de moi que se soit dans mes rêves ou dans mes pensées. Et je sais qu’il ne m’a pas hypnotisé, puisque Stefan me fait boire de la verveine tous les matins, à mon insu … enfin qu’il croit.

J’étais restée d’apparence impassible jusqu’à ce que ma cousine me dise qu’il finirait par me jeter. Sans pour rien y faire, j’avais senti les larmes monter jusqu’à mes yeux, mais je ne les laisserais pas couler, pas maintenant. Je tiens à Klaus, bien plus qu’à n’importe qui et je sais qu’il peut être quelqu’un de bien, il me l’a prouvé. Il a sûrement des défauts, mais avec un peu d’aide, il peut les combattre. Il a juste besoin de temps, de patience et de soutien. J’en étais certaine.

« Tu m’as dis que Stefan avait fait beaucoup de mal, mais qu’il avait changé. Tu lui as laissé une chance de le prouver… Klaus pourrait aussi changer… Il est gentil dans le fond. Il a juste besoin d’aide… Tu te trompe à son sujet. »

Je ne savais pas quoi dire. Je me contentais de balbutier des brides de ce que je pensais. C’était uniquement ce que je pensais. Je voulais m’en convaincre. Klaus n’a jamais été violent à mon égard. Il a toujours été patient et compréhensif. Comment imaginer qu’il puisse être le monstre que ma cousine me décrit ? C’était improbable, je n’arrivais pas à y croire et je ne voulais surtout pas m’en laisser convaincre. Mais Elena reprit la parole, en me faisant comprendre que je risquais de me retrouver seule, de tout perdre.

« Il est tout ce que j’ai… Il me comprend et quand je suis avec lui, je me sens meilleure. J’oublie toutes mes addictions quand il est là ou même lorsqu’il me parle par messages. Avec lui, j’ai enfin l’impression de vivre ma vie et pas seulement d’être un boulet pour tout le monde… »

En baissant la tête, une larme m’avait échappé, mais je l’avais vite faite essuyer pour ne rien laisser paraitre. Je ne veux pas arrêter de voir Klaus. Tout ce que je veux, c’est continuer à le voir comme mon Prince Charmant et réussir à atteindre son coeur. Mon plus beau rêve, en ce moment, serait de pouvoir vivre une véritable relation avec lui.
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Lun 16 Juil - 22:31



Là je le sens pas...

« Tatiana & Elena »
Les personnes peuvent changer, c’est certain. J’en avais l’exemple simplement au travers de Stefan. Malgré que Klaus ait réveillé son côté d’éventreur pour ce le mettre dans la poche histoire de quelques temps, il redevenait doucement celui que j’avais connu. Ce qui est sûr cependant, c’est qu’il ne sera plus jamais comme avant. Il a compris que c’était inévitable et malgré moi, j’avais été obligée de l’intégrer également. Rien ne serait plus comme avant mais cela ne m’empêcherait pas d’être heureuse avec Stefan, même si cela impliquait également qu’il devait rester sous l’emprise de Klaus qu’elle qu’elle soit. Cela dit pour ce qui en était du cas de Klaus, je n’imaginais pas qu’un jour il puisse changer…

« J’espère me tromper… Parce que je ne veux pas qu’il t’arrive quoi que soit Tatiana. Comprend bien que je ne te dis pas sa pour te décourager, je te met simplement en garde contre ce que Klaus peut faire … »[b]

Elle avait parler dans sa barbe, mais je l’avais comprise. Je savais très bien que je l’avais mise au pied du mur, confronté à ce qu’elle ne voulait pas entendre. Elle idéalisait Klaus, elle en est amoureuse. Klaus pouvait très bien être avec elle tout le contraire de ce que je venais de lui dire que cela ne m’étonnerait pas. Il me ferait mentir. Juste pour être certain que Tatiana serait à lui toute entière pour qu’il puisse en faire ce qu’il voulait. Dans la situation dans laquelle nous nous trouvions, je ne prêtais plus aucune importance à mon croissant où a mon café. La seule chose qui me préoccupait était bien évidement ma cousine. J’avais l’air pincée de l’adulte qui comprend qu’elle a blesser quelqu’un. J’avais vu la larme qui venait de coulée sur sa joue, malgré qu’elle l’ait bien vite rattrapée. A cet instant-là, je n’avais pas m’empêcher de me lever de ma place pour aller m’asseoir a côté d’elle.

[b] « Ecoute moi… Je n’approuve certainement pas que tu vois Klaus, parce qu’il nous a fait tellement de choses que … enfin… »


Je ne pouvais pas revenir en arrière sur ce que j’avais dit, tout simplement parce que ça m’était impossible mais également parce qu’elle devait savoir pour contraster ce qu’elle risquait.

« Tatiana… Je te comprends et j’essaie de faire tout ce que je peux pour te venir en aide. J’ai pas vraiment sur comprendre Jérémy à l’époque, et je ne veux pas qu’il en soit de même avec toi. C’est vrai que l’on s’est retrouvée il y peu mais je serais toujours là si tu as besoin, pour n’importe quoi… »

Face aux larmes de quelqu’un j’étais faible, c’était certain, tout simplement parce que je ne supporte pas de faire du mal aux gens. Mais parfois, nous y sommes bien obliger afin d’ouvrir des yeux. Sa réaction face à mon comportement avec elle pouvait être tout l’un ou tout l’autre. Je me rappelais que Jérémy ne supportait pas lorsque l’on tentait de se mettre à sa place pour l’aider…

« Tu n’es pas un boulet pour tout le monde… Pour moi, tu es loin de l’être. Et si tu l’étais pour Stefan il n’aurait pas trouvé une maison pour qu’ont vivent tous ensemble. »

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Ven 20 Juil - 12:14

Là, je le sens pas
Elena et Tatiana

Lorsque l'on fait une bêtise, sur le moment on est sûr que s'en est pas une



De tout ce qu’Elena me disait, j’avais l’impression que c’était de la pure invention. Pourtant, elle avait ce petit air franc, qu’elle prend toujours lorsqu’elle dit la vérité. Mais comment imaginer qu’un tel scénario se soit vraiment passé ? Je suis consciente que Lexi est bel et bien un Vampire, que c’est par la faute de quelqu’un. Je sais que c’est une Louve qui l’a tué, mais j’ignorais que cette fille avait été envoyé par Klaus. Comment pouvait-il manigancer tout ça, alors qu’il est lui-même père ? Ca ne collait pas avec la personnalité de cet homme. Je le connaissais depuis peu, certes, mais nous avions l’habitude de parler très souvent et il n’a jamais montré une quelconque agressivité envers moi. Toutes ces paroles se mélangeaient dans ma tête. Ce pouvait-il que Klaus soit un aussi bon comédien que ça, pour que je n’ai rien vu venir ? Je me sentais vraiment mal, bien plus mal que d’avoir passé toute la nuit aux côtés de cet homme. J’entendais les mots que ma cousine utilisait et il m’était difficile d’ouvrir réellement les yeux sur tout ça. Prendre position, m’était simplement impossible. Je ne peux pas croire tout ça.

« Il n’a jamais eu de gestes, ni de paroles, déplaçaient avec moi. Même cette nuit alors que j’étais … »

Me rendant compte que j’en avais dis de trop, je m’étais arrêtée net dans ma phrase. Maintenant, Elena allait savoir que j’avais passé la nuit avec Klaus. Je me doute bien qu’elle va penser que j’ai couché avec et que j’allais tout droit dans le mur. Parfois, il faudrait m’assommer à coups de pelle, pour éviter que je ne fasse des gaffes à répétition. Pourtant, je ne pouvais revenir en arrière. Ce qui était dit, était dit. Et ce qui était fait, également. Mais je ne regrettais rien. J’avais passé un bon moment avec Klaus. Comme à son habitude, il s’était montré drôle, patient, même si je l’avais, je le pense, un peu trop titiller à certains moments. Malgré moi, une larme s’était faufilée sur ma joue, avant que je ne l’essuie discrètement. Pas assez pour qu’Elena ne le voit pas. Elle venait de changer se place, se mettant juste à côté de moi. Je craignais un peu que la discussion prenne un tournure de dispute, puisque pour le moment, ce n’était pas encore le cas, bien que je sois blessée au plus profond de mon être par ses paroles à l’encontre de Klaus. Je dois bien me l’avoue à moi-même. Ce que je ressens pour lui, ce n’est pas qu’un attirance physique, c’est bien plus que ça.

Une fois encore, j’étais restée silencieuse, la laissant parler. J’étais perdue dans mes pensées, bien que j’entendais tout ce qu’elle avait à me dire. Etre une jeune Sorcière n’aide pas. On se fait des amis qui essayent toujours d’en tirer du profit. Et là, il m’était difficile d’imaginer que c’était le cas de Klaus. Sûrement avais-je été berné, mais je ne pouvais y croire. C’était impossible, pourquoi m’aurait-il fait ça ? Je ne lui veux aucun mal. Je n’en veux à personne. Après un court instant, j’avais tourné la tête vers Elena, lorsqu’elle m’avait dit qu’elle me comprenait.

« Tu ne peux pas comprendre. Depuis la mort de mon père, j’ai été rejeté de tous. Ma mère ne s’occupait pas de moi, sauf pour me rabaisser. Elle ne m’avait même pas dit que j’étais une Sorcière, comme elle. Je me suis réveillée un jour avec des pouvoirs que je ne maitrisais pas. J’ai appris comme je le pouvais, faisant souvent des erreurs, mais je n’y pouvais rien. En arrivant ici, parquée dans ma chambre à l’autre bout de l’hôtel, j’ai eu la même impression d’être rejetée. Seul Klaus m’a fait me sentir autrement. Je suis enfin importante pour quelqu’un. Assez pour qu’il me supporte toute une nuit et me rappelle le lendemain … »

Elena trouva le moment adéquat pour me dire que Stefan avait trouvé une maison. Il s’était montré patient avec moi, même si c’est un Vampire. Dans le fond, ils ont tous été patients, plus que jamais personne ne l’a été avec moi. Mais moi, tout ce que je voulais, c’est qu’ils acceptent aussi mes choix. Elena semblait troublée en apprenant ce que je ressentais pour Klaus, j’imagine très bien la réaction de Stefan lorsqu’il le saura.

« Tu vas le dire à Stefan pour Klaus et moi ? »
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Ven 20 Juil - 20:17



Là je le sens pas...

« Tatiana & Elena »
Dans toute cette histoire, je passais encore une fois pour la méchante, celle qui ouvre les yeux aux autres bien trop brusquement. Seulement, je préférais largement prévenir Tatiana avant qu’elle ne s’en aperçoive toute seule et me reproche de ne pas lui avoir dit tout cela. Cependant cela ne se serait jamais passé. Klaus aurait gardé le secret sur le fait qu’il se servait entièrement d’elle. Cela dit, la dernière fois que j’avais entendu un récit pareil sur les faits et gestes de Klaus, c’était lorsqu’il s’était contre tout attente rapproché de Caroline qui d’ailleurs lui avait fait comprendre que ce n’était pas la peine de continuer son petit jeu. Mais au contraire de Tatiana, Caroline n’était pas sous le charme de l’hybride bien au contraire !

« Je veux bien te croire parce que je ne remets pas en cause qu’il n’est pas capable d’être comme il est avec toi, il l’a été avec Caroline. »

Par la suite elle ne continua tout bonnement pas sa phrase. Consciente qu’elle faisait une autre bourde et s’imaginant certainement que j’allais sévir. D’ailleurs sévir était l’une des plus mauvaises choses à faire. Contre tout ce qui se passait sous mon nez sans que je ne l’eu vu avant, je ne pouvais pas grand-chose. Je ne pouvais en aucun séquestrer ma cousine dans sa chambre en l’attachant à son lit. C’était bien trop tard. Cela dit, je n’abandonnerais pas non plus, se serait mal me connaitre. Très mal même.

« Si il y a une chose que je ne veux pas Tatiana, c’est que tu me prenne pour la méchante de l’histoire. Je veux simplement te protéger, je vais pas te consigner dans ta chambre parce que ce n’est pas la solution, je ne veux pas que tu me cache des choses. Je suis franche avec toi, la preuve. »

Si je n’avais pas relevé le fait qu’elle avait passé la nuit avec le plus dangereux, certainement, de la famille Mikaelson je n’avais pas pu m’empêcher de m’imaginer quelques petites choses. Même si je bouillais intérieurement, je le cachais bien parce que je n’ai tout simplement aucune envie de me froissée avec elle. Par ailleurs, alors qu’elle semblait songeuse, elle tourna bien vite la tête vers moi pour me regarder de nouveau, prêchant haut et fort que je ne pouvais pas la comprendre. Et c’était certainement le cas, parce que je n’étais pas à sa place. Mais je suis passée par pratiquement les mêmes choses.

« N’oublie pas que j’ai moi aussi perdu mes parents, et même si il y avait Jenna pour nous, Jérémy ne se lassait pas de me rappelait que c’était à cause de moi qu’ils étaient mort et que c’était de ma faute s’il avait entièrement sombré cette fois dans la drogue. Et moi je disais rien, parce qu’il avait entièrement raison. Quand je me levais les matins, la seule question que j’avais en tête c’était « comment est-ce que je vais retrouver mon petit frère aujourd’hui ? » et la réponse était bien souvent défoncé au fond des toilettes ou entrain de revendre tout ce qui pouvait faire planer. Et j’ai essayé de l’aide comme je le pouvais. Il refusait toute l’aide qu’on pouvait lui apporter, aussi bien la mienne que celle des autres. Et comme toi, quelqu’un est entré dans ma vie. Stefan était là, prêt à m’écouter, à me supporter. Avec lui je pouvais oublier tous les soucis qui m’entourait et je savais qu’il serait là le lendemain et tous les jours d’après. Mais il ne s’est jamais servi de moi… »

Ce que je venais de dire me mettais rapidement à la place de ma cousine. Maintenant là, j’étais plus troublée du fait que je connaissais les sentiments qu’elle ressentait pour Klaus parce que je les ai aussi ressentis pour Stefan. Alors que j’étais béate de mon propre constat, je me tassais sur mon siège tout en regardant ma cousine. Et le fait qu’elle se sente rejeter de voir sa chambre tout à fait au bout de l’hôtel, à l’extrême opposé de la nôtre me faisait réfléchit d’autant plus. Inconsciemment oui, on l’avait rejeté. Sans même le vouloir, bien au contraire. Stefan aurait pu hypnotiser le réceptionniste pour pouvoir avoir une chambre dans le même couloir pour Tatiana. Mais notre souci de vouloir vivre une vie normale nous avait sans doute empêchés de penser à cela. Cette fois-ci, c’était moi avec ma mine dépitée qui avait marqué un blanc. Un silence lourd de sens. Ce ne fut que lorsqu’elle aborda le fait de l’annoncer à Stefan que je sortais de mes pensées.

« Je… Je devrais sans doute. Mais écoute moi bien, je ne le ferais pas parce que je comprends. Je comprends vraiment tu sais. J’ai été comme toi, j’ai eu besoin de quelqu’un qui soit là de jour en jour et c’est Stefan. Dans cette histoire, je ne suis pas ton ennemie. Je veux juste que tu sache ce qui peut arriver parce qu’on ne peut pas chasser sa nature. Je ne vais pas lui dire, mais ça ne veut pas dire pour autant que j’approuve que tu fréquente Klaus. Si je sens que ça tourne mal, que Klaus agit bien comme je le pense et qu’il réussit, je serais là. Et pas pour que les choses perdures. D’accord ? »

J’étais bien aussitôt revenu les deux pieds sur Terre pour mettre les choses aux clairs une bonne fois pour toute. Si ne n’était pas Stefan qui la surveillerait, se serait moi qui veillerais discrètement sur les choses. Cependant, c’était inévitable. Stefan l’apprendrait, il saurait que Tatiana fréquentait Klaus. J’étais pratiquement certaine qu’il en avait déjà la puce à l’oreille depuis la fête sur la plage. Cela dit, c’était moi qui prenais un gros risque. Tout bonnement parce que je connaissais le but de l’hybride sur ce était de se rapprochement avec ma cousine, et si il apprenait que j’avais laissé courir pour Tatiana c’était moi qui aurait les éclats de colère à gérer. D’ailleurs qui à parler de laissé courir.

« Mais en me demandant ça, tu es consciente que si il l’apprend Stefan ira t’expliquer les choses et certainement pas de la même manière que moi. Il te dira sans toute beaucoup plus de chose sur Klaus que tu ne veux entendre… Et quand à moi, je te demande d’être franche avec moi. S’il te plait. Je ne tiens pas à prendre la place de Cirinne, mais je ne te cache rien Tatiana.

b][/color]

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Jeu 26 Juil - 18:10

Là, je le sens pas
Elena et Tatiana

Lorsque l'on fait une bêtise, sur le moment on est sûr que s'en est pas une



C’est terrible. J’avais la désagréable impression de ne pas être comprise. Tout ce que je disais, était simplement retourné contre moi. Retourné contre Klaus. Passer pour une idiote n’est pas une chose que j’apprécie et pourtant, dans cette conversation, j’avais du mal à me faire comprendre. Elena semblait vouloir rester sur ses positions. Mes paroles n’avaient aucun poids. Pire encore, elle en venait à me comparer à Caroline. Caroline ? Vous y croyez ? Je ne pouvais pas rester là sans rien faire, ni dire. Je la regardais, l’air outré sur le visage.

« Caroline ? Tu me compare à Caroline. Tu ne sais rien Elena. Tu ne sais pas ce que je vis avec Klaus. Et là, me comparer à Caroline, c’est bien la dernière chose que tu pouvais faire. C’est comme si je comparais ton couple avec la relation que Stefan et Katherine entretenaient avant. Pour toi, c’est différent, ça n’a rien à voir … Caroline n’est qu’une idiote, je n’ai rien en commun avec elle. Obsolument rien. »

Sûrement qu’elle n’allait pas apprécier que je rabaisse autant son amie. Mais à l’inverse, je n’appréciais pas que l’histoire que je traverse soit comparée à une autre. Surtout quand il s’agit du même homme dont il est question. Je n’ai jamais caché ma possessivité et j’avoue que je n’avais pas vraiment été tendre dans mes paroles. Mais je ne m’en voulais pas. Pour ne pas envenimer les choses, j’avais décidé de m’enfermer dans le mutisme. Les paroles d’Elena me percutaient, mais je fais de mon mieux pour ne pas y répondre, surtout lorsqu’elle me dit qu’elle n’était pas la méchante de l’histoire. Pour moi, elle l’était bel et bien. Elle l’était parce qu’elle refusait de comprendre que ce qu’il se passait avec Klaus, était tout sauf une mascarade. Il est sincère, je le sais et je sais aussi qu’il ne me ferait aucun mal. Mais une fois encore, ma cousine trouva les mots capables de me faire sortir de mes pensées. Je la regardais, ne l’interrompant. Elle me disait qu’elle avait traversé la même chose. Alors pourquoi ne pouvait-elle pas accepter ce que je vivais avec Klaus ?

« Est-ce que Jenna est venue te dire que tu faisais une erreur, au début de ta relation avec Stefan ? Est-ce que tu as écouté les gens qui faisaient tout pour te séparer de lui ? Est-ce que tu regrette d’avoir laisser une, voir plusieurs, chances à votre couple ? … Non, sinon tu ne serais plus avec lui aujourd’hui. Alors pourquoi n’aurais-je pas le droit de tenter moi aussi ? … Peut-être que Klaus est simplement mon Stefan. »

Un nouveau silence s’était installé entre nous deux. Je sais qu’Elena s’était enfin rendue compte de la situation. A quelques années d’intervalles, je traversais la même chose qu’elle. Ce n’était que l’histoire qui se répétait, à la différence que Stefan était déjà « sauvé » de sa situation de Vampire. Alors que Klaus a besoin d’aide pour devenir meilleur. Et je sais qu’il peut y parvenir. C’est quelqu’un de bien dans le fond, il ne peut pas avoir oublié l’époque où il était humain. Il faut juste réussi à faire ressortir son bon côté. Pourtant, j’avais demandé à Elena de ne rien dire à Stefan. Je ne voulais pas qu’il n’intervienne et surtout qu’il ne brise tout. Certaine qu’ils voulaient entraver à ma liberté, j’étais postée sur mes positions. Et à ça, ma cousine se mit à m’avertir sur ce que je risquais si ça tournait mal. Cette hypothèse n’est tout simplement pas envisageable pour moi. Pourquoi Klaus me ferait du mal ? C’est absolument impossible. Mais j’ai un caractère de feu. Je démarre toujours au quart de tour et lorsque j’ai l’impression de subir de l’injustice, je le dis. C’était justement le cas, alors que je laissais échapper un petit rire moqueur.

« Stefan … ce serait bien à lui de me faire la leçon en effet. L’éventreur. Le Vampire incapable de se contrôler en présence d’une infime goûte de sang. C’est vrai qu’il a le droit de faire la morale, alors qu’il a massacrer des gens qui étaient sûrement parents ou enfants de quelqu’un. Des personnes qui ont un jour été aimé, ça c'est certain. Sûrement que ces filles avaient des petits-amis qui les pleurent encore aujourd’hui. Et ça ne remonte pas à bien longtemps … Alors question morale, ce n’est pas à lui de me dire quoique se soit. Moi, je fais peut-être beaucoup d’erreurs, mais jusqu’à maintenant, je n’ai jamais tué personne. »
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Dim 29 Juil - 22:16



Là je le sens pas...

« Tatiana & Elena »
Plus têtue que moi, sa n’existe sans doute pas … Enfin si … Tatiana prend le même chemin. Mais le pire était qu’elle me voyait effectivement comme la méchante du lot ! Je tentais tout simplement de prendre soin d’elle et de lui éviter d’être encore plus seule une fois que Klaus aura eu ce qu’il voulait d’elle. Elle n’avait pas eu attendre les plans que ce dernier lui réservait. C’était pour cette raison qu’elle ne croyait pas une seconde ce que je lui disais ! Le pire était sans doute qu’elle ne cherchait pas non plus à comprendre.

« Arrête sa tout de suite Tatiana ! La moins idiote c’était bien elle ! Elle a ouvert les yeux ! Elle a vu de quoi il était capable ! »

Mon sang n’avait fait qu’un tour dans mes veines, ce qui m’avait sans doute valut cet éclat ! Je me mettais rarement en colère, tout simplement parce que je voulais seulement mettre les choses au clair…Elle me laissait béate. Mais pas de surprise non. C’était une toute autre béatitude. Celle qui vous tient lorsque l’on vous dit des choses qui ne vous plaisent pas mais qui sont tellement vrai . Il fallait dire que je l’avais cherché… Non seulement elle rabaissait l’une de mes meilleures amie, mais elle continua en ajoutant que j’avais fait tout autant ma tête de mule qu’elle. Le pire était qu’effectivement elle avait raison. Je ne trouvais pas les mots qui pourraient éventuellement la calmer. Il fallait qu’elle extériorise ce qu’elle avait à dire. Même si de mon côté je devais prendre sur moi pour ne pas craqué et faire comme elle. Je regardais ma cousine qui lâchait un petit rire moqueur avant de poursuivre, sur le sujet portant sur Stefan.

C’était là que je prenais mal les choses. J’en crispais la mâchoire. Bien sur qu’il est le plus mal placé pour faire la moral, et sa il le sait aussi lui-même ! En regardant Tatiana, il doit certainement d’ailleurs se dire la même chose que moi, qu’il ne faut pas qu’ont la laisse faire des erreurs que l’on a faite ! Même si c’est une sorcière et qu’elle peut dire stop a tout cela n’importe quand, elle n’en reste pas moins trop jeune pour comprendre certaines choses. Alors le petit rire moqueur était certainement la petite chose qui venait de me faire rentrer dans une des plus sombres colères que je peux piquer.

« C’est bon ! Tu t’arrêtes maintenant ! Quand est-ce que tu vas te rendre compte qu’ont ne veux que ton bien ?! Quand est-ce que tu vas comprendre que tu as des personnes qui tiennent à toi ?! Et que c’est personne ont fait des erreurs naïves que tu es entrain de reproduire Tatiana ! Tu n’a peut-être jamais tué personne, mais si tu continu tu vas te tuer toute seule ! Sa tu peux me croire !

J’avais évidemment haussé le ton, si bien que lesquelles personnes qui étaient présente dans le grill s’étaient retournées vers nous. Je me fichais bien d’ailleurs de leurs regards sur nous. Je me fichais totalement que cela mette mal à l’aise ma cousine ou non. Je voyais bien trop rouge pour le moment. Je me levais, attrapant mon sac que j’avais laissé à ma place de départ. Dans un geste de colère je l’ouvrais pour prendre mon portefeuille où je prenais la monnaie nécessaire pour régler ce que j’avais pris et ce que Tatiana avait devant elle également. Je la regardais les lèvres pincées alors que je replacer mon portefeuille dans mon sac.

« Que tu le veuille ou non, ont fera toujours attention à toi. Ont a perdu bien trop de personnes autour de nous ! Maintenant tu fais ce que tu veux, tu réfléchis à tout ce qu’on a dit, regarde bien où tu mets les pieds et après tu pourras venir me dire que je ne comprends rien ! Et que tu l’accepte ou non, la meilleure personne pour t’en parler encore c’est Stefan ! »

Après cela je la laissai seule pressant le pas pour sortir, bien trop en colère pour discuter. Il fallait qu’elle se rende compte. Elle ne parlait pas non plus à une novice en la matière. Pour sauver les apparences, j’avais mentis à tout le monde ainsi qu’à moi-même également. La porte claquait derrière moi et tandis que je faisais encore quelques pas je m’arrêtais ensuite. Je prenais une bonne goulée d’air tout en fermant les yeux pour me convaincre que je rêvais bien…





Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Mar 31 Juil - 8:34

Là, je le sens pas
Elena et Tatiana

Lorsque l'on fait une bêtise, sur le moment on est sûr que s'en est pas une



Cette conversation ne nous mènerait pas loin, j’en avais bien peur. S’il y a une chose qui est vraie, c’est qu’avec Elena, on ne se ressemble pas seulement sur le plan physique, mais nous avons toutes deux un sacré caractère de cochon. En me parlant de la relation que Klaus voulait entretenir avec Caroline, j’avais vu rouge, c’est vrai, même si j’avais lâché mes paroles dans le plus grand calme. Mais je n’avais pas apprécié qu’elle vienne mêler cette trainée à ça. Oui, pour moi, Caroline n’est qu’une petite trainée sans cervelle, qui se prend pour Miss Monde. Alors qu’excusez-moi, elle n’a vraiment rien d’une Miss Monde .. Mais Elena la défendait. C’est sûrement ce que l’on fait lorsque l’une de nos meilleures amies se fait descendre ainsi … même si je ne dis que la vérité. Peut-être que si j’étais à la place de ma cousine et que quelqu’un se mettait à parler mal de Cirinne, je m’emporterai également. Je ne peux pas vraiment en juger pour le moment, puisque la situation ne s’est jamais présentée. Tout ce que je pouvais faire, c’était écouter les paroles d’Elena, avant de répondre à mon tour.

« Alors quand un homme se sert d’une femme, il est tout de suite catalogué de salaud, mais à la différence, quand une fille le fait, c’est une fille intelligente ? Crois ce que tu veux Elena, mais Caroline n’est qu’une trainée qui s’est servie de Klaus .. et non l'inverse »

Je glissais sur une pente dangereuse et je le savais. Mais mon ressenti pour cette Caroline n’arrange pas les autres. Si elle m’avait parlé de n’importe qui, je ne me serais pas montrée aussi blessante dans mes propos. J’avoue que j’allais un peu loin, mais depuis toujours, j’ai été seule. Vouloir me séparer de l’une des seules personnes qui me comprennent, me faisait peur. Je n’ai pas envie de me retrouver à nouveau sans rien, sans attache.

Jusqu’à maintenant, je sentais qu’Elena se contenait et je ne m’étais pas mise en tête de lui faire péter un boulon. Je voulais juste qu’elle comprenne que je n’ai peut-être que seize ans, mais que j’ai aussi le droit de vivre ma vie comme je l’entend. Et si je n’avais pas envie de me méfier de Klaus ? Arrivera ce qui arrivera. Même si la mort devait être une issue, ça ne serait peut-être pas plus mal. Je savais qu’en m’attaquant à Stefan, je touchais à une corde sensible. Elena venait d’entrée dans une colère noire. Je ne l’avais jamais vu ainsi encore et pourtant, elle ne comprenait toujours pas ? Que dois-je faire pour qu’elle ouvre les yeux et se rende compte que nous ne sommes pas bien différente ? Lorsque l’on s’attaque à Caroline, ou pire à Stefan, elle sort les griffes. Alors pourquoi ne comprend-t-elle pas que j’apprécie guère que Klaus soit autant rabaissé, alors qu’il n’est même pas présent pour se défendre ?

Je ne pipais mot, me contentant de la regarder. Je n’étais pas la seule à avoir ma paire de yeux rivée sur elle. Toutes les personnes présentes devaient nous prendre pour des folles maintenant. Mais je ne disais rien, je l’écoutais elle et tout ce qu’elle me disait. A trop vouloir me protéger, elle me détruisait sans s’en rendre compte. Je ne suis pas comme Lexi. Je n’ai jamais été la gentille petite fille obéissante. Moi, lorsque l’on me dit blanc, je fais noir. J’ai toujours fais le contraire de ce qu’on me demandait. Au début, c’était juste dans l’espoir d’attirer un peu l’attention sur moi, mais maintenant, c’est comme ancré sur moi. Même sans le vouloir, je continue d’agir ainsi. Je ne suis pas la gentille petite fille que tout le monde rêve et je ne le serai jamais. Alors, qu’Elena se lève pour s’en aller, ne m’étonnait même pas. Les gens ont rarement la patience nécessaire, pour tenter de m’écouter. Je ne pouvais que m’en prendre à moi-même. Observant ce que j’avais devant moi, je ne tentais rien pour la retenir. Ca n’aurai pas servi à grand chose que de continuer ce qui ressemblait à une dispute. Je la laissais partir, ne la suivant du regard que lorsqu’elle se trouvait de dos. Pendant de longues minutes, j’étais restée sur place. Le regard perdu sur la fenêtre. Ce n’est que bien plus tard, que je m’étais relevée, attrapant mes affaires, pour également quitter le grill.
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Mer 1 Aoû - 20:05

[hj: on ferme ? ]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Mer 1 Aoû - 20:27

HJ : Je ne sais pas, je croyais que tu étais partie du sujet Razz
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Mer 1 Aoû - 20:32

Hj: c'était selon ce que tu allais répondre, j'attendais de voir mais sa prêtait à confusion, je suis bien d'accord Razz . Donc je sais pas moi ..;
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Mer 1 Aoû - 20:34

HJ : Oh je n'avais pas compris ça comme ça Razz . On peut le continuer ou alors on en ouvre un autre. Un dans lequel je me confie sur mon énorme bêtise xD
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Elena Gilbert,


Admin & Double Petrova
à Seattle depuis le : 19/02/2012
Courriers postés : 520
Je me trouve : In Mystic Fall's
Age : 30





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Mer 1 Aoû - 21:27

HJ: C'est pas grave ne t'en fait pas ^^! Alors sa marche, on fait comme sa! Je peux te laisser ouvrir ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena) Mer 1 Aoû - 21:39

HJ : ça marche. Je l'ouvre demain sans faute
Revenir en haut Aller en bas


Hi, My name's
Contenu sponsorisé,







MessageSujet: Re: Là, je le sens pas (Elena)

Revenir en haut Aller en bas

Là, je le sens pas (Elena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tomorrow's World :: Le Point de Départ :: SUJET POUR ELENA-