RSS
RSS



RENOVATION - NOUVEAU FORUM - RECONSTRUCTION - L"ARRIVER EST POUR BINETOT

Partagez|

Speak to me - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Speak to me - Libre Lun 17 Juin - 6:01

Speak to me

Le matin, en se levant, Elijah s’était permis de trainer dans la maison. Depuis peu, il vivait chez Dayanara, puisque Klaus faisait encore des siennes en bannissant sa propre famille de la villa. Il ne se formalisait pas pour autant, sachant qu’un jour ou l’autre, il y aurait une conversation avec l’Hybride et qu’il comprendrait enfin. Comprendre quoi, vous me direz ? Et bien c’est simple. Si Elijah ne s’était pas trouvé sur le bateau lors de la libération, c’est parce qu’il avait pris soin d’emmener Mikael sur une fausse piste, pour éviter qu’un drame ne se produise. Mais l’aîné des frères Mikaelson, sait très bien qu’il ne sert à rien de discuter avec Niklaus quand il est dans une rage folle. Il faut attendre que la situation s’apaise. Et puis, détrompez-vous, sa vie ne tourne pas autour de son demi-frère. Il a d’autres chats à fouetter comme dirait l’autre. En ce moment, Ezekiel se barre en cacahuètes, à cause de l’Hybride, mais passons. Il faut vraiment que Elijah se donne la peine d’engager la conversation. Le convier chez Dayanara n’arrangera rien. Il sait combien son fils peut ne pas aimer la blondinette. C’est son droit. Comme c’est le droit de Elijah de faire durer cette relation. On ne peut pas demander à un fils d’aimer sa belle mère, surtout lorsque la belle mère en question s’avère beaucoup plus jeune que lui. Mais une fois encore, l’Originel ne se formalise pas pour si peu. J’avoue qu’il ne se formalise pas pour grand chose en fait. Sauf quand son fils déraille complètement. Qu’il devient un petit con en puissance. Non mais en ce moment, Elijah a l’impression d’être le méchant de l’histoire. Quelques jours plus tôt, il a été dans l’obligation de sévir avec Yaël, en lui retournant une gifle. Que sera-t-il obligé de faire avec Ezekiel ? Je doute qu’une baffe suffise à le remettre dans le droit chemin. Il n’a plus neuf ans depuis des lustres. Surtout que Elijah sent venir la remarque du « tu m’as abandonné ». C’est vrai, il l’a fait. Il l’a fait comme beaucoup d’autres l’auraient fait à sa place. Il craignait les crises de colère de Klaus qui, à l’époque, ne savait pas se contrôler. Il ne voulait pas que son fils devienne ce qu’il est aujourd’hui. Même si visiblement, tous ses efforts et souffrances n’ont servis à rien. C’est ce point là qui lui fait oublier la trahison de Katerina. Dayanara n’a rien à voir dans l’histoire, même si beaucoup y croient à tord. Elle a traversé la même chose que Elijah, bien des siècles plus tard. Comme lui, elle a voulu trouver un foyer à son enfant, pour qu’il soit loin de la menace Klaus. Mais elle a échoué. Le pire dans l’histoire, c’est que la fille de Katerina a été transformé enfant. La plus grande douleur d’un parent, c’est de perdre un gamin. Il en a eu l’expérience il y a une petite année de cela, alors que Yaël mourrait dans ses bras. Ce jour là, il a compris que la vie humaine était la chose la plus chère qui puisse être donnée d’avoir. En fait, c’est durant ces dernières années, que Elijah a compris le plus de choses. L’expérience ne vient pas en un claquement de doigts. Il faut passer par les pires épreuves que la vie met sur son chemin, pour enfin ouvrir les yeux. Cette fois-ci, il voulait faire part de son expérience à Ezekiel. Ce grand dadet est persuadé que son père n’en a rien à faire de lui. C’est faux … tellement faux. Combien de fois Elijah aurait voulu le prendre dans ses bras ? Combien de fois, il a regretté le passé et aurait aimé être en mesure de faire défiler le temps à l’envers, juste pour changer ça ? Combien de fois, il se maudit intérieurement pour avoir été un si mauvais père avec lui ? Mais les mots ne lui viennent pas naturellement quand il faut parler de sentiments. Sur ce point, Elijah est plutôt coincé c’est vrai. Pourtant, cette fois, il a prévu de changer ça. Il a prévu de remettre son fils dans le droit chemin, même si pour y parvenir, il doit utiliser la force. Il sait que ça finit toujours de cette façon avec Ezekiel. C’est le lot de tous les pères du monde. A un moment ou à un autre, il faut faire preuve d’autorité et montrer qui c’est qui est en mesure de calmer l’autre. 


L’hôpital s’avère être le lieu idéal pour converser, sans pour autant en venir aux mains. Son fils y travaille, il y a du monde et dans l’intérêt de leur race, ainsi que famille, ils ne doivent pas se chamailler là-bas façon Vampires. Preuve de lâcheté diriez-vous ? J’approuve … et il assume. Effectivement, Elijah est lâche lorsqu’il s’agit de sévir l’un de ses fils. Il attend toujours le dernier moment, non pas par peur, mais parce qu’il ne veut pas être comme son père l’a été avec eux. Rien n’était assez bien à ses yeux. Mikael devait toujours humilier ses fils pour se sentir fort. C’était Klaus sa meilleure cible et Elijah ? … Et bien, il ne pouvait rien faire. Affronter son père pour son frère, lui aurait risqué un bannissement du village. Et comme les autres, il avait peur de Mikael … ce qui est toujours vrai maintenant, même s’il fait comme si de rien n’était. Cette crainte, il l’aura sûrement toujours. 



A bord de sa Lincoln, il venait d’arriver à l’hôpital. Peu importe si Ezekiel était en pleine opération, Elijah est patient. Il saura attendre tranquillement que son fils se libère. Il venait de se stationner et d’entrer à l’intérieur de l’établissement de soins. Cette odeur qui prend à la gorge ne le dérangeait pas plus que ça. Il y avait toujours le même bruit de fond de chariots qui sont poussés, des gens qui discutent, se plaignent pour la plupart. Il voyait défiler sous ses yeux bon nombre de cas désespérés. Des gens qui n’en avaient plus pour longtemps. Les battements de leurs coeurs affaiblies, faisaient sentir la mort dans les alentours. Pour cette raison, Elijah était épaté par son fils. Lui ne pourrait pas ainsi côtoyer la mort, sans jamais avoir l’impression qu’il pourrait faire quelque chose. Il pourrait oui … Quelques gouttes de sang pourraient sauver cette personne en fauteuil roulant, qui passe juste à côté de lui. Elles pourraient également sauver ce vieillard qui en crache presque ses boyaux tellement il tousse. Elles pourraient calmer les douleurs de cette femme enceinte, qui tente de donner la vie à son enfant, dans les pires souffrances qui soient données de connaitre. Cependant, Elijah n’a pas le droit d’agir. Il le ferait s’il le pouvait. Il le ferait s’il voyait vraiment quelque chose d’atroce sous ses yeux. Quelque chose comme … ce petit garçon qui hurle tout ce qu’il peut, en raison de sa fracture ouverte. Il a quoi ? Deux, voir trois ans. Lèvres pincées l’une sur l’autre, Elijah ne peut pas rester sans rien faire. Il attend que les parents sortent pour discuter avec le médecin et se glisse discrètement dans la salle. L’enfant ne le voit même pas arriver, les yeux remplis de larmes. L’Originel ne se fait pas plus attendre et mord dans son poignet, le portant aux lèvres du bambin. Quelques gouttes sont avalées que déjà la plaie commence à cicatriser. Le petit le regarde, ne comprenant pas ce qu’il vient de se passer. Il est bien trop jeune pour raconter à quelqu’un ce qu’il vient de vivre et Elijah s’échappe discrètement, regardant de loin les parents qui prennent leur enfant dans leurs bras. Il l’a fait, parce qu’il est père avant tout et qu’un gamin, peu importe l’âge, n’a pas à souffrir de cette façon. Mais son regard se pose sur une chevelure blonde. Camille, son ex-belle-fille vient de passer. Elle semble intriguée par cette guérison miraculée. Quant à Elijah, il se contente de reprendre sa route, à la recherche de Ezekiel.  
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Speak to me - Libre Mar 18 Juin - 18:26







Ezekiel ж Elijah


S’il a changé récemment ? Bien sûr. Depuis son entrevu avec Klaus, Ezekiel n’est plus le même. Son oncle l’a forcé à éteindre sur Humanité et vous savez quoi ? Il n’a pas envie de la rallumer. Il est mieux ainsi. Après tout, à quoi bon souffrir, s’il est possible de tout faire cesser ? Parce que oui, Ezekiel souffrait. Sa petite-amie n’oubliait pas son premier amour. Peu importe tout ce qu’il faisait, c’était jamais assez. Il n’a jamais été l’amour de sa vie, comme elle a été pour lui. Les sentiments à sens uniques ont eu raison de lui. Il a fini par baisser les bras, rendre les armes. C’est plus simple de ne vivre que pour faire le mal. Oublier la souffrance Humaine ou encore sa propre souffrance. S’il se rendait encore à l’hôpital, chaque jour que Dieu faisait, c’était uniquement par profit. Continuant son trafique de sang, il ne se faisait pas attraper. Et pourquoi ne pas continuer dans ce cas ? C’est si simple. 

Pourtant ce jour là, c’était différent. Le matin, il avait ressenti cette impression étrange. Sa journée ne serait pas comme les autres, loin de là. En avalant le contenu de sa tasse, il avait secoué la tête, chassant ses idées dérangeantes. Non, il n’avait pas vu son père depuis longtemps. Il ne l’avait pas appelé non plus, depuis des mois. Il le fuyait encore et toujours. Tant qu’il ne se retrouve pas face à lui, tout ira bien. Parce qu’une fois devant Elijah, Ezekiel ne peut pas s’empêcher de ressentir. Il ne peut pas faire comme si les sentiments qu’il éprouve pour cet homme, n’existaient pas. C’est stupide. Un homme qui aime un homme, où va le monde. Il ne se voyait pas comme un fils aimant son père. A ses yeux, Elijah ne l’est plus. Il l’a abandonné et ça, il ne pourra jamais lui pardonner. Jamais. Ce sera toujours la plus grande de ses souffrances. 

Il était arrivé à l’hôpital quelques minutes auparavant et s’était aussitôt rendu dans les vestiaires. Son planning n’était pas bien chargé depuis que sa patiente principale de la journée, avait passé l’arme à gauche. Il s’était vu obligé de se rendre aux Urgences, pour donner un coup de main. Comme d’habitude, une grosse bricole leur avait ramené bon nombre de patients. Il venait de finir des pointes de sutures sur un gamin d’à peu près l’âge de son petit frère. Une sensation bizarre l’envahissait, alors qu’il quittait la pièce. Yaël. Ce petit bonhomme qu’il connait à peine, malgré qu’il ait soufflé sa neuvième bougie il y a peu. Il n’a jamais pris le temps pour apprendre à le connaitre. Autant dire, qu’il l’a hait dés le premier jour. Pourquoi lui avait le droit de grandir aux côtés de leur père, alors que Ezekiel s’était vu être abandonné comme un chien ? Ses pensées l’empêchaient de se concentrer réellement sur ce qui l’entourait. Si bien qu’en sortant de la salle, il entra de plein fouet dans un homme qui passait. Il aurait bien aimé calmer ses nerfs en s’en prenant à cet être. Le traiter d’abruti, même si c’est lui qui ne regardait pas où il allait. Mais une fois qu’il eut posé son regard sur son visage, il resta stoïque, après avoir fait quelques pas en arrière. 

« Papa…mais que fais-tu là ? »

Il l’avait appelé ainsi sans vraiment réfléchir, sous l’effet de la surprise. Peut-être parce que dans le fond, il ne peut pas le renier de sa vie, comme il le voudrait. De son regard ténébreux, il le dévisageait, se demandant ce qu’il faisait à l’hôpital. Evidemment, c’était pour lui, même si Ezekiel faisait tout pour ne surtout pas y croire. 










ж Speak to me



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hi, My name's
Invité,


Invité





MessageSujet: Re: Speak to me - Libre Lun 1 Juil - 22:21



Speak to me


" Situation surprenante !"


Camille N'avait sans doute pas pris de pause pendant pas loin d'une journée. En gros, elle préférait largement enchaîner les gardes, les opérations, les suivis. Tout cela pour ne pas se retrouver seule chez elle ou entrain de se rendre dans un bar de la ville ou de la périphérie en jouant de ses charmes pour s'amuser un peu. En sortant de consultation, la demoiselle avait très vite été bippé, si bien que  l'idée de jeter ce petit appareil lui avait un instant effleurer l'esprit. Elle levait les yeux au ciel avant de regarder le numéro qui s'affichait sur le petit écran rectangulaire de l'engin. Finalement, elle ne poussera pas la porte des vestiaires pour se retrouver un petit instant seule, mais elle descendra aux urgences. Sur le chemin, certains de ses collègues lui annonçait une collision entre un car remplit d'enfants et d'adultes les accompagnant contre un poids lourds. D'après les sources de chacun, le chauffard se serait endormit derrière son volant. Rien de bien extraordinaire. S'en était même presque banal depuis le temps que la belle blonde travaillait des les hôpitaux !

Lorsque les portes de l'ascenseur des urgences s'ouvrit, elle fut très vite accoster par un couple. Si la jeune femme leur tournait le dos sans pour autant oublier de sourire c'était simplement parce qu'elle allait très vite chercher le dossier du petit à l’accueil centrale des urgences. C'est ce que Camille leur avait dit en passant comme un courant d'air.De son ouïe fine, elle avait très bien pu distinguer que les parents était resté plus loin à se disputer afin e savoir lequel expliquera la situation qui avait l'air plutôt ambiguë à la personne qui viendra soigner leur petit garçon. À son retour auprès du jeune couple, la mère tenait son fils dans ses bras. Le petit garçon avait soudainement guérit d'une vilaine fracture ouverte. Ne comprenant pas sur le coup, la vampirette plissait le front tout en se pressant d'indiquer une salle de consultation vide à la petite famille.

«  Attendez moi ici je reviens »

Dans un sourire aimable, la jolie blonde refermait la porte avant de se diriger d'un pas décider vers l’accueil où elle avait récupéré le dossier du gamin. Elle n'était pas en colère mais tout simplement intriguée. Bon d'accord, elle était sans doute un peu irritée, elle savait bien que rare sont les personne capable de guérir les patients aussi rapidement dans cet hôpital. Si ce n'était pas elle, ça ne pouvait qu'être Ezekiel. Camille savait pertinemment que son ex-petit ami travaillait encore ici. Seulement elle avait du s'absenter qu'une demi seconde ! Quelles étaient les chances qu'ils se soient retrouvés tous les deux aux urgences aujourd'hui ? Pendant ce temps, la blondinette harcelait de question le stagiaire de l’accueil afin de savoir s'il avait vu quelqu'un passer derrière elle le temps qu'elle vienne récupérer le dossier médical et qu'elle reparte. Elle avait même établit un description du fils d'Elijah, mais encore une fois elle avait simplement eu pour réponses un hochement e tête négative et intimidé du stagiaire. Avant de se retournée, elle souriait brièvement au jeune complètement rouge tomate qu'elle n'avait pas non plus ménager. C'était à ce moment là que son regard se posa sur une personne qui ne lui était pas inconnue tandis qu'elle scrutait toutes les urgences des yeux.

Par politesse, Camille lui souriait. Il semblait l'avoir reconnu lui aussi. Puis elle le vit ensuite repartir faire sa route à travers l’hôpital. Cela dit, la jolie résidente en chirurgie était de nouveau bien vite absorbée par ses pensées. Elle devrait trouver une explication logique à donner au parents du petit. Elle devait leur dire quelque chose, même n'importe quoi pourvu qu'ils la croient, quand à la guérison subite de leur enfant.au bout de quelques seconde, elle releva ses grand yeux marron sur ce qui se passait en face d'elle. Évidement qu'Elijah n'était plus là, elle l'avait vu partir dans une autre direction, mais l'explication était là. Il n'était pas très loin du couloir où se trouvait le petit garçon lorsqu'elle avait croisé son regard ! Entendant une voix lointaine d'une de ses interne qui l’appelait, Camille se dépêchait de retrouver son ex-beau-père dans le dédale de l’hôpital. Heureusement, il ne lui fallut pas longtemps non plus pour le retrouver.

 «  Elijah attendez ! »

La blondinette l'avait interpellé de l'autre bout du couloir avant de se rendre compte qu'Ezekiel avait heurté au même moment son père de plein fouet. En arrivant non loin d'eux, la demoiselle était coupé dans son élan, si bien qu'elle ne faisait plus qu'un seul pas, n'osant pas s'approcher plus au risque de les interrompre. Elle était alors restée la béate devant eux deux sans rien trouver à dire de plus.





fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas


Hi, My name's
Contenu sponsorisé,







MessageSujet: Re: Speak to me - Libre

Revenir en haut Aller en bas

Speak to me - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tomorrow's World :: Le Point de Départ :: SUJET POUR ELENA-